Récit contemporain

Soy Nero

soy-nero

Titre : Soy Nero
Scénario : Rafi Pitts et Ravzan Radulescu
Réalisateur : Rafi Pitts
Acteurs principaux : Johnny Ortiz, Rory Chocrane, Aml Ameen, Darrell Britt-Gibson, Ian Casselberry, Rosa Isela Frausto
Date de sortie française : 21 septembre 2016

Synopsis : Nero a 19 ans, il a grandi aux Etats-Unis puis s’est fait déporter au Mexique.
Etranger dans le pays de ses parents, il est décidé à repasser la frontière coûte que coûte.
Il parvient enfin à retrouver son frère, Jesus, qui vit à Los Angeles.
Pour échapper à la vie de misère à laquelle le condamne sa condition de clandestin, sa dernière chance pour devenir américain est de s’engager dans l’armée.
Nero rejoint le front des green card soldiers.

Note 3.5

-Je vais m’engager dans l’armée.
-Et pourquoi tu ferais ça ? -Pour me battre pour ce pays et devenir citoyen américain.

Après quelques déboires, Nero se prend à rêver dans une maison de milliardaire avec son bonimenteur de frère. Nero veut devenir américain, une seule solution s’impose après le 11 septembre 2001 : s’enrôler dans l’armée US. Mais le rêve est très vite rattrapé par la réalité. Changement de cadre, un check-point (qu’on imagine en Afghanistan ou en Irak), des soldats échangent sur leurs origines, entre vannes vachardes et désœuvrement. Pourtant la violence et la mort rodent dans ces plaines désertiques. Est-ce le sacrifice à payer pour rejoindre le sol américain ?

Hommage aux apatrides morts pour un drapeau qui n’était pas le leur (que l’on remet hypocritement à la famille en cas de décès), le film de Rafi Pitts est un film évidemment politique : son regard sur le rêve américain est sans concession. On peut être surpris par une certaine lenteur qu’impose le réalisateur, mais cette éloge de la lenteur, de l’attente renforce l’intérêt que l’on porte à ce jeune garçon. Sa caméra filme une zone de guerre comme si nous étions derrière une paire de jumelles à scruter nous aussi un horizon incertain. Calme précaire où tout relâchement est fatal. Mais l’espoir de vivre au pays de l’oncle Sam est plus fort.

« Soy Nero » est un film qui ne laisse pas indifférent.

À voir 3.5 4.0

Livrovore passionné de lecture, de cinéma, de théâtre et en règle générale par tout ce qui a trait à la culture, sans prétention.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: