cycle-des-robots-3-les-cavernes-dacier

Titre : Les Cavernes d’acier (The Caves of Steel)
Cycle : Le cycle des Robots, tome 3
Auteur : Isaac Asimov
Éditeur : J’ai Lu
Date de publication : 1971 (1954 en VO)

Synopsis : L’assassinat du docteur Sarton à Spacetown jette le trouble dans la communauté. Qui aurait intérêt à faire disparaître celui-là même qui milite pour le rapprochement entre Terriens et Spaciens ? Les Médiévalistes, qui ne voient pas d’un très bon œil la prolifération des robots ? Les Spaciens eux-mêmes, prêts à tout pour conserver leurs privilèges ? Le problème du détective Baley, toutefois, n’est pas seulement de retrouver un meurtrier, mais aussi et surtout d’y parvenir avant son collègue robot R. Daneel. Car celui-ci est l’un de ces androïdes au cerveau électronique ultra-perfectionné, créés certes par l’homme, mais qui n’attendent peut-être que l’occasion de prendre sa place…

Note 4.0

– Mais pourquoi donner aux robot une forme humaine ?
– Parce que la forme humaine est, dans toute la nature, celle qui donne le meilleur rendement. Nous ne sommes pas des animaux spécialisés, monsieur Baley, sauf au point de vue de notre système nerveux, et dans quelques autres domaines. Si vous désirez construire un être mécanique, capable d’accomplir un très grand nombre de mouvements, des gestes et d’actes, sans se tromper, vous ne pouvez faire mieux qu’imiter la forme humaine.

Après deux tomes sous forme de recueils de nouvelles, le cycle des Robots fait plus que poser des bases désormais avec un troisième tome composé d’un seul roman, Les Cavernes d’acier, où Isaac Asimov poursuit son chemin créatif autour des fameuses Trois Lois de la robotique et toutes leurs contradictions possibles.

Les Cavernes d’acier suivent l’aventure du détective Baley, policier de New York, chargé d’enquêter sur l’assassinat du docteur Sarton. Toutefois, ce meurtre n’a pas eu lieu sur Terre à proprement parler, mais bien à Spacetown, la ville qui domine New York et qui est un comptoir terrien pour les Spaciens, humains bénéficiant de privilèges car partis à la conquête de l’espace. La différence entre Terriens et Spaciens réside d’abord dans leur rapport aux androïdes qu’ils ont créés : les premiers s’en méfient et s’en servent comme main-d’œuvre, les deuxièmes voient en eux bien plus que de simples exécutants et cherchent à les intégrer dans la société. Or, le détective Baley voient arriver au-devant de lui deux obstacles : d’abord Spacetown est une cité aérienne ultrasécurisée où les premiers suspects seront donc les androïdes (mais c’est censé être impossible, car ils sont programmés pour ne pas nuire), ensuite on lui assigne d’office un collègue androïde de Spacetown, R. Daneel, qui semble le surpasser en tout point.

Avec Les Cavernes d’acier, Isaac Asimov garde le principe du cycle des Robots, c’est-à-dire étudier au plus près les contradictions des lois qui régissent la construction d’androïdes, ainsi que leurs relations avec l’évolution humaine. Toutefois, il crée à cette occasion un véritable polar de très bonne facture. L’enquête de Baley est passionnante dans le sens où elle se développe au rythme qu’il faut, avec des indices qui nous conduisent à soupçonner un certain nombre de personnages chacun leur tour. Cela change clairement des nouvelles précédentes des tomes 1 et 2 où chaque élément des Trois Lois de la Robotique pouvait être étudié séparément ; ici, il s’agit de faire avec un environnement potentiellement hostile et avec un acolyte androïde dont nous ne pouvons jamais sûrs à 100% qu’il est fiable.

En conclusion, Les Cavernes d’acier ce que j’attendais enfin dans le cycle des Robots : un bon roman, policier en plus, qui use des ressorts des Trois Lois de la Robotique, sans plus seulement chercher uniquement à les tourner dans tous les sens (même si c’est toujours plaisant aussi).

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 2 ; Tome 4 ; Tome 5

Autres critiques :