Paroles d'honneur

Titre : Paroles d’honneur
Scénaristes: Leïla Slimani et Laetitia Coryn
Dessinateur : Laetitia Coryn
Éditeur : Les Arènes BD
Date de publication : 2017 (septembre)

Synopsis : Rabat, été 2015. Suite à la parution de son livre « Dans le jardin de l’ogre », un roman cru et audacieux qui aborde la thématique de l’addiction sexuelle, Leila Slimani part à la rencontre de ses lectrices marocaines. Face à cette écrivaine franco-maghrébine décomplexée qui aborde la sexualité sans tabou, la parole se libère. Au fil des pages, l’auteur recueille des témoignages intimes déchirants qui révèlent le malaise d’une société hypocrite dans laquelle la femme ne peut être que vierge ou épouse, et où tout ce qui est hors mariage est nié : prostitution, concubinage, homosexualité.

Bibliocosme Note 4.0

La société marocaine est bipolaire : on dit que l’on veut se moderniser et protéger nos habitants, mais la question de la sexualité reste taboue. Il faut en parler, ce n’est pas un problème strictement médical. Les avortements mal faits, les septicémies, les infections, les suicides, les crimes d’honneur, les abandons et les infanticides sont un vrai problème au sein de la société marocaine, que l’on doit résoudre une bonne fois pour toute.

Libérer la parole des femmes

Lorsque Leïla Slimani sort son premier roman en 2014 (« Dans le jardin de l’ogre »), elle rencontre une jeune compatriote qui se met à lui raconter les difficultés qu’elle rencontre au quotidien en tant que femme marocaine. L’auteure y puise l’inspiration pour un essai intitulé « Sexe et mensonge » qui dénonce l’hypocrisie de la société marocaine vis à vis de la sexualité et son rapport complexe avec le corps féminin. C’est cet essai qui est ici adapté en roman graphique par Leïla Slimani et Laeticia Coryn dont l’objectif est simple mais pourtant difficile à atteindre : libérer la parole des femmes. Un thème qui fait évidemment échos à l’actualité, et pas seulement au Maroc, après les révélations de l’affaire Wellenstein ou encore la profusion des hashtags « balance ton porc » et « me too ». L’ouvrage est organisé en trois parties dont la première consiste essentiellement à recueillir cette parole des Marocaines afin de donner au lecteur un aperçu du paysage sur place. Et ce qu’on entend à de quoi révolter. On découvre l’histoire d’une fillette mariée de force et cherchant à plaire à son mari qui ne veut pas la toucher. Une autre raconte ses deux mariages catastrophiques, avec viols, coups et humiliations à la clé. Une autre encore raconte son mal être en tant que lesbienne dans un pays où l’homosexualité est puni d’emprisonnement. Le premier constat qui saute aux yeux, c’est évidemment cette violence quotidienne que subissent les femmes. Les coups, enfants, parce qu’elles osent dirent qu’un « garçon est amoureux d’une fille » et que ça ne se fait pas. Les viols à l’adolescence parce que les garçons sont persuadés que de toute façon elles n’étaient déjà plus vierges. Les insultes (« pute », « salope ») dès toute petite, juste parce qu’elles s’épilent les sourcils ou portent une jupe jugée trop courte.

Une société schizophrène

La seconde chose que l’on remarque, c’est cette espèce de schizophrénie des hommes marocains qui, d’un côté, ne se gênent pas pour sortir et coucher avec des femmes en dehors des liens du mariage, et de l’autre estime tout à fait normal d’attendre de leur épouse qu’elle soit vierge au moment de la nuit de noce. La virginité revêt ainsi une importance totalement démesurée, au point qu’une loi permet d’ailleurs aujourd’hui encore de punir « d’un mois à un an d’emprisonnement toutes personnes de sexes différents qui, n’étant pas unis par les liens du mariage, ont entre elles des relations sexuelles ». Ce tabou oblige évidemment les femmes à tenir un double discours et les met souvent dans des situations humiliantes, voire dangereuse lorsqu’il est question d’avortements qui, évidement, doivent se faire de manière clandestine (on compterait jusqu’à 600 interruptions de grossesse pratiquées chaque jour au Maroc, dont des centaines qui entraînent des risques dramatiques pour la femme). Le bilan est accablant et on prend pleinement conscience de l’importance pour les Marocaines de briser le silence qu’on leur impose et de prendre conscience qu’elles ne sont pas seules. La seconde partie du roman graphique, très courte, fait office d’intermède et relate les événements révélateurs qui se sont déroulés au Maroc lors de l’été 2015. Il y eut d’abord la polémique suscitée par le film Much Loved ; puis les concerts de Jennifer Lopez et Placebo qui ont fait scandale (la première parce qu’elle était trop dénudée, le second parce qu’il s’était peint sur le torse le numéro 489 barré pour dénoncer l’article de loi qui pénalise l’homosexualité au Maroc) ; et enfin il y a eu ces lynchages d’homosexuels dans la rue et une agression particulièrement marquante de deux jeunes filles à cause de leur tenue.

« L’émancipation est d’abord conscientisation »

La troisième et dernière partie propose des éléments d’analyse pour tenter de comprendre ces mécanismes précédemment décrits. Pour ce faire, l’auteur met en scène un certain nombre d’intellectuels et militants défendant la cause des femmes et apportant un regard critique vis à vis du rapport des Marocains à la sexualité. C’est le cas par exemple de la journaliste Mona Eltahawi qui dénonce dans ses écrits la misogynie du monde arabe, mais aussi de la théologienne Asma Lamrabet, qui se bat pour une réécriture des textes sacrées du Coran à partir d’une perspective plus féministe, ou encore du réalisateur du fameux film « Much Loved », Nabil Ayouch. Tous ont pour point commun de dénoncer le rapport malsain que les hommes marocains entretiennent avec la sexualité et la stigmatisation des femmes qui cherchent à s’émanciper. Ce qui compte avant tout, en fin de compte, c’est le regard de l’autre et la honte que l’on fait systématiquement rejaillir sur les femmes. Ce portrait sombre et déprimant de la société marocaine d’aujourd’hui est fort heureusement nuancé par l’auteur qui insiste tout de même sur les évolutions positives de ces dernières années. Leïla Slimani rapporte par exemple quelques témoignages d’hommes qui veulent eux aussi que les choses changent et n’acceptent pas la façon dont sont traitées les femmes dans leur pays. L’auteur montre aussi que les résistances à la libération des Marocaines ne viennent pas toujours de ceux qu’on croit. Ainsi, des islamistes peuvent être pour une ouverture du droit à l’avortement, tandis que des femmes vont s’y opposer. En dépit de la dureté des témoignages recueillis, la plupart des femmes et des hommes interrogés ici s’accordent tout de même pour dire que, peu à peu, la parole commence à se libérer, permettant aux femmes de sortir de leur isolement et de lutter plus efficacement pour une plus grande égalité avec les hommes.

Leïla Slimani et Laetitia Coryn signent un très bel ouvrage qui permet aux Marocaines de parler des violences et des injustices dont elles sont victimes dans leur pays, tout en analysant le comportement masculin et les tabous relatifs à la sexualité et au corps féminin. A lire !

Autres critiques :  ?