• Les flots sombres

    Les flots sombres

    Les flots sombres

    Titre : Les flots sombres
    Cycle/Série : Chevauche-brumes, tome 2 (?)
    Auteur : Thibaud Latil-Nicolas
    Éditeur : Mnémos
    Date de publication : 2020

    Synopsis : Le Bleu-Royaume est en danger. Des hordes de créatures maléfiques, libérées d’un sortilège qui les retenait captives, ravagent ses campagnes et terrorisent les hameaux. Les soldats issus de la neuvième compagnie des légions du roy, les Chevauche- Brumes, se sont juré de les combattre jusqu’à leur dernier souffle. Les réfugiés arrivent par centaines dans la capitale et exacerbent les rivalités entre le régent et le culte d’Enoch. Dans les contrées méridionales, un monstre marin d’origine inconnue fait des ravages parmi les navires, mettant en péril le lien vital qui unit les îles Jumelles au continent. Les Chevauche- Brumes sauront-ils affronter tous ces périls ?

     

    Tu vas y mettre des coulevrines ? demanda brusquement Barbelin en se redressant.
    -J’y compte bien. Au moins quinze, je pense.
    L’artilleur se rua sur Tirelire et l’empoigna par les épaules.
    -Mets-moi sur la liste, face de derche.
    -Mais pourquoi moi ?
    -Parce que tu sais écrire, malheureux !
    -Ah oui, très juste…
    Tirelire sortit de son havresac un rouleau de mauvais vélin, une fiole d’encre et une plume qu’il entreprit de tailler avec un canif.
    -Alors, ça vient ?
    -Bague museau, trouvère ! L’écriture ça prend un peu de temps. Pas comme quand tu baises.
    -Ta mère s’est jamais plainte. 

  • Harrison Harrison

    Harrison Harrison

    Titre : Harrison Harrison
    Auteur : Daryl Grégory
    Éditeur : Le Bélial
    Date de publication : 2020 (février)

    Synopsis : Harrison a un problème avec l’océan. Qui a sans doute à voir avec le fait que lorsqu’il était tout gamin, « quelque chose s’y est passé »… Un quelque chose proprement horrible dont il n’a aucun souvenir conscient, mais qui a coûté la vie à son père, lui vaut une prothèse carbonée en guise de jambe droite, et des douleurs fantômes pour occuper ses nuits. Or, la thalassophobie, quand votre mère est océanographe, c’est assez compliqué. Surtout quand cette dernière se pique de mener une mission improbable au large de Dunnsmouth, petite bourgade portuaire typique de Nouvelle-Angleterre, avec ses pignons, son vieux phare, son architecture georgienne typique, son collège au style gothique suranné et ses habitants aux allures de poissons morts. À moins que ce ne soit l’imagination d’Harrison qui en rajoute un brin… Il faut dire que le poisson, Harrison, il n’aime pas beaucoup ça. Or voilà que sa mère disparaît à son tour, victime d’un accident alors qu’elle disposait des balises en haute mer…

     

    -Harrison, tu m’as rendu un sacré service. Si j’étais retournée en ville, on m’aurait déjà coffrée pour avoir malencontreusement poussé mon menteur de copain depuis le balcon de son penthouse à Manhattan.
    -Il te trompe ?
    -J’ai découvert qu’il couchait avec sa femme.
    -Aïe.

  • L’appel de Cthulhu illustré

    Titre : L’appel de Cthulhu illustré
    Auteur : H. P. Lovcraft
    Illustrateur : François Baranger
    Éditeur : Bragelonne
    Date de publication : 2017

    Synopsis : Boston, 1926. Suite au décès, dans des circonstances étranges, de son grand-oncle, Francis Thurston découvre dans les documents dont il hérite l’existence d’une secte vouant un culte à une créature innommable, endormie depuis des millions d’années. Sacrifices indicibles pratiqués dans les bayous de Louisiane, meurtres mystérieux perpétrés dans divers endroits du globe, artistes sombrant dans la démence après des visions nocturnes terrifiantes, renaissance de cultes ancestraux et surtout, une cité cyclopéenne surgissant de l’océan lors d’une tempête… Thurston va comprendre peu à peu que les recherches de son grand-oncle concernant le culte de Cthulhu étaient bien trop proches de la vérité et que, dans l’ombre, des adeptes œuvrent au réveil de leur dieu païen, prêts à faire déferler la folie et la destruction sur le monde. Les astres sont alignés. La fin est-elle proche ?

