• UHL HS 2021

    Une Heure-Lumière, Hors-Série 2021 : Un Château sous la mer

    UHL HS 2021

    Titre : Un Château sous la mer
    Cycle/Série : Une Heure-Lumière, Hors-Série 2021
    Auteur : Greg Egan
    Éditeur : Le Bélial’ (Une Heure-Lumière) [site officiel]
    Date de publication : 20 mai 2021

    Synopsis : Une heure-lumière, c’est la distance que parcourt un photon dans le vide en 3600 secondes, soit plus d’un milliard de kilomètres…
    C’est aussi le nom d’une collection réunissant à ce jour vingt-six titres, un espace éditorial inédit, unique, tant par le fond que par la forme, qui ambitionne de faire voyager vite et loin le lecteur.
    Une collection qui, en l’espace de quelques années à peine, s’est bâti un statut de référence dans le paysage éditorial hyper-saturé des littératures de genre.

    Même s’il ne fut pas publié en septembre, mais en mai 2021, il est l’heure du désormais traditionnel Hors-Série annuel d’une collection devenue référence et qui fait vivre le format court « nouvelle/novella », la collection Une Heure-Lumière de chez Le Bélial’ !

  • Tau Zéro Bélial

    Tau Zéro

    Tau Zéro Bélial

    Titre : Tau Zéro
    Auteur : Poul Anderson
    Éditeur : Le Bélial’ [site officiel] / Pocket [site officiel]
    Date de publication : 7 juin 2012 / 8 janvier 2015 (1970 en VO)

    Synopsis : L’aventure ultime : le premier vol habité hors du système solaire…
    Terre. XXIIIe siècle. Ils sont cinquante. Vingt-cinq femmes, vingt-cinq hommes. Parmi les meilleurs dans leurs domaines : astrophysiciens, mathématiciens, biologistes, astronavigateurs… Leur mission est la plus sidérante qui soit : rejoindre l’étoile Beta Virginis en quête d’une nouvelle Terre. Ils disposent pour ce faire du plus stupéfiant des vaisseaux, le Leonora Christina, dernier né de sa génération, un navire capable de puiser son énergie au cœur même de l’espace et d’évoluer à des vitesses relativistes…
    Un voyage de trente-deux années-lumière. Un voyage sans retour. Et tous le savent. Tel est le prix que sont prêts à payer ces pionniers d’une aire nouvelle…
    Bibliocosme Note 3.5

    Une fois que la crise est passée, une fois que les gens sont en mesure de se débrouiller par eux-mêmes… quel meilleur service peut leur rendre le roi hormis retirer sa couronne ?

    Et un autre roman de Poul Anderson mis en avant par les éditions du Bélial’ ! Tau Zéro date un petit peu (1970), mais mérite le détour tant pour son récit que pour son propos.

  • Le cycle des Robots, tome 2 : Un défilé de robots

    cycle-des-robots-2-un-defile-de-robots

    Titre : Un défilé de robots (The Rest of the Robots)
    Cycle : Le cycle des Robots, tome 2
    Auteur : Isaac Asimov
    Éditeur : J’ai Lu
    Date de publication : 1974 (1964 en VO)

    Synopsis : Comment risque de réagir un robot programmé pour un environnement lunaire dès lors qu’il se retrouve égaré sur Terre ? Un robot peut-il mentir à un procès pour préserver les intérêts de son utilisateur ? Le docteur Susan Calvin, robopsychologue, dialogue avec les androïdes pour faire la lumière sur ces étranges affaires. Et découvre davantage de défauts de programmation chez l’homme que chez ses fidèles créations…

    Note 2.5

    Susan Calvin ! Le Dr Susan Calvin ! La robopsychologue Susan Calvin ! Le robot à la démarche de femme !
    Quelles pouvaient bien être les trois lois qui guidaient sa vie ? Première Loi : tu protégeras le robot de tout ton pouvoir, de tout ton cœur, de toute ton âme. Seconde Loi : tu soutiendras les intérêts de l’U.S. Robots à condition que, ce faisant, tu n’ailles pas à l’encontre de la Première Loi. Troisième Loi : tu accorderas une considération passagère à l’être humain, à condition que, ce faisant, tu n’ailles pas à l’encontre de la Première et de la Seconde Loi.

    Isaac Asimov poursuit son cycle des Robots à travers huit nouvelles hétéroclites.

