magiciennes-BD-site[1]

Titre : Magiciennes et sorciers
Anthologiste : Stéphanie Nicot
Auteurs : Sire Cédric (« Cœur de serpent »), Laurent Gidon (« Djeeb l’encharmeur »), Charlotte Bousquet (« Toiles déchirées »), Maïa Mazaurette (« Exaucée »), Justine Niogret (« T’humilierai »), Erik Wietzel (« L’ultime illusion »), Rachel Tanner (« In cauda venenum »), Julien d’Hem (« Margot »), Sylvie Miller et Philippe Ward (« Le crépuscule des maudites »), Pierre Bordage (« L’autre »), Jean-Claude Dunyach (« Respectons les procédures »), Lionel Davoust (« Quelques grammes d’oubli sur la neige »), Jean-Philippe Jaworski (« La troisième hypostase »), Fabien Clavel (« Chamane »)
Éditeur : Mnémos
Date de publication : 2010

Synopsis : Autour de l’un des grands thèmes du genre, cette seconde anthologie a convoqué les maîtres de la fantasy épique et quelques révélations issues de la nouvelle génération, victimes des sorts les plus puissants. Magicienne du « Vieux Royaume » ou sorcière basque, femme humiliée vengeresse ou victime des forces du Mal, sinistres Moires de la famille Tengelli ou « chiens rouges » revenus d’entre les morts, ils sont tous là… Entrez dans les mondes fascinants de Magiciennes et Sorciers !

big_3

Dans la forêt merveilleuse il demeura insensible à toutes les séductions : il n’eut pas un regard pour les richesses dans les tertres entrouverts, pour les nymphes tordant leur chevelure au-dessus des étangs, pour le mirage entr’aperçu des fontaines de jouvence. Même les périls qui hantaient les sous-bois glissaient sur son insignifiance avec une désespérante constance. Derrière lui en revanche, la contrée était frappée de folie. Les meutes seigneuriales traquaient les lycanthropes jusqu’à tomber dans de féroces embuscades, les chevaliers errants se jetaient des défis et s’entretuaient sur des ponts ensanglantés; les fées relevaient les princes pourris au fond des vieux tumulus et lançaient leurs armées mortes à l’assaut des cours d’amour. Les arbres ployaient sous les pendus, le croassement des corbeaux supplantait le chant des passereaux, des fumées noires dérivaient sur l’horizon… La guerre était arrivée jusque dans le pays secret de Lusinga. (Jean-Philippe Jaworski – La troisième hypostase)

Deuxième anthologie parue suite au festival des Imaginales d’Epinal après « Rois et Capitaines » en 2009, « Magiciennes et sorciers » se compose de treize nouvelles faisant intervenir un certain nombre de grands noms de la fantasy française d’aujourd’hui, de Lionel Davoust à Pierre Bordage en passant par Justine Niogret, Erik Wietzel… Globalement, le principe ainsi que l’ouvrage en lui-même me plaisent évidemment beaucoup, même si ce dernier me paraît quelque peu inégal et nettement en dessous de l’anthologie précédente. Si certaines nouvelles s’oublient malheureusement finalement assez rapidement une fois la lecture terminée, c’est toutefois avec plaisir que l’on retrouve les univers et les personnages de certains auteurs comme la magicienne Judith du « Cycle de Mithra » de Rachel Tanner (« In causa venenum ») ou bien le Vieux Royaume de Jean-Philippe Jaworski qui nous propose comme souvent une nouvelle pleine de magie et de poésie mettant cette fois en scène des elfes, à mon sens la meilleure de cette anthologie (« La troisième hypostase »).

Difficile de parler de toutes les nouvelles, aussi me contenterais-je de mentionner celles qui m’ont le plus marquée. Outre le texte de Jaworski j’ai notamment été assez séduite par « Toiles déchirées » de Charlotte Bousquet, nouvelle dans laquelle on assiste aux révélations faites à la jeune Dionisia sur son passé et surtout sa destinée (nouvelle qui, comme je l’ai découvert par la suite, n’en est pas vraiment une puisqu’il s’agit en réalité d’un extrait du dernier roman en date de l’auteur, « Matricia »). Fabien Clavel réussit également son coup avec « Chamane », texte qui clôt cette anthologie de façon agréable et dans lequel on retrouve l’ambiance très particulière de l’Europe de l’Est médiévale à l’aube de l’avènement du christianisme (époque déjà mise en scène par l’auteur dans son roman « Le châtiment des flèches »). Idem pour Justine Niogret qui met en scène dans « T’humilierai » l’un des personnages de son roman « Chien du heaume », le tout avec une plume toujours aussi incisive et poétique.

Malgré quelques nouvelles peu mémorables, l’ouvrage offre toutefois de très bons moments de lecture, aussi c’est avec plaisir que je poursuivrais ma découverte des anthologies parues et à paraître dans le cadre du festival des Imaginales.

Voir aussi : Rois et capitaines ; Victimes et bourreaux ; Reines et dragons ; Elfes et assassins ; Bardes et sirènes

Autres critiques : Célindanaé (Au pays des cave trolls)