Fantasy

Noon du Soleil noir

Noon du Soleil noir

Titre : Noon du Soleil noir
Auteur : L. L. Kloetzer
Éditeur : Le Bélial’ (site officiel)
Date de publication : 9 juin 2022

Synopsis : Cela se passe dans la plus grande ville du monde connu. La Cité de la toge noire, la Ville aux mille fumées, donnez-lui le nom que vous voulez, vous y êtes déjà allé, vous y retournerez. Surplombée par le palais du Suzerain et les temples de l’allée des dieux, port maritime autant que fluvial, elle grouille de marchands, de prêtres, de voleurs. On y respire les parfums de pays lointains et la puanteur de la misère. C’est là qu’est né, c’est là que survit Yors, ancien mercenaire devenu un peu philosophe par la force de l’âge et des choses. Mais la sagesse ne nourrit pas son homme et Yors n’a plus un sou en poche quand commence notre histoire. C’est par hasard qu’il va se mettre au service d’un jeune homme, un étranger venu faire des affaires en ville. Pas n’importe quelles affaires : de la sorcellerie. Nul ne l’ignore, les sorciers sont des crapules malhonnêtes, des vendeurs de malédictions, des préparateurs de potions aux doigts sales… Courtois, un brin naïf, certain d’être le meilleur dans sa partie. Il s’appelle Noon, et son emblème est un soleil noir…

« Qu’est-ce que vous avez fait ? Tout est en train de nous tomber dessus !
— Je suis magicien ! Pas architecte ! »

Le duo L. L. Kloetzer est de retour ! Après CLEER en fantastique, puis Anamnèse de lady Star en SF (tous deux chez Denoël), le tandem d’écriture composé de Laure et Laurent Kloetzer revient avec un roman de fantasy chez Le Bélial’ au printemps 2022.

Duo de choc

Yors est un mercenaire vétéran, sans le sou quand on le rencontre. Parti pour ne pas avoir le choix de son prochain employeur, il fait la connaissance par hasard de Noon, jeune homme qui se prétend grand adepte de la sorcellerie, et pas n’importe laquelle, celle des grands jours, des batailles épiques et des énigmes surnaturelles à résoudre. Au sein de la Ville au Grand Caravansérail, les étapes ne manquent pas ceux qui veulent s’enrichir, voyager, commercer, parcourir les bas-fonds ou côtoyer la haute société. Yors trimballe alors Noon dans tous les quartiers qui peuvent lui être utiles, du Suzerain aux marchands en vue, de l’étal des bouchers aux maisons de passe à pêcheurs, en passant les mille et un temples qui parsèment la Ville. Noon désire s’installer à son compte, mais difficile de monter une affaire de sorcier quand les attentes des simples sujets du Suzerain sont très simplistes. Heureusement, après les demandes dignes d’un rebouteux ou de menu fretin, Noon et Yors flairent un gibier un peu plus conséquent par le plus grand des hasards.

Fantasy classique

Le duo Kloetzer semble prendre un malin plaisir à revenir à de la fantasy et mise, pour cela, sur des aspects ultra classiques. La Ville, avec son caravansérail, son Suzerain et ses corporations de métiers, navigue entre un univers médiéviste et quelques tentations renaissantes. À cela s’ajoute une magie tout à fait acceptée, mais au fond très mal connue par les habitants, ou bien largement oubliée par l’action insidieuse de dieux anciens. Le duo narrateur-protagoniste joue à fond sur les poncifs du genre, en lorgnant vraiment sur l’heroic fantasy, au sens classique de la sword & sorcery (la référence à Fritz Leiber, qui aurait inventé le terme, est volontaire). Toutefois, à l’instar de ce que Thomas Geha a pu faire dans Des sorciers et des hommes, ce n’est pas parce qu’on fait de la sword & sorcery qu’il est impossible de la rendre contemporaine. Ainsi, la magie de Noon n’est pas forcément mauvaise, quelques thématiques sociales pointent le bout de leur nez (même si c’est ténu pour l’instant) et la dualité des protagonistes casse le classicisme du héros parfait. Après, les petits éléments dignes de jeux de rôle glissés ça et là par les auteurs font le travail et permettent non seulement une bonne immersion, mais aussi et surtout de ne pas se contenter d’une simple quête à résoudre.

Noon du Soleil noir est à la fois un personnage mystérieux, attachant et sujet d’un roman efficace, même si au fond plutôt court. Heureusement qu’une suite est prévue pour pouvoir découvrir davantage cet intéressant duo !

Autres critiques :
Apophis (Le Culte d’Apophis)
L’Épaule d’Orion
Quoi de Neuf sur ma Pile ?

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, essais historiques, littératures de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine. Membre fondateur du Bibliocosme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :