Zombillénium 1 Gretchen

Titre : Gretchen
Série : Zombillénium, tome 1
Scénariste et Dessinateur : Arthur de Pins
Éditeur : Dupuis (Tous Publics) (fiche officielle)
Date de publication : 27 août 2010

Synopsis : Francis von Bloodt, vampire de son état, gère en bon père de famille le parc d’attractions Zombillénium. On n’embauche pas n’importe qui, chez Zombillénium : les simples mortels n’ont qu’à passer leur chemin, ici on ne travaille qu’avec d’authentiques loups-garous, vampires et momies. C’est ce que va découvrir Aurélien, un homme au bout du rouleau, trompé par sa femme ; et qui va se retrouver embauché malgré lui dans cette étrange entreprise. Gretchen, sorcière stagiaire, va l’aider à faire ses premiers pas…

Note 3.5

En échange de leur âme, j’offre un job dans mon parc à tous ces malheureux. Je crée des emplois.
Je suis un diable moderne.

De l’humour tordant comme il en a désormais l’habitude, des créatures fantastiques toutes plus flippantes les unes que les autres et de l’horreur au milieu de tout ça : Arthur de Pins ne se fout pas de nous en nous offrant ce premier numéro de Zombillénium !


En effet, ici, nous avons droit à l’histoire de Francis von Bloodt (son nom est déjà tout un programme…), gérant de parc d’attractions et accessoirement vampire. Il emploie uniquement des non-mortels. Ainsi, défilent en tant qu’ « acteurs de la peur », des sorcières, des momies, des loups-garous (lycanthropes si vous préférez) et autres diablotins ou démons. Arthur de Pins, qui est au four et au moulin (au scénario comme au dessin), réutilise son trait rondouillard que certains ont pu découvrir dans la série Péchés Mignons. L’ensemble se regarde avec plaisir, mais surtout parce que c’est un récit humoristique, même si c’est de l’humour noir ; un récit plus sombre sur le même sujet aurait mérité un dessin plus obtus (méfiance donc sur ce point pour les tomes à venir). Bref, Arthur de Pins nous fait rire à l’excès avec des personnages simples, mais hauts en couleur. Le cliffhanger nous induit en erreur vu le deuxième tome, mais promet peut-être une série au long court avec des intrigues croisées, complexes à souhait.

Je découvre Arthur de Pins par Zombillénium et ça donne vraiment envie de s’intéresser à cet auteur touche-à-tout ! Son humour ravageur passe par de multiples voix et de multiples jeux graphiques : sa variété fait plaisir à voir. Attention à ne pas relâcher la pression et tomber dans une routine classique, mais normalement cette série a de beaux jours devant elle.

Voir aussi : Tome 2 ; Tome 3

Autres critiques : Mokamilla (Au milieu des livres) ; Yaneck (Chroniques de l’Invisible) ; Yvan Tilleul (Sin City)