Toxoplasma

Titre : Toxoplasma
Autrice : Sabrina Calvo
Éditeur : La Volte [site officiel]
Date de publication : 19 octobre 2017
Récompenses : Grand Prix de l’Imaginaire 2018

Synopsis : Après la Révolution, l’île de Montréal est assiégée — ses ponts bloqués par l’armée fédérale. Partout dans les rues se déchirent les partisans de l’ancien monde libéral et ceux qui aspirent à une société anarchiste, transformant le paysage urbain en un champ de ruines festif où survivent des communautés humaines en pleine recomposition.
Au cœur de ce chaos, Nikki Chanson bosse dans un vidéo-club. Paumée mais pleine de talents cachés, elle partage son temps entre la refourgue de mauvais films aux mauvaises personnes, les enquêtes sur des faits divers sordides et les soirées film en compagnie de Kim, coureuse de bois virtuels.
Mais entre ses hallucinations en VHS et ses rêves de forêts détruites, le quotidien de Nikki menace de s’engouffrer dans une conspiration meurtrière à laquelle elle ne pourra échapper que grâce au soutien de sa copine et d’une marionnette d’un show pour enfants qui n’est autre qu’un chien mort.
À la fois portrait drôle et poétique d’une société contemporaine qui part en capilotade, thriller antispéciste et déclaration d’amour aux nanars d’horreur, Toxoplasma emporte le lecteur à l’orée d’un monde fantastique, qui pourtant est bel et bien le nôtre.

Bibliocosme Note 4.0

Le jour où le nazisme sera rentable, tous les capitalistes seront nazis.

Acheté pendant les Étonnants Voyageurs de Saint-Malo 2018, après avoir écouté Sabrina Calvo parler de son livre et défendre ses convictions, Toxoplasma a en l’occurrence reçu le Grand Prix de l’Imaginaire, ce qui attire forcément l’attention.

De l’anticipation politique

Pour débuter ce roman, l’autrice ne nous facilite pas la vie et, en même temps, tant mieux. Les premiers paragraphes s’enchaînent dans un tourbillon étrange où on ne sait pas toujours ce qu’on doit penser de ce qu’on lit. Le lecteur découvre au fur et à mesure que Montréal est désormais organisé en une Commune libre, que le monde entier semble avoir subi un effondrement du réseau Internet, voire d’une partie du réseau électrique. Sur le modèle du moment, l’Islande, La Commune libre de Montréal met en contrepartie un régime politique davantage tourné vers la subsistance, l’anarchie et l’entraide. La vie quotidienne locale s’y organise désormais par d’autres manières que le néolibéralisme devenu habituel, à commencer par le fait qu’il n’y ait plus de monnaie unique. Toutefois, il semble évident que ce nouveau régime politique ne soit pas du goût de ses voisins fédéraux qui cherchent à le faire tomber, manu militari s’il le faut.

Du cyberpunk à Nanarland

Dans ce contexte un brin tendu, nous suivons Nikki, « conservatrice de VHS d’horreur », c’est-à-dire qu’elle cherche à refourguer à des clients très occasionnels des nanars de série Z dont elle connaît les moindres détails (et sa culture en la matière est gargantuesque). L’intrigue se centre sur l’enquête pittoresque de Nikki qui s’improvise détective privée pour retrouver des chats perdus et élucider l’énigme du raton laveur éviscéré dans le parc à côté de chez elle. On part donc très bien ! Dans son enquête, on croise tout ce qui fait son petit monde montréalais : des gens un peu perdus, des voisins plutôt étranges, des activistes politisés. Ainsi, sa copine, Kim, fait partie d’un groupe de hackeurs communiquant par un réseau informatique inaccessible au commun des citoyens ; son employeur au vidéo-club semble tout à fait hors du monde ; enfin, Mummy, sa voisine vieillissante, semble bien renseignée sur la vie montréalaise avant l’« apocalypse politique ». Chacun et chacune à leur manière sont des punks, des gens volontairement en marge de la société, qui cultivent un mode de pensée hors des poncifs imposés. Cette étude des marges mise à la fois sur la contre-culture de ces « nanars », ces films de genre sous-financés, sur la construction d’alternatives politiques ou économiques et enfin sur le militantisme pour partager ces réflexions.

Un thriller décalé qui questionne la réalité

Dans Toxoplasma, on croise des mondes virtuels, des actes antispécistes et la menace dystopique fasciste. Rien que ça ! Au fur et à mesure que Nikki déroule son enquête, chaque sujet vient ajouter à sa perplexité, elle qui finalement est une héroïne qui n’a pas d’avis préconçu sur la situation qui lui est offerte, mais qui s’éveille doucement sur la réalité, qui se politise progressivement finalement. Cette progression se construit à chaque petite découverte, chaque « bris » dans la réalité que Nikki peut rencontrer de manière plus ou moins brusque pour elle. C’est l’occasion pour elle de se questionner sur sa propre condition (ce qui semble être un thème récurrent chez cette autrice). Là-dessus, Sabrina Calvo ajoute aussi des éléments qui peuvent franchement paraître burlesques dans ce cadre, mais qui constituent une couche mytho-poétique – comme dirait Jean-Claude Dunyach – qui mise à la toute fin par petites touches sur une mythologie nord-amérindienne. Forcément, il y a aussi des chats, puisqu’on parle de toxoplasmose, mais dans son trip, il y aussi des crapauds-taureaux, des marionnettes qui sont conscientes et plein d’autres choses encore… Certains lecteurs trouveront ce livre trop barré, mais il est surtout très réflexif, n’ayez donc pas d’inquiétudes.

En somme, il est souvent détestable de voir les adjectifs s’amonceler sur la quatrième de couverture pour décrire un roman, mais là, en l’occurrence, ce « thriller proto-cyberpunk, déclaration d’amour aux nanars d’horreur » et « roman poétique et politique, qui réussit à allier le burlesque à la tension d’une intrigue fantastique » remplit son contrat et tient toutes ses promesses.

Autres critiques :

Downtown est devenu l’univers stérile auquel il aspirait du temps de sa gloire néo-capitaliste. Loin des marchandages de Chinatown et des souterrains exclusivement corporates, la surface est laissée aux ruines de chaînes de vêtements, aux fast-foods et aux micro-supermarchés. Une population fantôme continue ses errances de shopping, véritables rituels devenus religion – des zombis répétant des gestes habituels, sans plus aucun sens. De libéral à réactionnaire il n’y a qu’un pas. L’ancienne génération voyait les choses en noir et blanc, et au ralenti. Son incapacité à dépasser le bien-être matériel avait laissé un trou béant dans le vivre-ensemble.