  • Le cycle des Robots, tome 3 : Les Cavernes d'acier

    cycle-des-robots-3-les-cavernes-dacier

    Titre : Les Cavernes d’acier (The Caves of Steel)
    Cycle : Le cycle des Robots, tome 3
    Auteur : Isaac Asimov
    Éditeur : J’ai Lu
    Date de publication : 1971 (1954 en VO)

    Synopsis : L’assassinat du docteur Sarton à Spacetown jette le trouble dans la communauté. Qui aurait intérêt à faire disparaître celui-là même qui milite pour le rapprochement entre Terriens et Spaciens ? Les Médiévalistes, qui ne voient pas d’un très bon œil la prolifération des robots ? Les Spaciens eux-mêmes, prêts à tout pour conserver leurs privilèges ? Le problème du détective Baley, toutefois, n’est pas seulement de retrouver un meurtrier, mais aussi et surtout d’y parvenir avant son collègue robot R. Daneel. Car celui-ci est l’un de ces androïdes au cerveau électronique ultra-perfectionné, créés certes par l’homme, mais qui n’attendent peut-être que l’occasion de prendre sa place…

    Note 4.0

    – Mais pourquoi donner aux robot une forme humaine ?
    – Parce que la forme humaine est, dans toute la nature, celle qui donne le meilleur rendement. Nous ne sommes pas des animaux spécialisés, monsieur Baley, sauf au point de vue de notre système nerveux, et dans quelques autres domaines. Si vous désirez construire un être mécanique, capable d’accomplir un très grand nombre de mouvements, des gestes et d’actes, sans se tromper, vous ne pouvez faire mieux qu’imiter la forme humaine.

    Après deux tomes sous forme de recueils de nouvelles, le cycle des Robots fait plus que poser des bases désormais avec un troisième tome composé d’un seul roman, Les Cavernes d’acier, où Isaac Asimov poursuit son chemin créatif autour des fameuses Trois Lois de la robotique et toutes leurs contradictions possibles.

  • La petite déesse

    La petite déesse

    Titre : La petite déesse et autres histoires d’une Inde future
    Auteur : Ian McDonald
    Nouvelles : Sanjîv et Robot-wallah ; Kyle fait la connaissance du fleuve ; L’assassin-poussière ; Un beau parti ; La petite déesse ; L’épouse du djinn ; Vishnu au cirque de chats
    Éditeur : Denoël (collection Lunes d’encre)
    Date de publication : 2013

    Synopsis : En 2004, Ian McDonald publiait en Angleterre un roman d’une ambition peu commune dans le paysage de la science-fiction contemporaine, « Le Fleuve des dieux », un livre monstre de plus de 600 pages, aux multiples intrigues situées dans une Inde de 2047 balkanisée et en proie à une sécheresse sans précédent. En 2009, Ian McDonald a rassemblé sous le titre La Petite Déesse les sept nouvelles et courts romans qu’il avait écrits sur cette même Inde du futur. On y découvre, souvent par le biais du regard d’enfants, un sous-continent où les hommes sont quatre fois plus nombreux que les femmes, où se côtoient puissants, gens d’une extrême pauvreté, intelligences artificielles et stars virtuelles, tous confrontés à des menaces d’un genre nouveau.

    Note 1.5

    Elle m’agace assez vite, cette tendance de nombreux Indiens à présumer que comme notre culture est très ancienne, nous avons tout inventé. L’astronomie ? Made in India. Le zéro ? Made in India. La nature indéterminée et probabiliste de la réalité telle que révélée par la théorie quantique ? L’Inde. Vous ne me croyez pas ? Les Veda disent que les quatre Grands Ages de l’Univers correspondent aux quatre résultats possibles de notre jeu de dés. Le Krita Yuga, l’Age de la Perfection, est le meilleur score possible. Le Kalî Yuga, l’Age des Dissensions, des ténèbres, de la décomposition et de la désagrégation, le plus mauvais score possible. Tout cela est un jeu de dés divin. Les probabilités ? Indiennes.

     

    Il y a dix ans, Ian McDonald publiait un roman de science-fiction mettant en scène une Inde futuriste, « Le Fleuve des Dieux », qui rencontra un succès retentissant. Avec « La petite déesse », l’auteur revient à cet univers par le bais de sept nouvelles, chacune consacrée à un moment phare ou un concept particulier permettant de véritablement révéler l’incroyable complexité de cette Inde du future.

