• A bord du négrier – Une histoire atlantique de la traite

    Titre : A bord du négrier – Une histoire atlantique de la traite
    Auteur : Marcus Rediker
    Éditeur : Points Histoire
    Date de publication : 2017

    Synopsis : Pendant les quatre cents ans que dura la traite négrière, plus de quatorze millions de prisonniers africains, réduits en esclavage, traversèrent l’Atlantique pour devenir une main-d’oeuvre de masse, précieuse et gratuite. Marcus Rediker nous entraîne à bord de ces monstrueux « donjons flottants » et reconstitue ces voyages terrifiants au cours desquels périrent deux millions de personnes. Il se fait ainsi le narrateur des conditions de vie terrifiantes des esclaves, de la peur des équipages enfermés à bord de ces poudrières, des rapports hiérarchiques extrêmement durs, des relations entre marins et prisonniers. Il fait, enfin, une large place aux révoltes, à l’issue souvent sanglante, que les esclaves issus d’ethnies diverses ont été capables d’organiser.

    Le navire négrier et les relations sociales qui émergèrent à son bord donnèrent sa forme au monde moderne et pourtant leurs histoires restent sous bien des aspects inconnus.

    Entre la fin du XVe siècle et la fin du XIXe, 12,4 millions d’esclaves furent déportés et 1,8 millions d’entre eux moururent au cours du Passage du Milieu (expression utilisée pour désigner la traversée de l’Atlantique), sans compter les nombreux autres qui décédèrent avant même d’avoir atteint le navire et auxquels il faut ajouter les 1,5 million qui décéderont au cours de leur première année de captivité. Entre 1700 et 1808, période qu’on considère comme l’âge d’or de la traite négrière, 3 millions d’Africains ont été transportés par des navires, essentiellement britanniques ou américains. Cette époque, ces navires, leurs capitaines, leurs équipages et leurs cargaisons de captifs sont au cœur du travail de documentation réalisé ici par Marcus Rediker, historien américain spécialiste de l’histoire maritime. L’ouvrage comporte un peu plus de cinq cent pages et vise à la fois à pallier l’absence d’études sur le navire négrier en lui-même, et à élargir notre champ de vision historique. Le chercheur part en effet du constat que, lorsqu’il est question de la traversée des esclaves, les historiens ont tendance à ne se focaliser que sur la mortalité dont les chiffres seraient, à eux seuls, révélateurs de l’horreur de la traite (bien que certains s’en servent aussi pour la minimiser, arguant que, les esclaves étant précieux pour les marchands, ces derniers prenaient garde à ne pas trop les « abîmer »). Or, pour Marcus Rediker, au-delà de la mort, c’est avant tout la terreur qui reste la principale caractéristique définissant l’enfer du navire négrier. Pour étayer son propos, l’auteur va compiler un nombre colossal de témoignages émanant des quatre principaux acteurs impliqués dans le Passage du Milieu : les capitaines, les marins, les captifs eux-mêmes et enfin les mouvements abolitionnistes anglais et américains. L’ouvrage comporte dix chapitres mais peut être découpé en trois grandes parties : la première, plus générale mais néanmoins remplie de témoignages particuliers, vise à dépeindre les caractéristiques de la traite (pratiques commerciales, évolution et organisation des navires négriers, chemins africains vers le Passage du Milieu…) ; la seconde se focalise sur trois témoignages qui permettent de se familiariser avec les trois grandes figures se partageant l’espace sur le navire négrier ; la dernière réunit les quatre derniers chapitres et se consacre aux spécificités propres à chaque profil (capitaine, marin, captif, abolitionniste).

  • Damnés de la Commune 1

    Les damnés de la Commune [Tomes 1, 2 et 3]

    Damnés de la Commune 1

    Titre : Les damnés de la Commune
    Cycle/Série : Les damnés de la Commune : A la recherche de Lavalette ; Ceux qui n’étaient rien ; Les orphelins de l’histoire
    Auteur : Raphaël Meyssan
    Éditeur : Delcourt
    Date de publication : 2017 – 2019

    Synopsis : Découvrez cette incroyable bande dessinée, réalisée exclusivement à partir de gravures de l’époque de la Commune, qui nous raconte la quête d’un Parisien pour exhumer l’histoire de son voisin communard.Parti à la recherche de Lavalette, le narrateur rencontre Victorine, dont le témoignage bouleversant l’accompagne dans sa quête. Tandis que sa ville se charge peu à peu d’histoires, il découvre les années de tourments qui ont conduit à la révolution de 1871. Témoignage exceptionnel sur la Commune de Paris, ce roman graphique, réalisé à base de gravures du XIXème siècle, présente la manière dont l’époque se voyait elle-même.

    De cette première réunion du comité central à l’Hôtel de Ville, il n’existe aucune archive. Personne n’a pensé à rédigé un compte rendu. Pourtant, de cette réunion est sortie la décision la plus importante et la plus surprenante du Comité, celle qui va fonder la Commune de Paris. Depuis des mois, ses membres rêvaient de l’Hôtel de Ville. A présent, ils y sont. Ils ont le pouvoir. Leur première décision est de le rendre. A la fin du jour, une affiche annonce l’organisation d’élections à la Commune de Paris.

    Dans le cadre des 150 ans de la Commune de Paris, découvrez nos différents articles sur le sujet : « La Commune de Paris » de Sebastian Haffner ; « Louise Michel, la Vierge rouge » de Mary et Bryan Talbot ; « Dans l’ombre du brasier », d’Hervé Le Corre ; « C’est la nuit surtout que le combat devient furieux – Une ambulancière de la Commune» » – Témoignage d’Alix Payen retranscrit par Michèle Audin

  • C’est la nuit surtout que le combat devient furieux – Une ambulancière de la Commune, 1871

    Titre : C’est la nuit surtout que le combat devient furieux – Une ambulancière de la Commune, 1871
    Auteur : Michèle Audin (d’après le témoignage d’Alix Payen)
    Éditeur : Libertalia
    Date de publication : 2020 (mars)

    Synopsis : Née dans une famille bourgeoise et fouriériste, Alix Payen (1842-1903) a 29 ans lorsqu’elle s’engage dans le 153e bataillon de la garde nationale. Ambulancière et infirmière, elle participe à la défense du fort d’Issy, qui protège Paris contre les assauts de l’armée versaillaise, puis à celle du fort de Vanves. Pendant les rares moments de calme, elle écrit à sa mère. Alix Payen a peu attiré l’attention des historiens. Pourtant, elle a participé à la lutte avec courage et détermination, et elle a décrit avec sensibilité les combats violents, souvent furieux – et la vie du bataillon sous les obus. Ce livre est formé de lettres, dont beaucoup sont inédites. Ces documents ont été rassemblés et présentés par la romancière Michèle Audin

     

    Subitement et de part et d’autre cet infernal vacarme cessa et le silence semblait plus profond après ces horribles détonations. Tout à coup, au milieu de ce calme, un rossignol s’est mis à chanter. Le contraste entre ce joli chant si pur, si doux, et ce que nous venions d’entendre était frappant. Pour moi, les larmes me vinrent aux yeux ; il me semblait comprendre le rossignol : il chantait la paix, l’amour, la famille. 

    Dans le cadre des 150 ans de la Commune de Paris, découvrez nos différents articles sur le sujet : « La Commune de Paris » de Sebastian Haffner ; « Louise Michel, la Vierge rouge » de Mary et Bryan Talbot ; « Dans l’ombre du brasier », d’Hervé Le Corre (à venir « Les damnés de la Commune » de Raphaël Meyssan)

  • Damnés de la Commune 3

    Les Damnés de la Commune, tome 3 : Les orphelins de l’Histoire

    Damnés de la Commune 3

    Titre : Les orphelins de l’Histoire
    Cycle/Série : Les Damnés de la Commune, tome 3
    Auteur : Raphaël Meyssan
    Éditeur : Delcourt (Histoire & histoires) [site officiel]
    Date de publication : 6 novembre 2019

    Synopsis : Ils ont eu soixante-douze jours pour renverser le roman national. À présent, Victorine, Lavalette et les Communards affrontent une armée. La Semaine sanglante a commencé. Avec les mots et les images de l’époque, ce livre retisse les fils de notre histoire. Pour nous, les orphelins de l’histoire, les enfants perdus de la Commune.

    Je vois le monde de Victorine vaciller.
    Du sud-ouest de la ville, cent trente mille soldats déferlent dans Paris.
    La Semaine sanglante a commencé.

    Fin 2019, Raphaël Meyssan clôt sa trilogie des Damnés de la Commune chez les éditions Delcourt avec ce tome intitulé Les orphelins de l’histoire.

  • Un long voyage

    Titre : Un long voyage
    Auteur : Claire Duvivier
    Éditeur : Aux forges de Vulcain
    Date de publication : 2020 (mai)

    Synopsis : Issu d’une famille de pêcheurs, Liesse doit quitter son village natal à la mort de son père. Fruste mais malin, il parvient à faire son chemin dans le comptoir commercial où il a été placé. Au point d’être pris comme secrétaire par Malvine Zélina de Félarasie, ambassadrice impériale dans l’Archipel, aristocrate promise aux plus grandes destinées politiques. Dans le sillage de la jeune femme, Liesse va s’embarquer pour un grand voyage loin de ses îles et devenir, au fil des ans, le témoin privilégié de la fin d’un Empire.

