9782365772297-couv-M200x327

Titre : Sang neuf
Série : American Vampire, tome 1
Scénaristes : Scott Snyder, Stephen King
Dessinateur : Rafael Albuquerque
Éditeur : Urban Comics (Vertigo Classiques)
Date de publication : 21 juin 2013 (2010 en VO chez DC Comics)

Synopsis : Amérique, fin du XIXe siècle. Le bandit Skinner Sweet est freiné dans sa tentative d’évasion par un vampire venu du d’Europe. Laissé pour mort, il revient à la vie et découvre qu’en plus d’être l’un d’entre eux, il est aussi la plus puissante, la plus rapide et la plus redoutable des créatures de la nuit. Plus d’un siècle plus tard, à Los Angeles, il contamine à son tour la jeune Pearl Jones afin d’en faire le second vampire d’une nouvelle espèce sur le continent, capable de marcher sous le soleil.

big_3.5

Le plus important, c’est qu’ils sont le télégraphe et tu es le téléphone, ils sont le mousquet et tu es le fusil.

Je commence enfin la série American Vampire par le bon bout ! En 2010, Scott Snyder décide, après plusieurs tentatives, de se lancer dans une vraie série de vampires, ambitieuse et liée à ses chevaux de bataille habituels que sont le côté sombre et les liens avec l’histoire des États-Unis. Ce premier tome, titré Sang neuf, voit se réunir la figure montante des comics d’horreur, Scott Snyder, et l’auteur chevronné et prolifique du genre, Stephen King !

 

Du sang neuf, il en fallait, en effet ! N’en avez-vous pas marre des vampires à l’eau de rose, souvent trop romantiques et parfois bien trop niais ? Comme l’affirme Stephen King dans sa préface, un vampire se devait d’être, avant tout, un tueur, en tout cas pour lui. Stephen King et Scott Snyder aborde cette production à quatre mains par un processus qui, déjà, peut poser problème : ils écrivent chacun une moitié d’épisode, s’occupant chacun de leur côté d’un moment précis de la chronologie. Si la complémentarité entre les deux auteurs est à saluer, ce procédé est vraiment dommageable pour le rythme de lecture, d’autant plus que les découvertes dans les moments « passés » n’éclairent pas les choses au bon moment dans les moments « présents » et que Stephen King le reconnaît lui-même, il n’est pas un véritable scénariste de comics.

Pour le reste, le cahier des charges est largement rempli. En effet, l’histoire des États-Unis est revisitée à travers les affrontements entre vampires et la création/naissance d’une nouvelle génération de vampires dont les pouvoirs et faiblesses diffèrent des vampires plus « classiques ». Scott Snyder maîtrise bien son format et délivre une histoire déjà largement approfondie dès ce premier tome. Je me limite malgré tout à trois étoiles, car j’avoue que l’ensemble ne m’a pas fait un effet formidable non plus, malgré plein de bonnes choses, et parce que le dessin comme le scénario suivent un schéma à la montagne russe, alternant des très hauts et des bas.

En tout cas, nous sommes gratifiés d’une très belle édition par Urban Comics qui se permet un nouveau pied-de-nez à Panini Comics en rééditant ce premier tome d’American Vampire en format cartonné, avec une préface bien illustrée ainsi que des bonus de qualité, et surtout (surtout !) à un prix de lancement particulièrement attractif : 10 € ! N’hésitez plus.