TAG : Les incontournables (récents) en SFFF (bis)

17 août 2020 14 Par Dionysos
TAG Incontournables SFFF

Suite à l’initiative de Vert du blog Nevertwhere en ce début d’été (le très beau logo qui l’accompagne a pour sa part été créé par Anne-Laure du blog Chut… maman lit !), Boudicca a présenté mi-juillet ces « dix ouvrages appartenant aux littératures de l’imaginaire (SF, fantasy, fantastique) qui sont pour vous incontournables, quelle qu’en soit la raison. Une seule condition : ces livres doivent avoir été publiés à partir de l’an 2000. » À mon tour de faire une liste à peu près équilibrée… Je ne mets que les romans ou suites de romans, sinon Janua Vera aurait trusté la première place d’office. De plus, je me rends compte qu’il y a davantage de français, car dans les sorties plutôt récentes ce sont eux qui dominent mes lectures, et malheureusement, mes choix d’autrices sont, à mon avis, à hauteur du pourcentage d’autrices publiées (en tout cas dans ce secteur SFFF). Et, ouf, je m’en tiens à dix titres !

Le Bâtard de Kosigan (4 tomes et un recueil) – Fabien Cerutti (Mnémos)

On ne change pas une équipe qui gagne ! Dès le premier tome, et jusqu’au recueil de novellas, Fabien Cerutti m’a ravi avec son Bâtard de Kosigan. Le personnage évolue fortement durant son Moyen Âge fantastique, tout en étant englué dans un univers foisonnant, piochant dans quantité de références. Le renouveau du médiéval-fantastique (medfan) !

VieTM – Jean Baret (Le Bélial’)

VieTM

Une dystopie bouleversante ; autant l’opus précédent, BonheurTM a des défauts certains, autant celui-ci les corrige illico et fait réfléchir comme il faut. Le lecteur est aussi prisonnier que le narrateur et cela nous laisse imaginer le pire sur notre société du tout-écran.

Terminus – Tom Sweterlitsch (Albin Michel Imaginaire)

Terminus

Découverte toute récente, mais d’une maîtrise incroyable. L’auteur nous emmène dans ce qui ressemble à une simple enquête de la série NCIS : Enquêtes spéciales, mais qui se révèle finalement une œuvre foisonnante sur le voyage temporel et une fin du monde qui approche inexorablement. L’ambiance thriller rend parfaitement l’angoisse de l’héroïne cherchant à élucider son enquête au plus vite sous peine de destruction planétaire.

Seigneurs de l’Olympe – Javier Negrete (L’Atalante)

Seigneurs de l'Olympe

Les Seigneurs de l’Olympe, c’est la Théogonie d’Hésiode avec l’écriture du XXIe siècle ! Javier Negrete réussit à rendre cohérents une masse folle de récits mythologiques parfois complètement incohérents entre eux. Sa maîtrise du monde antique méditerranéen fonctionne parfaitement.

Feuillets de cuivre – Fabien Clavel (ActuSF)

Feuillets de cuivre

Une ambiance vraiment steampunk (avec du cuivre, de la vapeur, les marges de la société des références littéraires et une réflexion politique), une enquête menée par un génie obèse qui résout les mystères par les livres et un cadre narratif parfaitement maîtrisé : que demander de plus à ce roman de Fabien Clavel ? Sûrement son meilleur en littérature adulte.

Chien du Heaume – Justine Niogret (Mnémos)

Chien du Heaume

Lecture lointaine désormais, mais ressenti persistent. Avec Chien du Heaume, l’autrice nous imprègne d’une ambiance médiévalisante très forte où la dureté de la vie, l’onirisme d’une quête et le fracas des armes nous tiennent chaud longtemps, très longtemps.

Wastburg – Cédric Ferrand (Les Moutons électriques)

Wastburg Moutons

Il fallait bien glisser un peu de crapule fantasy ; auraient dû mériter de compter aussi Les Salauds Gentilshommes et Gagner la guerre, mais tant pis, c’est la grouillante, sale et malodorante cité de Wastburg que je place ici, tant elle m’a marquée avec ses bas-fonds sordides et ses personnages dégingandés.

Cycle de Mithra ou L’Empreinte des dieux – Rachel Tanner (Mnémos)

Le cycle de Mithra

Une référence dans la fantasy historique et l’uchronie très aboutie : à la place du IXe siècle chrétien, nous sommes dans un Empire romain mithraïque où des personnages bien connus luttent pour faire partie de l’Histoire, et c’est magnifiquement conté.

Le Déchronologue – Stéphane Beauverger (La Volte)

Le Déchronologue

Un roman où la déconstruction est à la fois le fond et la forme du récit : casser la dynamique habituelle des chapitres est ici un élément narratif intriguant (car on découvre les éléments à un rythme bien précis) et un aspect cohérent du style (tout est volontairement éclaté dans la vision du personnage).

Mes vrais enfants – Jo Walton (Denoël)

Mes vrais enfants

Une magnifique variation sur l’uchronie où la part de science-fiction est ténue, mais où celle de nos différentes histoires personnelles est très belle.

Retour en haut