     

    Ce qui a surgi peut disparaître, et ce qui a disparu peut surgir de nouveau.

  • La lune et le roi soleil

    La Lune et le Roi-Soleil

    Titre : La lune et le Roi-Soleil
    Auteur : Vonda N. McIntyre
    Éditeur : J’ai lu / Le livre de poche
    Date de publication : 1999 / 2016

    Synopsis : En 1693, le père jésuite Yves de La Croix, explorateur au service du roi Louis XIV, ramène à Versailles un couple de mammifères marins capturés dans les mers du Nouveau Monde. L’un d’eux succombe, tandis que l’autre, la femelle, survit et provoque l’ébahissement général. Marie-Josèphe, la jeune sœur du religieux, qui se voue à l’étude des sciences naturelles loin des intrigues de la cour, devient l’intermédiaire entre les humains et la créature aussi laide que son chant est beau. Protégé par le roi vieillissant qui espère découvrir le secret de l’immortalité, Yves cherche à percer les mystères de la voix divine de l’étrange sirène. Mais revendiquer l’intelligence de cette créature est un grave défi aux conventions aristocratiques et à l’obscurantisme chrétien. Conte tragique où vérité historique et imaginaire se mêlent et se côtoient, La Lune et le Roi-Soleil est aussi un plaidoyer pour la tolérance et la liberté.

    -Ma sœur, je ne désire pas votre aide aujourd’hui.
    -Quoi ? s’écria t-elle. Pourquoi ?
    -Je dois disséquer les parties qui sont impropres aux regards du public. Je demanderai aux dames de ne pas y assister.
    Marie-Josèphe éclata de rire.
    -Les statues de Versailles sont pratiquement toutes dénudées ! Si la nudité humaine n’est pas un mystère, pourquoi faut-il s’inquiéter de celle d’une créature ? J’ai déjà dessiné pour vous le sexe des animaux, plus d’une centaine de fois…
    -Quand nous étions enfants. Quand je ne savais pas que je devais vous l’interdire.

  • Les Scarifiés

    Les Scarifiés

    Titre : Les Scarifiés (The Scar)
    Auteur : China Mieville
    Éditeur : Fleuve Noir / Pocket
    Date de publication : 2005 / 2008
    Récompenses : British Fantasy Award 2003 ; Locus (meilleur roman de fantasy) 2003

    Synopsis : Jeune traductrice de langues oubliées, Bellis fuit Nouvelle-Crobuzon à bord du Terpsichoria en route vers l’île Nova Esperium. Arraisonné par des pirates, le navire est conduit vers Armada, improbable assemblage de centaines de bateaux hétéroclites constitués en cité franche, régie par les lois de la flibuste. Bellis y rencontrera bientôt les deux seigneurs scarifiés d’Armada, les Amants, ainsi qu’Uther Dol, mercenaire mystérieux aux pouvoirs surhumains. Un trio qui poursuit sans relâche une quête dévorante, la recherche d’un lieu légendaire sur lequel courent les mythes les plus fous. Sollicitée pour ses talents de linguiste, Bellis commence alors le plus stupéfiant des voyages, un périple aux confins du monde.


     

    Armada regorgeait de figures de proue. Elles saillaient en des coins improbables, chantournées et ignorées, à l’image des heurtoirs sur les maisons de Nouvelle-Crobuzon. Au bout d’une rue, alors qu’elle déambulait entre deux rangées de maisons accolées en brique, Bellis s’était retrouvée nez à nez avec une femme splendide et corrodée, au plastron tombant en poussière, aux yeux peints écaillés perdus dans le vague. Elle était suspendue en l’air tel un fantôme sous le beaupré de son navire, qui s’avançait jusqu’au-dessus du pont du voisin et pointait dans la ruelle. Elles étaient omniprésentes. Loutres, dracovies, poissons, guerriers, femmes… Surtout des femmes. Bellis détestait ces silhouettes pulpeuses au regard vide qui tressautaient imbécilement avec la houle, et qui hantaient la ville tels des spectres prévisibles.

