• Le Serpent

    La Maison des Jeux, tome 1 : Le Serpent

    Le Serpent

    Titre : Le Serpent
    Cycle/Série : La Maison des jeux, tome 1
    Auteur : Claire North
    Éditeur : Le Bélial (collection Une Heure Lumière)
    Date de publication : 2022 (mars)

    Synopsis : Venise, 1610. Au cœur de la Sérénissime, cité-monde la plus peuplée d’Europe, puissance honnie par le pape Paul V, il est un établissement mystérieux connu sous le nom de Maison des Jeux. Palais accueillant des joueurs de tous horizons, il se divise en deux cercles, Basse et Haute Loge. Dans le premier, les fortunes se font et se défont autour de tables de jeux divers et parfois improbables. Rarement, très rarement, certains joueurs aux talents hors normes sont invités à franchir les portes dorées de la Haute Loge. Les enjeux de ce lieu secret sont tout autre : pouvoir et politique à l’échelle des États, souvenirs, dons et capacités, années de vie… Tout le monde n’est pas digne de concourir dans la Haute Loge. Mais pour Thene, jeune femme bafouée par un mari aigri et falot ayant englouti sa fortune, il n’y a aucune alternative. D’autant que l’horizon qui s’offre à elle ne connaît pas de limite. Pour peu qu’elle gagne. Et qu’elle n’oublie pas que plus élevés sont les enjeux, plus dangereuses sont les règles…

    Le jeu est celui des Rois. A l’intérieur d’un de ces coffrets, vous trouverez des pièces qu’il vous sera loisible de déployer. Chaque pièce représente une personne, quelque part dans la ville, qui ses actes inconsidérés, des paris, des dettes, ou une ambition mal placée, ont rendue redevable envers cette maison. Nous vous transférons désormais sa créance, afin que vous l’utilisiez à votre avantage.

  • Le Serpent

    La Maison des jeux, tome 1 : Le Serpent

    Le Serpent

    Titre : Le Serpent (The Serpent)
    Cycle/Série : La Maison des jeux, tome 1
    Auteur : Claire North
    Éditeur : Le Bélial’ (Une Heure-Lumière) [site officiel]
    Date de publication : 24 mars 2022 (2019 en VO)

    Synopsis : Venise, 1610.
    Au cœur de la Sérénissime, cité-monde la plus peuplée d’Europe, puissance honnie par le pape Paul V, il est un établissement mystérieux connu sous le nom de Maison des Jeux. Palais accueillant des joueurs de tous horizons, il se divise en deux cercles, Basse et Haute Loge. Dans le premier, les fortunes se font et se défont autour de tables de jeux divers et parfois improbables. Rarement, très rarement, certains joueurs aux talents hors normes sont invités à franchir les portes dorées de la Haute Loge. Les enjeux de ce lieu secret sont tout autre : pouvoir et politique à l’échelle des États, souvenirs, dons et capacités, années de vie… Tout le monde n’est pas digne de concourir dans la Haute Loge. Mais pour Thene, jeune femme bafouée par un mari aigri et falot ayant englouti sa fortune, il n’y a aucune alternative. D’autant que l’horizon qui s’offre à elle ne connaît pas de limite. Pour peu qu’elle gagne. Et qu’elle n’oublie pas que plus élevés sont les enjeux, plus dangereuses sont les règles…

    Coup de coeur

    Prenez garde à ne pas vous perdre trop profondément dans le jeu. L’émotion est une faiblesse, mais les joueurs restent humains ; les pièces aussi ; si vous oubliez le sens de l’amour ou de la peur, vous ne verrez plus le plateau clairement.

    Autrice anglaise connue pour Les Quinze premières vies d’Harry August, Claire North propose avec Le Serpent un roman court mettant en scène une héroïne confrontée à des choix cornéliens et à sa soif de vivre, le tout dans l’écrin habituel des récits de la collection Une Heure-Lumière du Bélial’ !

  • Toutes les saveurs

    Titre : Toutes les saveurs
    Auteur : Ken Liu
    Éditeur : Le Bélial (Une Heure Lumière)
    Date de publication : 2021 (mai)

    Synopsis : Idaho City, en pleine fièvre de l’or. Les temps sont à la conquête. De l’Ouest, bien sûr. De la fortune, surtout… Prospecteurs, commerçants, banquiers, filles de petite vertu, bandits et assassins s’agrègent en une communauté humaine au goût de mauvais whisky et à l’odeur de poudre. Et puis il y a ce petit groupe de prospecteurs chinois. Qui vivent entre eux, s’entassent dans des baraquements minuscules, et font planer sur la ville les effluves de leur cuisine aux saveurs aussi épicées qu’inconnues. Lily, la fille de leur propriétaire, est fascinée par ces étrangers aux coutumes impénétrables. Et par l’un d’entre eux en particulier, un géant au visage rouge et à l’immense barbe, Lao Guan, qui lui apprend les mystères du wei qi et lui raconte des récits stupéfiants, les aventures de Guan Yu, le dieu de la guerre, de Lièvre roux, son cheval de bataille, et de Lune du dragon vert, sa fidèle épée. Guan Yu, qui fait face à l’injustice et à la trahison dans cette Chine impériale fabuleuse. À l’image de Lao Guan, dans cette Amérique en gestation…

  • Fantasy : Les coups de coeur de l’année 2021

    Nous voilà arrivés en décembre, le moment idéal pour faire un point sur les lectures les plus marquantes de 2021 ! La plupart relèvent de la fantasy (on ne se refait pas) mais figurent également quelques titres de fantastique ou de science-fiction. Pour plus de clarté, j’ai séparé les romans uniques ou les premiers tomes de série sortis dans l’année des suites de séries déjà entamées ou d’ouvrages plus anciens que je n’avais pas eu l’occasion de découvrir avant. [Un simple clic sur le titre de l’ouvrage vous permettra d’accéder directement à l’article complet le concernant.]

  • Symposium inc.

    Titre : Symposium inc.
    Auteur : Olivier Caruso
    Éditeur : Le Bélial’ (collection Une Heure Lumière)
    Date de publication : 2021 (août)

    Synopsis : Le jour de ses dix-huit ans, Rebecca Bertrand a commis l’irréparable. Au couteau. Dans un déferlement de violence rien moins qu’effroyable. Rebecca Bertrand, fille de Stéphane Bertrand, ce génie des neurosciences en passe de révolutionner la biotechnologie à l’échelle du monde avec sa firme Neurotech. Que s’est-il passé dans la tête de Rebecca pour se livrer à une telle atrocité ? Le jour de sa majorité ? Sur sa propre mère ? C’est tout l’enjeu du procès en passe de s’ouvrir, et ce qu’Amélie Lua, charismatique ténor du barreau, devra découvrir. Et vite, si elle veut éviter la perpétuité à sa cliente. Car déjà la vox populi des réseaux sociaux omniprésents a rendu son verdict… et quelque part, dans les secrets du cerveau malade d’une jeune femme, entre la pianiste assassinée, le scientifique révolutionnaire et l’avocate en quête d’absolu, patiemment, une araignée tisse sa toile…

  • MortTM

    MortTM

    MortTM

    Titre : MortTM
    Cycle/Série : Trademark, tome 3
    Auteur : Jean Baret
    Éditeur : Le Bélial’ [site officiel]
    Date de publication : 30 septembre 2021

    Synopsis : Rasmiyah vit à Babel. Bien qu’elle réside dans un quartier musulman, c’est une chaos magicienne. Enseignante de profession, elle vénère le dieu serpent Glycon et organise sa vie en fonction du grimoire fondateur de sa religion, le Moon and Serpent Bumper Book of Magic. De l’autre côté de la Bordure, à Mande-Ville, Xiaomi est journaliste. Et gonzo, avec ça. Ses enquêtes génèrent du clic comme s’il en pleuvait — de la consommation en bonne et due forme, bien entendu, mais il ne faudrait pas le prendre pour quelqu’un qui en a quelque chose à foutre. Quant à Donald Trompe, citoyen DN4n93xw dans la zone d’Algoripolis, il partage son quotidien sous l’égide de l’Indominux Lex, loué soit-Il, entre temps d’amour, d’amitié, de loisir et de travail — travail qui consiste à agencer des lettres flottant dans l’espace virtuel de son cube de vie. Ces trois-là ne se connaissent pas. Et pourtant, la M-Théorie va bouleverser leur vie à tous. Et peut-être même bien au-delà…
    Avocat au barreau de Paris, culturiste et nihiliste, Jean Baret est un prophète, une voix sans pareille dans le concert de l’anticipation sociale, quelque part entre Chuck Palahniuk, Philip K. Dick et Warren Ellis. Bonheur™, paru en 2018 aux éditions du Bélial’, finaliste au Grand Prix de l’Imaginaire et au Prix Utopiales 2019, a été salué par le Huffington Post comme un « violent cri d’alerte, entre cyberpunk et satire politique ». Mort™, ultime opus de la trilogie « Trademark », clôt un projet littéraire unique, l’esquisse d’un futur en germe dans les déliquescences de notre présent. Un projet éminemment politique. Une urgente nécessité.

    Est-ce que finalement, tout se résume à une question sociologique ? La religion organise les hommes entre eux, tout comme le commerce ou les algorithmes ? Un marché, un État ou un culte ne sont-ils que des outils de gestion enrobés de fallacieuses promesses ? Ne sont-ils que des délires mortifères ? Des pis-aller, dans l’attente du trépas ? Peut-être qu’au fond, c’est de ça qu’il s’agit. De s’organiser et de s’occuper en attendant la mort. C’est bien l’unique certitude en ce monde, que toute chose doit périr. La seule incontestable réalité. Ce qu’il y a après la mort, et même ce qu’il a avant la mort, n’est que délire. Les hommes conçoivent la mort comme la vie, en imaginant détenir des vérités. Mais tout n’est qu’invention. Il n’y a rien après la mort, et rien avant non plus. Rien que des illusions nous dictant que croire.

    Après BonheurTM en 2018 et VieTM en 2019, Jean Baret termine logiquement sa trilogie « Trademark » chez les éditions Le Bélial’ en 2021 avec MortTM.

  • La fontaine des âges

    Titre : La fontaine des âges
    Auteur : Nancy Kress
    Éditeur : Le Bélial (collection Une Heure Lumière)
    Date de publication : 2021 (février)

    Synopsis : Max Feder est riche. Immensément. Une fortune aux origines troubles, mais après tout, qu’importe ? Car Max Feder va mourir. Et dans ses vieux jours, ses derniers mois, le plus précieux de ses trésors se résume à une bague et ce qu’elle contient, le symbole d’un amour aussi ancien qu’absolu. Éternel, littéralement, puisque l’objet de son amour perdu ne peut pas mourir… Or il semble bien que pour Max Feder, au crépuscule d’une vie tumultueuse, le temps soit venu d’entreprendre un ultime voyage, celui de toutes les remises en question, de tous les possibles…

    Quel intérêt ? Stopper la flèche du temps jusqu’à se retrouver d’un coup d’un seul à, pile vingt ans plus tard, à l’état de cadavre ? On pouvait bien sûr comprendre ce désir de la part de vieillards déliquescents, voire même de mourants plus ou moins épargnés par la souffrance. Mais quantité de gens moins âgés recevaient le traitement D. Des hommes et des femmes brûlant de rester jeunes au prix de leur propre vie. Et ce jusqu’à certains très jeunes athlètes. Des danseurs. Des holostars. Dingue.

  • Ormeshadow

    Titre : Ormeshadow
    Auteur : Priya Sharma
    Éditeur : Le Bélial (Une Heure Lumière)
    Date de publication : 2021 (avril)

    Synopsis : Ère victorienne. Angleterre. Les temps sont durs, et les revers de fortune légion. Ainsi en est-il pour Clare et John Belman, contraints de quitter Bath, sa modernité et ses milieux culturels sophistiqués, pour l’antique ferme familiale d’Ormesleep, dans la région d’Ormeshadow. Au regard de Gideon, leur fils unique, c’est le pire des déracinements. D’autant qu’Ormesleep est le domaine de Thomas, son oncle paternel, figure tyrannique implacable, personnage aigre et brutal. Dans ce nouveau contexte dépourvu d’horizon, alors que les adultes nouent leur propre drame mortel, les fabuleux récits narrés par son père à propos des environs constituent l’unique échappatoire de Gideon. Des récits qui font écho à une légende familiale tenace au sujet d’un dragon endormi sous la falaise, dragon dont l’un des membres de la famille Belman, génération après génération, aurait la garde… À l’heure où son univers s’écroule, quand fantasme et réalité s’entrechoquent, le chemin qui fera du jeune Gideon un homme s’annonce des plus périlleux.

    Il avait l’air d’un roi dépouillé de tout, hormis de son trône – lequel n’était qu’un fauteuil ornemental sculpté d’animaux imaginaires. Il pleurait. C’était la première fois qu’il le voyait pleurer et cette vision l’affolait. Il était cloué au sol par le froid qui engourdissait ses pieds. Froid qui le garda prisonnier jusqu’à ce que John quitte les lieux en fermant derrière lui la porte de la ferme. Gideon se précipita dès qu’il put bouger, soudain plus effaré par l’absence de son père que par ses larmes. « -Papa ? » C’était trop tard.

  • UHL HS 2021

    Une Heure-Lumière, Hors-Série 2021 : Un Château sous la mer

    UHL HS 2021

    Titre : Un Château sous la mer
    Cycle/Série : Une Heure-Lumière, Hors-Série 2021
    Auteur : Greg Egan
    Éditeur : Le Bélial’ (Une Heure-Lumière) [site officiel]
    Date de publication : 20 mai 2021

    Synopsis : Une heure-lumière, c’est la distance que parcourt un photon dans le vide en 3600 secondes, soit plus d’un milliard de kilomètres…
    C’est aussi le nom d’une collection réunissant à ce jour vingt-six titres, un espace éditorial inédit, unique, tant par le fond que par la forme, qui ambitionne de faire voyager vite et loin le lecteur.
    Une collection qui, en l’espace de quelques années à peine, s’est bâti un statut de référence dans le paysage éditorial hyper-saturé des littératures de genre.

    Même s’il ne fut pas publié en septembre, mais en mai 2021, il est l’heure du désormais traditionnel Hors-Série annuel d’une collection devenue référence et qui fait vivre le format court « nouvelle/novella », la collection Une Heure-Lumière de chez Le Bélial’ !

  • Nous allons tous très bien merci

    Titre : Nous allons tous très bien merci
    Auteur : Daryl Gregory
    Éditeur : Le Bélial / Pocket
    Date de publication : 2015 / 2017

    Synopsis : Ils sont cinq, traumatisés, victimes de maniaques, poursuivis par leurs peurs, leurs démons, prisonniers d’un choc post-traumatique, et rassemblés par le Dr Jan Sayer pour une thérapie de groupe. Médecin psychiatre, elle est là pour les aider, les amener à se libérer des événements qui ont irrémédiablement marqué leur vie du sceau de l’horreur. Mais quelque chose de plus profond les lie tous. Une menace que certains d’entre eux sentent, d’autres voient, dont ils portent la marque dans leur chair, leurs os… Ces êtres brisés vont devoir trouver la force de s’ouvrir les uns aux autres et de s’allier pour stopper le cauchemar qui s’apprête à prendre forme et envahir le monde.

     

    Lors des premières réunions, on se pliait à une structure rigide sans en être conscients. On parlait à tour de rôle, chacun occupant sa portion de temps à raconter sa vie et ses histoires d’épouvante. Une espèce de veillée autour d’un feu de camp. Le Dr Sayer nous apprit que cela arrivait fréquemment au sein d’un groupe de parole. Au bout du compte, le groupe cesserait de raconter et commencerait à travailler. La plupart d’entre nous ignoraient ce que cela signifiait, et les autres faisaient semblant de n’en rien savoir : raconter était déjà assez délicat. Reste qu’une crise au sein d’un groupe peut précipiter les étapes, comme un électrochoc ranimant un coeur. 

%d blogueurs aiment cette page :