Les Damnés de la Commune, tome 3 : Les orphelins de l’Histoire

16 septembre 2020 0 Par Dionysos
Damnés de la Commune 3

Titre : Les orphelins de l’Histoire
Cycle/Série : Les Damnés de la Commune, tome 3
Auteur : Raphaël Meyssan
Éditeur : Delcourt (Histoire & histoires) [site officiel]
Date de publication : 6 novembre 2019

Synopsis : Ils ont eu soixante-douze jours pour renverser le roman national. À présent, Victorine, Lavalette et les Communards affrontent une armée. La Semaine sanglante a commencé. Avec les mots et les images de l’époque, ce livre retisse les fils de notre histoire. Pour nous, les orphelins de l’histoire, les enfants perdus de la Commune.

Je vois le monde de Victorine vaciller.
Du sud-ouest de la ville, cent trente mille soldats déferlent dans Paris.
La Semaine sanglante a commencé.

Fin 2019, Raphaël Meyssan clôt sa trilogie des Damnés de la Commune chez les éditions Delcourt avec ce tome intitulé Les orphelins de l’histoire.


Damnés Commune 03 - intérieur.indd

La fin d’une belle aventure

En 1870 et 1871, s’élèvent des mouvements populaires, notamment ouvriers, dans certaines grandes villes françaises. Raphaël Meyssan a construit cette évocation historique en trois actes (causes et origines dans le premier, lancement véritable dans le deuxième et dénouement dans le troisième) ; il est donc temps d’aborder dans ce troisième tome la conclusion de l’épisode des Communes (de Paris ou d’ailleurs) et de parler de la « Semaine sanglante ». Maintenant que la Commune de Paris est officiellement lancée (mars et avril 1871) avec son lot d’avancées sociales, l’armée versaillaise passe à l’action du dimanche 21 au dimanche 28 mai 1871 ; ce sont donc deux conceptions de la République française qui s’affrontent : la Commune la veut libertaire, égalitaire et fraternelle, les Versaillais sont davantage dominés par les monarchistes et quelques républicains modérés. C’est donc l’heure de suivre pas à pas l’avancée militaire de ces derniers dans les rues parisiennes faisant des milliers de morts et organisant des procès expéditifs.
Damnés Commune 03 - intérieur.indd

Les bienfaits de la micro-histoire

À nouveau, Raphaël Meyssan mise avec brio sur la micro-histoire pour nous faire saisir la grande, c’est-à-dire se focaliser sur l’histoire de quelques individus en reconstruisant leur vie au jour le jour, ou en tout cas au plus près en fonction des sources disponibles. Ici, l’auteur traque les derniers moments communards de son voisin Lavalette, dont le nom est parfois malmené par les sources et la réputation salie par bien des retournements de situation. Il poursuit également l’épopée de Victorine dont la famille est marquée par les combats dans la capitale. Cartes postales de l’époque, gravure, estampes, extraits de notes privées, parfois des comptes-rendus publics ou des services secrets de la République… les sources sont nombreuses pour appréhender ce moment fatidique de l’Histoire. L’auteur les met en scène en multipliant les montages de ces sources entre elles ; c’est bien là le cœur de sa production : accorder le fond et la forme grâce uniquement aux sources historiques que nous en avons gardé (productions plastiques pour la forme et extraits de journaux personnels et de dépêches officielles pour le fond).

Le 20 mai a lieu un événement inconcevable pour notre époque dans laquelle les élus font des promesses de campagne et n’ont aucun compte à rendre durant leur mandat.
Ce samedi soir, au Théâtre-Lyrique – où se trouve l’actuel Théâtre de la Ville –, les élus du 4e arrondissement font face à leurs électeurs, qui leur imposent un mandat impératif.

Les enseignements d’un événement politique

En cette période où la politique se tend franchement, entre crise sanitaire, inégalités économiques et bouleversement climatique, il est toujours intéressant de se pencher sur d’autres périodes qui peuvent paraître troublées, de loin, mais enseignent tant une fois qu’on les cerne mieux. Les épisodes des Communes de 1870-1871 (car il n’y a pas que celle de Paris, Raphaël Meyssan le rappelle bien, notamment dans le deuxième tome) sont un de ces rares moments d’égalité revendiquée et mise directement en pratique par les citoyens français. Or, face à eux, s’érige un pouvoir mixte, mélange de monarchistes et de républicains très embourgeoisés ; et quand cette République est en marche, elle tue la démocratie, celle des simples citoyens qui s’organisent en autogestion. Comme l’écrit l’auteur, « le seul moment où le gouvernement s’est retranché à Versailles, c’est lors de la Commune de Paris, pour y rejoindre une Assemblée nationale dominée par les monarchistes. À Paris, on rêve de république démocratique et sociale. À Versailles, on veut remettre le roi sur le trône » ; ainsi, la République est encore aujourd’hui versaillaise, avec un monarque à sa tête qui se veut surpuissant, jupitérien en somme. Mais n’est pas Zeus qui veut, et peut-être faudra-t-il de nouvelles Communes pour le lui rappeler.
Damnés Commune 03 - intérieur.indd

En 2020-2021, sont commémorés les 150 ans des Communes (de Paris ou d’ailleurs). Les bouleversements politiques de 1870-1871 sont très peu connus par le grand public et cet album, conclusion d’une magnifique trilogie, permet de leur rendre une partie de la place qui leur revient de droit dans l’Histoire.

Voir aussi :
Tome 1 ; Tome 2

Autres critiques :

Retour en haut