Fantasy

Les 5 Terres, tome 7 : L’heure du cadeau

Les 5 Terres 7 L'heure du cadeau

Titre : L’heure du cadeau
Cycle/Série : Les 5 Terres, tome 7
Auteurs : Lewelyn et Jérôme Lereculey
Éditeur : Delcourt (Terres de légendes)
Date de publication : 8 décembre 2021

Synopsis : Alysandra est en fête : Keona, la fille de la reine, est de retour parmi les siens. Dans les bas-fonds du treizième quartier, c’est une autre libération qu’on célèbre : celle de la redoutable Alissa. Son oncle Djen, qui a pris la tête du clan du Sistre, s’apprête à lui remettre les clés d’un royaume clandestin… Qui va soudain être ébranlé par un événement aussi inattendu que brutal.

En archéologie comme dans la vie réelle, vous ne traitez pas les informations de façon neutre. Votre expérience, votre sensibilité, votre personnalité vont inévitablement vous amener à mettre de côté des informations importantes.

Dès décembre 2021, six mois après le tome 6, Lewelyn et Jérôme Lereculey proposent le début d’un deuxième cycle, celui de Lys avec L’Heure du cadeau, on poursuit la série, toujours chez Delcourt, mais autrement, par un autre pan de ce monde aux multiples facettes…

Retours à la maison

Le scénario de L’heure du cadeau est placé sous le signe des retrouvailles, car les deux personnages principaux font leur grand retour chez elles. Il en est d’abord ainsi de Keona, la fille de la reine, qui fut longtemps otage à la cour d’Angleon, scellant l’alliance forcée entre ce royaume et celui de Lys. Sa « libération » à la suite du tome 6 donne lieu à des réjouissances nationales avec fêtes, cérémonies et réunions en haut-lieu. En parallèle, nous suivons la sortie de prison d’Alissa : elle a purgé sa peine et retrouve son clan du Sistre, dominé par son oncle Djen. Là où l’arrivée de la princesse Keona laisse peu de dissensions se faire jour, le retour d’Alyssa fait remonter les vieilles querelles au sein de son clan : la domination par son oncle, l’héritage qu’elle veut recueillir, ses relations tendues avec cousins et cousines, voire avec d’anciens serviteurs promus pendant son absence… les conflits ne manquent pas et ils sont tous susceptibles de dégénérer vu son tempérament de feu qui tranche avec l’ambiance sombre et austère de la cité d’Alysandra. En parallèle, dans la vallée éloignée de la capitale, des petites mains s’affairent pour survivre dans la jungle, mais là aussi les rapports de classes et de clans sont tendus.

Contrepoint du premier cycle

Après l’atmosphère rayonnante d’Angleon, les auteurs font le choix du contrepied avec le royaume de Lys. Il s’agit d’un climat aux couleurs bien plus froides là où Angleon était chatoyante, d’un royaume matriarcal là où Angleon était de base très patriarcal, même si la question des rapports femmes-hommes y est posée, et du monde des primates là où les félins dominaient Angleon. Nous passons en plus d’un climat insulaire méditerranéen à un univers japonisant mettant en avant des clans et non des races, des maisons traditionnelles et non des palais-châteaux d’Europe occidentale, une certaine idée de l’honneur plutôt que la trahison comme sport national. Bon, on ne tombe pas dans le japonisme bizarre non plus, pas d’inquiétude. Bref, Lys serait presque un complet opposé du premier cycle s’il n’y avait pas là aussi une franche hiérarchie entre la famille royale et le reste de la population, entre la vaste cité d’Alysandra et le reste plus rural des territoires de ce royaume, ainsi qu’entre chaque quartier d’Alysandra puisque c’est une cité très ségréguée.

Changement de rythme

Nouveau cycle oblige, on prend plus de temps pour le lire, ce septième tome, le temps justement de s’habituer à un nouvel environnement, à une autre galerie de personnages, tous présents d’ailleurs dans l’imposant dramatis personae en début d’ouvrage. Le personnage initial de Keona est finalement anecdotique, en tout cas pour l’instant, puisqu’elle n’est qu’un lien vague avec le premier cycle, sans grande justification supplémentaire ; en même temps, cela prouve qu’on ne va pas se focaliser sur la famille royale cette fois. Enfin, comme c’est une société matriarcale qui est dépeinte, nous avons le loisir de suivre des personnages féminins forts et intenses dans leurs réactions aux drames qui s’agitent.

En somme, le charme fonctionne de plus belle dans cette nouvelle aventure qui débute : là où le cycle Angleon agitait des thèmes volontiers classiques, celui de Lys va peut-être proposer une orientation tout autre, histoire de varier.

Voir aussi :
Tome 1 ; Tome 2 ; Tome 3 ; Tome 4 ; Tome 5 ; Tome 6

Autres critiques :

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, essais historiques, littératures de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine. Membre fondateur du Bibliocosme.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :