la-fille-maudite-du-capitaine-pirate-tome-1

Titre : La Fille Maudite du Capitaine Pirate
Série : Volume Premier
Scénariste et dessinateur : Jérémy Bastian
Editeur : Éditions de la Cerise
Date de publication : 2014

Synopsis : Port Elisabeth, Jamaïque, 1728. La Fille Maudite du Capitaine Pirate part à la recherche de son père disparu, l’un des redoutés flibustiers des mythiques mers d’Omerta. Cette héroïne intrépide nous entraîne rapidement dans des aventures marines et même sous-marines, à la rencontre de pirates tordus et teigneux, de créatures mythiques et autres fantasmagories se dévoilant comme des poupées russes. Sorte d’Alice au pays des pirates, ce récit rempli d’humour est servi par un dessin incroyablement détaillé que l’on croirait tout droit sorti d’une gravure du XIXe.

Note 3.0

Croyez-moi tombée de la dernière pluie, monsieur. Mais j’ai au cœur une tourmente qui enverrait par le fond la Flotte Royale.

 

Saviez-vous qu’il existait d’autres océans sur lesquelles naviguer que ceux recensés sur nos cartes ? Il s’agit des mers d’Omerta, une vaste étendue d’eaux parsemée de petites îles répondant aux noms exotiques de « Rape pleutre » ou encore « Etranglande » et sur lesquelles naviguent cinq capitaines pirates. L’un d’eux s’avère justement être le père de notre héroïne, une jeune fille au caractère bien trempé se faisant appeler La Fille maudite du capitaine pirate. Bien décidée à faire enfin la connaissance de son paternel dont elle fut séparée dans d’obscures circonstances, la petite rebelle entame un long voyage vers ces territoires dangereux sur lesquels résident et naviguent des créatures peu ordinaires. Une chose est sûre : Jérémy Bastian a de l’imagination à revendre ! Les péripéties marines et sous marines de son héroïne regorgent de trouvailles ingénieuses qui ne manqueront pas d’enflammer l’imagination des lecteurs amateurs d’aventure. Mutinerie, carte au trésor, supplice de la planche, créature tentaculaire vivant au fond de l’eau… : tous ce qui constitue le cœur des récits de pirates est là et on prend un plaisir certain à suivre l’évolution de la quête du protagoniste. On pourrait cela dit regretter un léger manque de clarté qui finit par nuire au récit qui s’emmêle à plusieurs reprises à force de multiplier les rebondissements et les personnages sans que l’intrigue n’avance de beaucoup. Le souci vient aussi peut-être de la petite apprentie pirate qui occupe ici tout le devant de la scène et à laquelle on peine à s’attacher car trop bravache et trop insolente.

la-fille-maudite-du-capitaine-pirate-tome-1-planche-1

Difficile en tout cas de ne pas faire le rapprochement entre la jeune héroïne de Jérémy Bastian et celle, plus connue, de Lewis Caroll, toutes deux entraînées à vivre des aventures complètement extravagantes dans un monde sans queue ni tête. Ici des espadons se livrent des duels revêtus d’armures de chevalier, des navires sont manœuvrés par un équipage de dragoneaux et autres sauriens, les sardines se baladent en banc en s’excusant du dérangement auprès des passants et le meilleur chemin pour se rendre sur les mers d’Omerta se trouve dans les profondeurs de l’océan. Le caractère burlesque du récit est renforcé par les graphismes mettant en scène des personnages tour à tour minuscules, gigantesques, voire complètement disproportionnés. L’auteur a également élaboré un bestiaire tout aussi déjanté que le reste de son univers : chiot aquatique, oiseau capable de se changer en poisson et vice versa, poulpe géant, et quantité d’autres créatures tellement farfelues qu’il serait impossible de les décrire. Outre l’excentricité du scénario, ce qui marque surtout dans ce premier tome, c’est évidemment la patte graphique de l’auteur qui, chose plutôt rare, trouve son inspiration dans la gravure. Chaque planche fourmille ainsi d’une multitude de détails tour à tour surprenants ou amusants qui donnent un esthétique assez particulier à l’ouvrage. Quoique rafraîchissante au début, cette surabondance pourra malgré tout finir par rebuter les lecteurs tant il est vrai que certaines planches trop chargées perdent une partie de leur charme et de leur cohérence.

la-fille-maudite-du-capitaine-pirate-tome-1-planche-2

Un premier tome qui, à défaut d’être totalement convainquant, n’en est pas moins intriguant visuellement aussi bien que sur le plan du scénario. A noter que le deuxième tome vient tout juste de paraître et que des planches de l’auteur seront exposées à Saint Malo à l’occasion du festival de BD Quai des Bulles.

Voir aussi : Tome 2