  • Légendes abyssales

    legendes-abyssales

    Titre : Légendes abyssales
    Auteurs/Nouvelles : Céline Guillaume (« Je t’appartiens ») ; Régis Goddyn (« Un radeau sur le Styx ») ; Barbara Cordier (« Les naufragés de Calypso ») ; Benedict Taffin (« L’étreinte de la médulaire ») ; Estelle Faye (« Une robe couleur d’océan ») ; Anthony Boulanger (« Notre règne ») ; Jean-Luc Marcastel (« Délivrance ») ; Patrick Mc Spare (« Selanka ») ; Sébastien Péguin (« Le Whi N’gho Waa ») ; Fabien Clavel (« Quitter Charydbe ») ; David Bry (« Arche ») ; Patrick Eris (« Quelques grammes de chair ») ; Nathalie Dau (« La plongée »)
    Éditeur : Mythologica
    Date de publication : 2016
    Récompenses : Prix Imaginales de la meilleure nouvelle pour Estelle Faye (« Une robe couleur d’océan »)

    Synopsis : Les légendes abyssales ont de tout temps intrigué et inquiété les Hommes. Qu’ils s’agisse des abysses marines, spatiales, mentales, retrouvez à travers ces treize récits, chacune de ces abysses littéraires, tantôt étonnantes, tantôt inquiétantes.

    Note 3.0

    -Où suis-je ?
    -Là où tu l’as mérité ; aux abords des Abysses.

  • La Fille Maudite du Capitaine Pirate, volume premier

    la-fille-maudite-du-capitaine-pirate-tome-1

    Titre : La Fille Maudite du Capitaine Pirate
    Série : Volume Premier
    Scénariste et dessinateur : Jérémy Bastian
    Editeur : Éditions de la Cerise
    Date de publication : 2014

    Synopsis : Port Elisabeth, Jamaïque, 1728. La Fille Maudite du Capitaine Pirate part à la recherche de son père disparu, l’un des redoutés flibustiers des mythiques mers d’Omerta. Cette héroïne intrépide nous entraîne rapidement dans des aventures marines et même sous-marines, à la rencontre de pirates tordus et teigneux, de créatures mythiques et autres fantasmagories se dévoilant comme des poupées russes. Sorte d’Alice au pays des pirates, ce récit rempli d’humour est servi par un dessin incroyablement détaillé que l’on croirait tout droit sorti d’une gravure du XIXe.

    Note 3.0

    Croyez-moi tombée de la dernière pluie, monsieur. Mais j’ai au cœur une tourmente qui enverrait par le fond la Flotte Royale.

  • La petite encyclopédie du merveilleux

    La petite encyclopédie du merveilleux

    Titre : La petite encyclopédie du merveilleux
    Auteur : Édouard Brasey
    Éditeur : Le Pré-aux-clercs
    Date de publication : 2015 (pour la nouvelle édition)

    Synopsis : C’est à la découverte d’un fabuleux trésor, d’un extraordinaire patrimoine légendaire sauvegardé de siècle en siècle par les conteurs, les mythologues et les folkloristes que nous convie cette Petite Encyclopédie du Merveilleux. Les lecteurs passionnés de fantasy ou de fantastique y retrouveront les fées enchanteresses, les elfes musiciens, les sirènes sensuelles, les nains grinçants et les lutins malicieux des peuples de la lumière, voisinant avec les dragons, chimères, licornes et bêtes pharamines du bestiaire fabuleux ainsi qu’avec les démons, sorcières, vampires et loups-garous des peuples de l’ombre. Au total, plus de deux cent cinquante personnages, esprits ou animaux sont ici répertoriés avec leur description, leur origine géographique et mythologique, leurs mœurs et leur histoire.

    Note 5.0

    Rien n’existe qui n’ait au préalable été rêvé. (Ismaël Mérindol, Traité de faërie, 1466)

  • L’homme qui savait la langue des serpents

    L'homme qui savait la langue des serpents

    Titre : L’homme qui savait la langue des serpents
    Auteur : Andrus Kivirahk
    Éditeur : Attila
    Date de publication : 2013
    Récompenses : Grand Prix de l’imaginaire 2014 (catégorie meilleur roman étranger)

    Synopsis : Voici l’histoire du dernier des hommes qui parlait la langue des serpents, de sa sœur qui tomba amoureuse d’un ours, de sa mère qui rôtissait compulsivement des élans, de son grand-père qui guerroyait sans jambes, d’une paysanne qui rêvait d’un loup-garou, d’un vieil homme qui chassait les vents, d’une salamandre qui volait dans les airs, d’australopithèques qui élevaient des poux géants, d’un poisson titanesque las de ce monde et de chevaliers teutons épouvantés par tout ce qui précède… Peuplé de personnages étonnants, empreint de réalisme magique et d’un souffle inspiré des sagas scandinaves, un roman à l’humour et à l’imagination délirants.

