Titre : Destinations
Anthologiste : Stéphanie Nicot
Auteurs/Nouvelles : Aurélie Wellenstein (« Bucéphale au cœur des ombres ») ; G. D. Arthur (« Ivresses et profondeurs ») ; Grégory Da Rosa (« FIN ») ; Charlotte Bousquet (« La Voix des renards pâles ») ; Victor Dixen (« La Source ») ; François Rouiller (« L’Aiguillon de l’amour ») ; Jean-François Tomas (« Chakrouar III ») ; Adrien Tomas (« La voix des profondeurs ») ; Stefan Platteau (« Le Roi Cornu ») ; Pierre Bordage (« Sans destination ») ; Loïc Henry (« Essaimage ») ; Estelle Faye (« Hoorn ») ; Fabien Cerutti (« Jehan de Mandeville, Le livre des merveilles du monde ») ; Lionel Davoust (« Une forme de démence »)
Éditeur : Mnémos
Date de publication : 2017 (mai)

Synopsis : Autour du thème des Imaginales 2017, Destinations, l’anthologie officielle du festival, offre ses multiples feux, entre lieux étranges et voyages initiatiques, espaces lointains et abysses glacés, îles englouties et messages de la Voie lactée. Bienvenue au pays de tous les imaginaires !

Ceux que tu nommes les elfes étaient réputés pour leurs sciences, merveilles et innovations ; leurs arbalètes tiraient dix traits, coup sur coup, ils possédaient des nefs capables de glisser sur les alizés, des maisons-arbres avec lesquelles leur cœur vivait en symbiose, ils tissaient des masques qui autorisaient les êtres de surface à respirer sous les flots, inventaient des jeux élaborés et subtils, et maîtrisaient l’art du Qi, grâce auquel ils avaient offert aux navigateurs les premières boussoles. (Fabien Cerutti, Jeahan de Mandeville, Le livre des merveilles du monde)

Pour la neuvième année consécutive, les éditions Mnémos publient à l’occasion du festival des Imaginales d’Epinal une anthologie dont l’objectif est de rendre compte de la qualité et de la diversité de la fantasy francophone. Après s’être effacée en 2012 au profit de Lionel Davoust et Sylvie Miller (remplacés à leur tour par Jean-Claude Dunyach, puis Jean-Claude Vantroyen), Stéphanie Nicot reprend ici les rênes de l’anthologie qui subit ses premières transformations depuis sa création. C’est d’abord la fin de l’opposition traditionnelle entre deux figures phares de la fantasy. « Rois et capitaines », « Magiciennes et sorciers », « Reines et dragons »… : il est vrai qu’en huit ans les auteurs ont eu l’occasion de faire le tour d’à peu près tous les personnages et créatures emblématiques du genre. L’occasion pour Stéphanie Nicot d’initier un autre changement : l’ouverture à la science-fiction (et, probablement l’année suivante au fantastique…). L’intention est louable même si je ne peux m’empêcher d’être un peu déçue de voir la SF prendre si vite une part aussi importante dans cette anthologie créée avant tout pour faire la part belle à la fantasy (cette année se sont six textes sur quatorze qui relèvent de la SF…). Il faut tout de même avouer que l’intitulé de l’ouvrage s’y prêtait plutôt bien. Déclinée en trois thématiques faisant directement écho au festival et à l’affiche réalisée pour l’occasion par Julien Delval (destination / destin / nation), l’anthologie se découpe en trois parties bien distinctes privilégiant tour à tour l’une ou l’autre de ces approches. Seul élément immuable, le choix du sommaire qui se compose comme chaque fois d’auteurs à la carrière plus ou moins longue mais en tout cas expérimentés.

Couverture 2009 – Julien Delval

Ils sont six à avoir choisi de se pencher sur la question du destin, un thème très (trop ?) vague qui fait de cette première partie sans doute la plus faible de l’anthologie, quant bien même la plupart des textes reste de qualité. Aurélie Wellenstein (coup de cœur des Imaginales 2017) reprend dans « Bucéphale au cœur des ombres » l’un de ses animaux de prédilection (le cheval). La réutilisation d’une créature méconnue du folklore médiéval est intéressante, mais la dénonciation du fanatisme religieux pas suffisamment approfondie. G. D. Arthur met ensuite en scène la rencontre entre une jeune plongeuse et une créature des abysses dans « Ivresses et profondeurs », un texte auquel je ne suis malheureusement parvenue à adhérer ni au fond ni à la forme. Grégory Da Rosa profite quant à lui de l’occasion pour nous en apprendre un peu plus sur la création de l’univers dans lequel se déroule son premier roman (« FIN »). On reste aussi dans la fantasy avec Charlotte Bousquet qui nous conte dans « La voix des renards pâles » le destin tragique d’un chamane trop orgueilleux. Un texte qui, pour une raison que je ne saurais expliquer, ne m’a guère passionné et dont la chute se révèle un peu décevante. Fort heureusement, Victor Dixen nous offre avec « La Source » un très beau texte mettant en scène la passion d’un homme pour les territoires inexplorés et dont il faut surtout saluer l’habile narration faite d’une succession de témoignages émanant de proches de l’aventurier. On termine cette partie consacrée au destin avec « L’Aiguillon de l’amour », première nouvelle de SF signée François Rouiller : une nouvelle réussie et au fort potentiel comique (même si j’ai du mal à la rattacher à la thématique…) dans laquelle un homme parvient, grâce aux nouvelles technologies, à piloter des animaux/caméra pour espionner sa voisine bronzant en tenue d’Ève dans son jardin…