     

  • Chroniques de la Réa

    Chroniques de la Réa

    Chroniques de la Réa

    Titre : Chroniques de la Réa
    Auteur : Emmanuel Delporte
    Éditeur : Auto-édition
    Date de publication : 11 septembre 2020

    Synopsis : « La seule barrière entre la souffrance et l’apaisement, entre le désespoir et la sérénité, est parfois cet homme ou cette femme en blanc au chevet d’un malade. Pourtant, cet uniforme ne dispense d’aucun devoir, ni ne protège d’aucune souffrance. »
    Infirmier et écrivain, Emmanuel Delporte travaille en milieu hospitalier depuis une vingtaine d’années. Connaissant l’hôpital depuis ses locaux à poubelles jusqu’à ses salles d’opérations, il a exercé dans plusieurs services de réanimation (appelés soins intensifs ou Intensive care unit sur le continent américain) en région parisienne, en province et finalement au Québec, où il vit avec sa famille depuis un an.
    En tant qu’écrivain, il a été publié chez plusieurs éditeurs dont La Volte, Critic ou Rivière Blanche, et a remporté le prix Masterton 2017 pour son roman Stalingrad.
    Ses expériences lui ont inspiré l’écriture de récits du quotidien des soignants dans ces unités spécialisées, qui mettent en lumière les difficultés, les joies, les peines de ce microcosme méconnu. Ces écrits subjectifs et parfois romancés sont également une source de réflexion quant à la gestion et à la finalité du système hospitalier, aux valeurs qui fondent nos sociétés, et aux questions éthiques qui sous-tendent l’amélioration des conditions sanitaires.
    Davantage qu’un recueil de chroniques, ce livre constitue un rappel de la fragilité et de l’importance des hommes et des femmes qui prennent soin de l’autre.

    Nous avons besoin d’entendre que l’on compte sur nous, et que cette société pour laquelle nous nous battons reconnaît nos efforts et les estime.

    Emmanuel Delporte, découvert par le thriller Répliques, publie en autoédition des chroniques sur son principal métier, infirmier en réanimation, sobrement intitulées Chroniques de la Réa.

  • Censurée

    Censurée – L’enfer France Télécom

    Censurée

    Titre : Censurée – L’enfer France Télécom
    Auteur : Michèle Arnaud
    Éditeur : Évidence (Électrons Libres) [site officiel]
    Date de publication : 17 avril 2020

    Synopsis : En 1990 France Télécom amorce son processus de restructuration, première marche vers la privatisation.
    Michèle a atteint le grade d’Inspectrice Principale dans l’entreprise.
    Elle présente le double handicap d’être une femme cadre dans une hiérarchie très masculinisée, et de gérer des services sociaux appelés à disparaître. Dans l’entreprise on gomme l’humain décrété non productif et coûteux, au profit de la rentabilité.
    Un protocole de « Schémas de courbes de deuil » institué au mépris de toute humanité est censé pousser sans douleur, les indésirables vers la sortie…
    Michèle Arnaud, entrée en écriture pour survivre, témoigne de ce procédé d’éviction qui a conduit certains de ses anciens collègues au suicide.
    L’ironie douce-amère qui imprègne le récit en facilite la lecture, sans jamais masquer le poids de la souffrance au travail et sa répercussion sur le déroulement de la vie de l’auteure.

    L’espoir meurt quand on ne peut plus conjuguer le verbe être au futur…

    Grâce à une nouvelle Masse Critique, j’ai pu découvrir une des publications des éditions Évidence, le deuxième récit de Michèle Arnaud, Censurée – L’enfer France Télécom.

  • Révolte d'une interne

    La Révolte d’une interne

    Révolte d'une interne

    Titre : La Révolte d’une interne. Santé, hôpital : état d’urgence
    Auteur : Sabrina Ali Benali
    Éditeur : Le Cherche-Midi, puis J’ai Lu [site officiel]
    Date de publication : 2018, puis 12 février 2020

    Synopsis : En dénonçant dans une vidéo aux millions de vues le manque de moyens, les conditions de travail détériorées et l’épuisement de ceux qui, chaque jour, veillent sur nos vies, Sabrina est devenue la voix des professionnels de santé du pays.
    Elle évoque ici les failles qui fissurent l’institution hospitalière : de la formation des médecins, qui omet le rapport aux patients, jusqu’au système de fonctionnement inspiré de l’entreprise, incapable de soigner correctement et humainement. Ce livre est aussi, en creux, le portrait d’une femme révoltée et altruiste, qui croit toujours profondément en son métier.

    La blouse n’est pas une armure.

    Alors que, comme quasiment tous les secteurs d’activité de la société française, l’hôpital public est en lutte pour sa survie, afin de maintenir l’« utopie délirante » qui conditionne son organisation, c’est-à-dire la santé pour tous, il se trouve que le témoignage de Sabrina Ali Benali sort en poche chez les éditions J’ai Lu.

