Batman 1 La cour des hiboux

Titre : La Cour des Hiboux (The Court of the Owls)
Série : Batman, tome 1
Scénariste : Scott Snyder
Dessinateur : Greg Capullo
Éditeur : Urban Comics (DC Renaissance)
Date de publication : 25 mai 2012 (2012 en VO chez DC Comics)

Synopsis : Après une longue période d’absence, Bruce Wayne est de retour sous le masque de Batman, à la poursuite d’un mystérieux tueur en série aux allures de hibou, et dont la prochaine cible n’est autre que… Bruce Wayne. Plus il progresse dans son enquête, plus le Chevalier Noir rassemble d’éléments sur les motivations de son ennemi. Il découvre alors une sombre vérité mêlant la famille Wayne aux fondations troubles de Gotham City.

Note 4.0

Gare à la cour des hiboux, qui d’en haut scrute Gotham,
Au tribunal des chouettes, qui sait tout de nos âmes,
Car par-delà les murs, il entend chaque mot,
Gare à son bras armé, gare à son émissaire dont le nom est l’ergot.

À l’occasion du « Relaunch » de chez DC Comics, Urban Comics a le cran de nous proposer entre la presse et la librairie, en parallèle, des publications qui se chevauchent. Ainsi, La Cour des Hiboux est l’addition des premiers numéros de la nouvelle série Batman, présente dans la revue Batman Saga.


Peut-être ne connais-je pas assez les comics Batman pour avoir un avis justifié sur la question, mais je trouve cette première partie d’aventure (car c’est un tome 1 et la Nuit des Hiboux va bientôt suivre) parfaitement menée. En effet, Scott Snyder (connu jusque là avant tout pour son travail sur American Vampire, autre référence) enchaîne des éléments narratifs très importants pour l’histoire de Batman, des éléments contextuels qui renforcent véritablement notre immersion dans cet univers urbain inimitable et des éléments scénaristiques qui laissent filer notre temps à la suite de Batman en pleine enquête : ainsi, il redéfinit les origines des ancêtres du héros masqué, il personnifie de remarquable manière la ténébreuse ville de Gotham et il offre, par des procédés de style différents à chaque chapitre, une progression très intéressante dans le récit (chaque chapitre est ainsi traité de manière différente, dans une singularité qui étonne mais qui dénote du talent de Scott Snyder, le tout se liant pourtant très bien finalement). On peut dire que les genres du roman noir, du roman policier et de l’œuvre super-héroïque se conjuguent à la perfection ici.

Ajoutons à cela, pour finir, de nombreuses références, habituelles pour certains, nouvelles pour d’autres, des nouveautés à noter comme de nouveaux adversaires, ainsi que des apparitions particulièrement notables et appréciables de Nightwing : l’ensemble est véritablement divertissant à souhait avec une alternance soignée entre respect de la matière et esprit d’innovation.

Le cliffhanger final est évidemment frustrant, mais reconnaissons-lui de très (très très) belles promesses en perspective. On attend donc désormais avec patience la suite, La Nuit des Hiboux, qui promet de forts renouvellements pour ce Batman relaunché.

Voir aussi : Tome 2 ; Tome 3 ; Tome 4