  • Involution

    Involution

    Titre : Involution
    Auteur : Johan Héliot
    Éditeur : Nouveaux Millénaires
    Date de publication : 2014 (janvier)

    Synopsis : L’AMAS – pour Anomalie Magnétique de l’Atlantique Sud – préoccupe les scientifiques du monde entier : si ce qu’enregistrent les instruments de mesure est avéré, on a peut-être affaire à un phénomène géophysique d’une ampleur inégalée depuis l’extinction des dinosaures. Les villes du continent sud-américain sont les premières à en percevoir les effets : à São Paulo, tous les appareils de communication commencent à se dérégler. Pas de chance pour Vincent, un Français qui vient juste d’être embauché par Globo, le nouveau géant brésilien de l’internet mondialisé ; ni pour Chloé, son ex, venue avant lui au Brésil pour fuir leur relation moribonde. C’est même encore pire pour la jeune femme : responsable du projet de forage pétrolier le plus ambitieux jamais conçu, elle se trouve aux premières loges pour assister à l’Apocalypse…

    Note 2.0

    L’univers des abysses demeure un mystère à de nombreux points de vue, mais pas autant que celui des entrailles de la Terre. Un siècle et demi plus tôt, Jules Verne les avait peuplé d’une vie foisonnante. Une idée peut-être pas si absurde, d’ailleurs. La découverte de forme de vie extrêmophiles, capables de supporter d’énormes pressions et des températures élevées, a depuis relancé le débat. Bien sûr, plus personne ne rêve de dinosaures ou de créatures disparues de la surface, mais d’organismes unicellulaires , de bactéries plus âgées encore que ces bons vieux sauriens géants – plus résistantes, en somme, parce que discrètes et adaptées aux pires conditions d’existence concevables.

  • L’ange blond

    ob_3b6c53b95362712ed10872f0b944d7f7_l-ange-blond[1]

    Titre : L’ange blond
    Auteur : Laurent Poujois
    Éditeur : Mnémos (Icares)
    Date de publication : 2010

    Synopsis : Sujet : LEFÈVRE, Aurore. Âge : 26 ans. Signalement : 1m68, 50 kg, blonde, yeux verts. Nationalité : Européenne (France). Formation : Légion Impériale (six ans de service actif, diplôme de stratégie spatiale, grade de commandant, démissionnaire). Profession actuelle : Éducatrice pour biônes / Maître-orchestreur (nom de scène : der Blonde Engel). Signes particuliers : Indisciplinée +++/ Dangereuse. Mission : Démanteler la conjuration menaçant l’impératrice Caroline Bonaparte. Note : Ne coopérera pas sans y être contrainte…

    big_2

    -Je suis sûr que vous allez pouvoir m’expliquer ça, grinça Constantin. Pour « ça », il entendait certainement la carcasse fumante du hangar 13.
    -Quelqu’un à joué avec des allumettes, suggérai-je.

  • Le cycle des Robots, tome 1 : Les robots

    9782290055953

    Titre : Les Robots (I, Robot)
    Cycle : Le cycle des Robots, tome 1
    Auteur : Isaac Asimov
    Éditeur : J’ai Lu
    Date de publication : 1967 (1950 en VO)

    Synopsis : Susan Calvin est robopsychologue à l’United States Robots, Inc. Née en 1982, elle a aujourd’hui 75 ans. Ce livre relate ses souvenirs sur l’évolution du robot dans l’histoire humaine, depuis Robbie qui, en 1996, fut vendu comme bonne d’enfants jusqu’à Byerley qui devient président de la Fédération mondiale terrestre en 2044. A travers ces récits, on voit comment le robot, d’abord esclave soumis à l’homme, parvient peu à peu à être son égal, avant de devenir son maître. Les souvenirs du Dr Calvin forment un livre au charme désuet qui fait revivre l’aube du XXIème siècle, époque où l’homme existait encore indépendamment de son compagnon de métal, le robot.

    big_3

    Je suis une machine à laquelle on a donné un semblant de vie par la vertu des interactions positroniques dans mon cerveau, qui est une œuvre humaine.

    « Qui aime Fondation doit découvrir les Robots » me suis-je dit après avoir dévoré la plus connue des sagas d’Isaac Asimov. Ces volumes ne sont pas bien gros, pas bien chers : pas bien compliqué de se laisser tenter évidemment ! Porté par mon intérêt pour le film (vaguement adapté de ce premier recueil de petites histoires) « I, Robot », me voilà parti (et loin d’être arrivé, vu le nombre important de nouvelles et de romans qui constituent le Cycle des Robots) à la suite des fameux Susan Calvin, la robopsychologue, M. Robertson l’entrepreneur et Alfred Lanning, le scientifique !

%d blogueurs aiment cette page :