Malgré tout

24 mai 2021 6 Par Boudicca

Titre : Malgré tout
Auteur : Jordi Lafebre
Éditeur : Dargaud
Date de publication : 2020

Synopsis : C’est l’histoire d’un amour à rebours. Une passion platonique mais éternelle entre deux êtres. D’un côté, il y a Ana. Sexagénaire charismatique, ancienne maire tout juste retraitée, mariée et maman. Une battante au grand coeur qui impose le respect. De l’autre, il y a Zeno. Célibataire endurci, libraire proche de la retraite et doctorant en physique qui aura mis quarante ans pour terminer sa thèse. Un esprit libre et voyageur, aussi séduisant que mystérieux. Au fil des années, ils ont tissé ensemble un amour impossible et intarissable. Tout en égrainant les excuses qui ont empêché qu’elle ne prenne forme, on remonte le temps de cette romance et de ses méandres… jusqu’à sa source.

Et si on commençait par la fin ?

Une histoire d’amour à rebours. Voilà comment on pourrait qualifier cette jolie bande dessinée qui fera fondre le cœur du lecteur le plus endurci, surtout en cette période particulièrement morose. Cette histoire, c’est celle d’Ana et Zeno, tous deux sexagénaires lorsqu’on fait leur connaissance alors qu’eux mêmes semblent tout juste se retrouver, et ce avec beaucoup d’émotion. La première est une femme dynamique au caractère bien trempée, ancienne mairesse de la ville dont elle a su gagner l’affection des habitants au cours de ses nombreux mandats. Le second est bel homme, tient une petite librairie et vient tout juste de passer sa thèse sur laquelle il planche depuis des années. On découvre donc les deux amoureux presque à la fin de leur vie… et on apprend qu’ils l’ont passé séparée. Ana est mariée et a une fille et même une petite-fille. Zeno, lui, a passé son temps à bourlinguer d’un bout à l’autre du globe tout en enchaînant les conquêtes. Petit à petit, Jordi Lafebre va nous faire remonter le temps et nous raconter, à l’envers, l’amour entre les deux personnages. L’idée est originale et le résultat très réussi. Loin de gâcher la surprise, la construction narrative à rebours permet au contraire d’entretenir en permanence le suspens et ne fait que renforcer la curiosité du lecteur : pourquoi ont-il vécu séparé alors que l’amour qu’ils se portent semble si fort ? Comment se sont-ils rencontrés ? Quelle a été la nature de leur relation pendant toutes ces années ? Autant de questions qui trouvent leur réponse à mesure que l’on remonte le temps jusqu’aux origines de cette belle histoire d’amour contrariée et platonique mais qui se sera révélée à l’épreuve du temps.

De l’émotion et de la tendresse

Les dessins participent énormément à la tendresse qu’on ne manque pas de ressentir envers les protagonistes. Tous ont de jolies bouilles et un regard expressif communicatif, une combinaison gagnante qui séduit dès les premières pages et s’avère de plus en plus efficace à mesure que les personnages rajeunissent. Ana et Zeno sont tous deux extrêmement attachants et, quand bien même on peine parfois à comprendre comment des caractères si différents peuvent s’être attirés, à aucun moment on ne doute de la sincérité ni de la profondeur de leurs sentiments. Les personnages secondaires bénéficient du même traitement, tout en nuance et tendresse, à l’image du mari d’Ana ou des amantes de Zéno auxquels on serait bien en peine de garder rancune. Car si les deux amants occupent le cœur du récit, ils n’en sont pas pour autant les seuls acteurs puisque chacun est animé d’une passion dévorante, l’une pour sa ville, l’autre pour l’exploration, et que chacun va s’épanouir dans son domaine et y rencontrer quantité de personnes toutes hautes-en-couleur. Jamais mièvre, ni complètement exceptionnelle ni tout à fait banale, l’histoire d’Ana et Zeno échappe à tous les clichés et parvient à surprendre le lecteur qui, loin d’éprouver tristesse ou mélancolie face à cet amour impossible, se prend régulièrement à sourire de la tendresse que se manifestent les personnages lors de leurs retrouvailles (taquineries, musique, échanges de références communes…). L’ambiance méditerranéenne dans laquelle baigne l’ouvrage n’est également pas étrangère au bien-être qu’on éprouve à la lecture de ces pages : il y fait bon, chaud et la vue y est belle, qu’elle représente cette petite ville chère à Ana ou les mers tour à tour calmes ou déchaînées sur lesquelles navigue Zeno.

Petite parenthèse enchantée, « Malgré tout » est un très bel album qui relate l’amour d’un couple dont on va retracer l’histoire de la fin au début. La construction du scénario est astucieuse et les dessins ravissants, autant d’éléments qui suscitent dès les premières pages la tendresse du lecteur. Une jolie lecture qui fait du bien et qu’on a aussitôt envie de relire une fois la dernière page refermée.

Autres critiques :  ?

Retour en haut