Couverture 2010 – Julien Delval

La seconde partie consacrée à la thématique « nation » a manifestement moins séduit puisqu’elle ne comporte que trois textes. On poursuit dans la science-fiction avec « Chakrouar III » de Jean-François Tomas qui met en scène l’arrivée sur une planète (apparemment revenue à un niveau de développement proche de celui du Moyen-Age) d’une mission diplomatique cherchant de nouveaux alliés. Un texte efficace qui séduit surtout par l’alternance de points de vue et le ton employé, même si la chute (bien qu’inattendue) est un peu difficile à avaler. Adrien Tomas nous livre pour sa part un véritable plaidoyer pour l’écologie et imagine un futur pas si lointain dans lequel le Japon aurait complètement disparu, englouti par l’océan (« La voix des profondeurs »). Une nouvelle touchante dans laquelle la Terre reprend ses droits et qui nous interroge sur notre rapport à la nature. On doit à Stephan Platteau l’une des deux nouvelles les plus longues de l’anthologie (une trentaine de pages) mais aussi l’une des meilleures. Se déroulant mille ans avant « Manesh », « Le roi cornu » nous narre le sort du peuple des Firwanes, obligés d’entreprendre un voyage périlleux sur la mer pour échapper à la guerre. On fait évidemment très vite le rapprochement avec le contexte mondial actuel et ses millions de migrants disparus en Méditerranée après avoir été forcés de quitter leur pays. On retrouve également l’un des thèmes chers à l’auteur et déjà exploité dans « Dévoreur », à savoir l’influence faste ou néfaste des astres sur le comportement humain. Ajoutez à cela un combat spectaculaire opposant deux prétendants au trône, des créatures marines extraordinaires et un voyage sur une île peuplée de dangereuses créatures, et vous obtenez un récit captivant porté par une plume toujours aussi habile.

Couverture 2011 – Julien Delval

Dernier volet de cette trilogie, « Destinations » regroupe les nouvelles des cinq auteurs restant qui mettent l’accent sur le voyage et l’exploration. Les deux héros de Pierre Bordage n’hésitent pas, par exemple, à embarquer sur un vaisseau spatial faisant route vers l’inconnu (« Sans destination »). Un texte sympathique mais un peu court qui illustre bien que l’important n’est pas tant la destination que le voyage lui-même. Loïc Henry imagine quant à lui une Terre progressivement vidée de ses habitants, envoyés par grappe vers une planète supposément moins abîmée que la notre (« Essaimage »). L’auteur opte pour une nouvelle à chute et l’ensemble est plutôt réussi. Les personnages d’Estelle Faye ont eux aussi l’espoir d’un futur plus radieux sur une autre planète (« Hoorn »), et tant pis si le voyage se révèle plus long que prévu… L’auteur parvient comme d’habitude à donner vie à des personnages touchants (mention spéciale à Alex, sexagénaire fan de métal et de chansons de pirates) et multiplie les référence au milieu maritime, chose qui personnellement me plaît beaucoup. Avec sa nouvelle consacrée à « Jehan de Mandeville », Fabien Cerutti revient quant à lui à son univers du « Bâtard de Kosigan » et nous entraîne dans un Moyen Age fantasmé peuplé de créatures surnaturelles. L’action prend place en 1351 alors que Jehan de Maneville entreprend un périlleux voyage à la demande de la comtesse de Champagne afin d’aller délivrer un message aux Elfes de jade résidant dans les forêts d’Orient. Au programme : une traversée mouvementée de l’Europe et de l’Asie, des combats, des trahisons et surtout des rencontres avec des créatures étonnantes. Une vraie merveille ! Pari également réussi pour Lionel Davoust qui signe avec « Une forme de démence » une très jolie nouvelle s’interrogeant sur le rapport entre un auteur de fantasy et son univers sur fond de paysage islandais. Touchant et surprenant jusqu’à la fin.

Cette neuvième anthologie des Imaginales fait incontestablement partie des bons crus et permet de faire plus ample connaissance avec la plume et les univers de quatorze auteurs plus ou moins inspirés par la thématique certes très vaste de cette année. Si j’ai personnellement été plus sensible aux nouvelles de Victor Dixen, Stephan Platteau, Fabien Cerutti et Lionel Davoust, tous les textes valent le coup d’œil, qu’ils mettent à l’honneur la fantasy ou la science-fiction. Rendez-vous l’année prochaine !

Voir aussi : Rois et capitaines ; Magiciennes et sorciers ; Victimes et bourreaux ; Reines et dragons ; Elfes et assassins ; Bardes et sirènes ; Trolls et licornes ; Fées et automates

Autres critiques : Célindanaé (Au pays des cave trolls)