  • Chroniques d'un vieux Gilet Jaune en Sarthe et à Paris

    Chroniques d’un vieux Gilet Jaune en Sarthe et à Paris

    Chroniques d'un vieux Gilet Jaune en Sarthe et à Paris

    Titre : Chroniques d’un vieux Gilet Jaune en Sarthe et à Paris
    Auteur : Jean-Claude Leroyer
    Éditeur : Éric Jamet éditeur [site officiel]
    Date de publication : 12 octobre 2019

    Synopsis : Schiappa, Ruffin, médias, CGT, Attali…
    Ce n’est pas une étude sociologique. Ce n’est pas un pamphlet politique. Ce n’est pas un traité philosophique. C’est juste le témoignage d’un retraité de 77 ans, aux côtés de plusieurs centaines de Gilets Jaunes sarthois, témoins et victimes d’une police partout et d’une justice nulle part.
    En France en 2019, les sanctions sont beaucoup plus lourdes pour un Gilet Jaune, honnête citoyen pris dans une manifestation non déclarée que pour de hauts personnages, voleurs de millions d’Euros à l’État Français.

    Les Gilets jaunes arrêtés ne deviendront jamais des leaders ni des proscrits, mais des héros discrets, remarquables, exceptionnels, aimés par toute la communauté de ceux qui auraient pu être à leur place.
    Tout le monde sait qu’ils sont victimes de l’arbitraire d’un pouvoir aux abois. La répression n’a jamais fait disparaître la misère. Les cœurs meurtris des Gilets Jaunes sont emplis de haine à l’encontre de ceux qui volontairement les maintiennent dans des situations désespérées. La flamme de la révolte ne s’éteindra pas sous les coups de matraque, elle continuera à brûler silencieusement dans l’attente d’un nouvel incendie.

    À l’occasion de La 25e Heure du Livre 2019, le salon du Mans, le Bibliocosme a aussi pu rencontrer parmi les stands des différents éditeurs locaux Jean-Claude Leroyer, qui publie ses Chroniques d’un vieux Gilet Jaune en Sarthe et à Paris, chez Éric Jamet éditeur.

  • Damnés de la Commune 2

    Les Damnés de la Commune, tome 2 : Ceux qui n’étaient rien

    Damnés de la Commune 2

    Titre : Ceux qui n’étaient rien
    Cycle/Série : Les Damnés de la Commune, tome 2
    Auteur : Raphaël Meyssan
    Éditeur : Delcourt [site officiel]
    Date de publication : 13 mars 2019

    Synopsis : Retrouvez Victorine et Lavalette, acteurs anonymes et exemplaires de la Commune de Paris qui dura un peu plus de deux mois. L’auteur nous en offre une vision fascinante au travers de gravures contemporaines des évènements.
    18 mars 1871. La Commune de Paris est proclamée devant l’Hôtel de Ville. Lavalette est de ceux qui prononcent des discours couverts par la clameur et les chants de la foule. Débute alors une étrange révolution dans laquelle ceux qui prennent le pouvoir commencent par le rendre en organisant des élections. Personne n’imagine que tout finira dans un bain de sang 72 jours plus tard…

    De cette toute première réunion du Comité central à l’Hôtel de Ville, il n’existe aucune archive.
    Personne n’a pensé à rédiger un compte-rendu.
    Pourtant, de cette réunion est sortie la décision la plus importante et la plus surprenante du Comité, celle qui va fonder la Commune de Paris.
    Depuis des mois, ses membres rêvaient de l’Hôtel de Ville.
    À présent, ils y sont. Ils ont le pouvoir.
    Leur première décision… est de le rendre.
    À la fin du jour, une affiche signée par Lavalette et tous les membres du Comité annonce l’organisation d’élections à la Commune de Paris.
    « Citoyens,
    Aidés par votre généreux courage et votre admirable sang-froid, nous avons chassé ce gouvernement qui nous trahissait. À ce moment, notre mandat est expiré, et nous vous le rapportons, car nous ne prétendons pas prendre la place de ceux que le souffle populaire vient de renverser.
    Obscurs il y a quelques jours, nous allons rentrer obscurs dans tes rangs, et montrer aux gouvernants que l’on peut descendre, la tête haute, les marches de ton Hôtel de Ville. »

    Le deuxième tome d’une trilogie est souvent le plus complet, le plus dense, car il n’a pas forcément à s’embarrasser d’introduire ou de conclure une histoire. Avec cette suite des Damnés de la Commune, par Raphaël Meyssan chez les éditions Delcourt, il y avait de quoi faire pour nous rappeler les événements inhérents au lancement de la Commune, notamment de Paris, en 1871.

%d blogueurs aiment cette page :