cycle-des-robots-2-un-defile-de-robots

Titre : Un défilé de robots (The Rest of the Robots)
Cycle : Le cycle des Robots, tome 2
Auteur : Isaac Asimov
Éditeur : J’ai Lu
Date de publication : 1974 (1964 en VO)

Synopsis : Comment risque de réagir un robot programmé pour un environnement lunaire dès lors qu’il se retrouve égaré sur Terre ? Un robot peut-il mentir à un procès pour préserver les intérêts de son utilisateur ? Le docteur Susan Calvin, robopsychologue, dialogue avec les androïdes pour faire la lumière sur ces étranges affaires. Et découvre davantage de défauts de programmation chez l’homme que chez ses fidèles créations…

Note 2.5

Susan Calvin ! Le Dr Susan Calvin ! La robopsychologue Susan Calvin ! Le robot à la démarche de femme !
Quelles pouvaient bien être les trois lois qui guidaient sa vie ? Première Loi : tu protégeras le robot de tout ton pouvoir, de tout ton cœur, de toute ton âme. Seconde Loi : tu soutiendras les intérêts de l’U.S. Robots à condition que, ce faisant, tu n’ailles pas à l’encontre de la Première Loi. Troisième Loi : tu accorderas une considération passagère à l’être humain, à condition que, ce faisant, tu n’ailles pas à l’encontre de la Première et de la Seconde Loi.

Isaac Asimov poursuit son cycle des Robots à travers huit nouvelles hétéroclites.

Dans Un défilé de robots, l’auteur s’attèle à nous faire progresser dans la découverte des robots, et notamment des avantages et des inconvénients de ces fameuses Trois Lois de la robotique. Même s’il est moins uni que le premier tome où on voyait le docteur Susan Calvin nous racontait progressivement ses aventures robotiques, ce deuxième tome a au moins l’avantage de permettre à l’auteur de varier considérablement les angles d’approche et les procédés scénaristiques. Un robot peut-il aimer ? Un robot peut-il tuer ? Un robot peut-il choisir ? Un robot peut-il mentir ? Chacune de ces huit nouvelles répond à ces questionnements fondamentaux pour le devenir de la robotique.

Isaac Asimov progresse donc comme il convient dans ses réflexions. Toutefois, pourvu que le troisième tome soit un peu plus motivant et qu’il multiplie davantage les intrigues croisées, ou en tout cas plus complexes, car je commence à regretter les tournures du cycle de Fondation

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 3 ; Tome 4 ; Tome 5

Autres critiques :