La Survie de Molly Southbourne

22 juin 2020 7 Par Dionysos
Survie de Molly Southbourne

Titre : La Survie de Molly Southbourne (The Survival of Molly Southbourne)
Auteur : Tade Thompson
Éditeur : Le Bélial’ (Une Heure-Lumière) [site officiel]
Date de publication : 11 juin 2020 (2019 en VO)

Synopsis : Qui est Molly ? Une jeune femme frappée de la pire des malédictions, morte dans l’incendie de son domicile… Et pourtant là. Semblable mais différente. Qui est cette Molly ? Certains veulent la voir disparaître. D’autres brûlent de la capturer, de percer à jour les secrets de sa nature étrange.
L’objet d’enjeux qui la dépassent, voilà ce qu’est Molly. Condamnée à fuir, à tenter de survivre. Avant de peut-être, enfin, apprendre à vivre…

Je me sens menacée, et une Molly Southbourne qui se sent menacée ne tarde pas à devenir violente.

Très attendue après l’accueil accordé aux Meurtres de Molly Southbourne, la novella La Survie de Molly Southbourne, de Tade Thompson, est parue en France en mai 2020 chez les éditions Le Bélial’.

Après Les Meurtres, les conséquences

Cette novella reprend exactement où Les Meurtres de Molly Southbourne nous avait laissés : elle a échappé aux événements qui ont tragiquement clos la novella précédente, que l’auteur nous rappelle rapidement, et elle doit maintenant assurer sa survie, vaille que vaille. En effet, elle est poursuivie par des personnes qui s’intéressent à elle, soit pour l’aider, soit pour l’étudier, et puis elle est tourmentée par des chimères. Ses propres chimères, en l’occurrence, car elle n’a pas oublié, loin de là, les meurtres perpétrés dans la novella précédente. Désormais, Molly se pose des questions constamment : qui est-elle ? qu’est-elle au juste ? une version améliorée de l’humanité ? L’apparition de doubles de son propre corps et de son esprit est largement modifiée dans cette histoire-ci, par contre elle est confrontée à d’autres formes de symptômes et à d’autres versions de sa « condition ».

Plus psychologique, moins immersif

Le lecteur a pu être étonné du moindre usage de la spécialité médicale de l’auteur vu le sujet de la première novella à propos de Molly Southbourne ; or, avec celle-ci, c’est tout autre chose. En effet, la dimension psychologique est bien plus marquée : Molly est sujette à des pertes de conscience et ce qui ressemble à des hallucinations ou, en tout cas, à des perceptions différenciées de la réalité. L’auteur travaille l’étrangeté des situations en faisant dériver le personnage de Molly dans des incertitudes que n’avait pas rencontré le lecteur dans la première novella. D’ailleurs, même si elle creuse plus intensément les réactions de la protagoniste, celle-ci peut être davantage considérée comme une novella de transition : elle dépend énormément de ce qu’on a apprécié des Meurtres de Molly Southbourne et, à lire les dernières phrases, le lecteur ne peut qu’attendre une suite. Et vite, car les questions restées en suspens après Les Meurtres sont toujours là !

La Survie de Molly Southbourne peut laisser un petit goût d’inachevé par rapport aux attentes générées par la novella précédente, mais l’intrigue tient toujours la route et le personnage est tout de même suffisamment particulier pour qu’on ne l’oublie pas de sitôt.

Voir aussi :
Les Meurtres de Molly Southbourne

Autres critiques :
Aelinel (La Bibliothèque d’Aelinel)
Apophis (Le Culte d’Apophis)
Célindanaé (Au pays des Cave Trolls)
FeydRautha (L’Épaule d’Orion)
Marc Ang-Cho (Les Chroniques du Chroniqueur)

The Maki Project

Cette critique est la 19e de ma participation au Projet Maki 2020.

Retour en haut