Cookie Monster

12 février 2020 5 Par Dionysos
Cookie Monster

Titre : Cookie Monster (The Cookie Monster)
Auteur : Vernor Vinge
Éditeur : Le Bélial’ (Une Heure-Lumière) [site officiel]
Date de publication : 11 février 2016 (octobre 2003 en VO)
Récompenses : Prix Hugo du meilleur roman court 2004, prix Locus du meilleur roman court 2004

Synopsis : Non, vraiment, la vie de Dixie Mae n’a pas toujours été rose… Mais grâce à LotsaTech, et au boulot qu’elle vient de décrocher au service clients de ce géant high-tech, les choses vont changer. Telle était du moins sa conviction jusqu’à ce que lui parvienne l’e-mail d’un mystérieux expéditeur, message qui contient quantité de détails intimes liés à son enfance et connus d’elle seule… Dixie Mae, telle Alice, devra passer de l’autre côté du miroir et payer le prix de la vérité — exorbitant : celui de la nature ultime de la réalité au sein de la Silicon Valley…

En vingt-quatre ans d’existence, Dixie Mae s’était souvent demandé s’il existait rage plus intense que la brume écarlate qui lui apparaissait lorsqu’elle cassait des choses. Jusqu’à aujourd’hui, elle ne l’avait jamais su. Mais, oui, il existait bien quelque chose qui transcendait la rage de berserker. Elle ne balaya pas le terminal de la table, elle ne cassa la gueule à personne. Elle resta avachie un instant, se sentit complètement vidée.

Il fait toujours bon rattraper son retard dans les ouvrages de la collection Une Heure-Lumière proposés par les éditions du Bélial’ ; ici, avec Cookie Monster, de Vernor Vinge, on se plonge dans un cauchemar au sein de la Silicon Valley prête à tous les dépassements.

Des geeks à la Silicon Valley

Los Angeles et sa profusion de géants de la haute-technologie font rêver bien des jeunes gens et ce fut le cas de Dixie qui réussit à se faire embaucher dans un des services de communication de ces multinationales interchangeables. Là, après une formation express et un contrôle des salariés grâce aux technologies de la communication, on emploie de jeunes précaires prêts à tout pour gagner un maigre salaire après des heures passées dans leur nouvelle entreprise. Tout irait donc parfaitement si Dixie ne recevait pas un mail étrange impliquant sa vie privée. Qui peut donc avoir accès à des informations aussi personnelles ? Sa quête de vérité débute tout simplement par la recherche de cet expéditeur anonyme et se fraye un chemin dans les méandres de ce campus qui abrite LotsaTech et ses filiales diverses. À chaque nouvelle découverte, d’autres employés hébergés sur le campus rejoignent son groupe d’infortunés, jeunes informaticiens à la recherche d’un emploi stable : elle n’est pas seule à chercher en quoi consiste le travail qu’on leur demande de faire.

Un récit transhumaniste dérangeant

À l’image de cette entreprise multinationale qui l’embauche et qui se la joue « start-up », le monde de l’entreprise proposé à Dixie est froid, calculateur et oppressant. L’environnement de travail est du genre stressant, puisqu’on a tendance à s’épier constamment, que ce soit voulu ou non. L’auteur met plutôt bien scène cette ambiance où les humains ne sont que des rouages qu’il faut faire fonctionner de la manière la plus efficace possible, logique capitaliste oblige. L’atmosphère est d’autant plus oppressante à partir du moment où l’héroïne recherche l’origine de son problème. Le vocabulaire de type « hard science » est régulier mais abordable ; cela aide à se mettre dans l’esprit de l’héroïne et de ses comparses : immergés dans leur monde de technologie, se rendent-ils compte de ce à quoi ils participent ? Avec cette intrigue qui va chercher de plus en plus loin l’origine du problème, Vernor Vinge peint une description glaçante des multinationales qui lorgnent allègrement sur le transhumanisme, non pas pour le bien du genre humain, mais pour le profit de quelques-uns.

Cookie Monster est donc une novella très bien calibrée, faite pour nous retourner un brin le cerveau, ça marche plutôt bien en allant chercher (très) loin la perversité de certains usages de la science : un très bel exemple de ce que peut offrir la collection Une Heure-Lumière !

Autres critiques :

The Maki Project

Cette critique est ma 4e participation au Projet Maki 2020.

Retour en haut