    Note 4.0

    -Est-ce que ces braillements vont se terminer un jour ? On aura jamais la paix, il passe son temps à ouvrir tout grand la gueule et à hurler comme un loup !
    -Cher vieux voisin, répondit le moine paisiblement, ce genre de musique est aujourd’hui fort en vogue dans la jeunesse. Tu es âgé, tu as d’autres goûts, mais tu devrais comprendre que le temps va de l’avant et que ce qui ne te plaît pas peut procurer du plaisir à la jeune génération qui prend exemple sur Jésus-Christ.
    -C’est ce type qui t’a appris à chanter comme ça ? cria le petit homme trapu.
    -Bien sûr que c’est le Christ. C’est l’idole des jeunes. De telles mélodies sont celles qu’entonnent les anges au paradis et les cardinaux en la sainte ville de Rome. Pourquoi devrai-je m’abstenir de les chanter si tout le monde chrétien les entonne ?
    -Chez moi, c’est pas le monde chrétien, coupa le Sage des Vents. Pardonne-nous de t’avoir déranger, tu devais être en train de faire la sieste.
    -Bien sûr que je faisais la sieste ! Et juste au moment où je dormais le mieux, voilà ta charogne de fils que se met à pleurnicher comme si la merde était venue lui boucher le trou du cul !

  • Hommes à la mer

    Hommes  à la mer

    Titre : Hommes à la mer
    Nouvelles : « Les chevaux marins » de W. H. Hodgson ; « La Chiourme » de P. Mac Orlan ; « Le Grand sud » de P. Mac Orlan ; « Les Trois Gabelous » M. Schwob ; Un sourire (de la fortune) de J. Conrad ; « Le Naufrage » de R. L. Stevenson ; « Une descente dans le maelström » d’E. Allan Poe ; « Le dernier voyage du Shamraken » de W. H. Hodgson
    Extraits : « L’Odyssée » d’Homère ; « Kernok le pirate » d’E. Sue ; « Malgorn le baleinier » d’E. Condroyer ; « Le Vaisseau des morts » de B. Traven ; « Un typhon au large des côtes du Japon » de Jack London ; « Les Travailleurs de la mer » de Victor Hugo ; « Le Sphinx des glaces » de Jules Verne
    Scénariste et dessinateur : Riff Reb’s
    Éditeur : Soleil (collection Noctambule)
    Date de publication : 2014 (novembre)

    Synopsis : Librement adapté des nouvelles de Conrad, Hodgson, Mac Orlan, Poe, Schwob et Stevenson. Dernier opus de la trilogie contée et mise en scène par Riff Reb’s, ce recueil offre huit adaptations – graphiquement spectaculaires – d’histoires noires et poétiques.

    Note 5.0

    -CAPITAINE ! LE NAVIRE EST UN TRAIN DE SOMBRER !
    -Vous vous répétez, Spoker, c’est navrant.
    -C’est qu’il s’enfonce rapidement, capitaine.
    -Rapidement, dites-vous ? Que voilà une étrange expression, car si vous voulez bien vous donner la peine d’y penser, le temps n’est que relatif.
    -Je crains, mon capitaine, que le moment soit mal choisi pour philosopher alors que nous aurons bu la grande tasse avant dix minutes.
    -Si l’on suivait votre rationnement, il ne vaudrait jamais la peine de s’engager dans quelque réflexion que ce soit. Périr sans réfléchir n’est que ruine de l’âme !!! Vous oubliez la situation de l’homme, Monsieur Spoker.
    -C’est que je suis trop occupé à considérer celle du navire.
    (Le Naufrage, Robert Louis Stevenson)

     

    « Hommes à la mer » marque la troisième contribution de Riff Reb’s à la collection Noctambule qui se propose d’adapter en image quelques uns des plus grands classiques de la littérature. Cette fois encore, le thème privilégié par l’auteur est celui de la mer, mais à la différence des précédents ouvrages consacrés à une histoire en particulier, on a ici affaire à l’adaptation de huit nouvelles entrecoupées d’illustrations d’extraits d’autres œuvres littéraires.

%d blogueurs aiment cette page :