Fantasy

Les 5 Terres, tome 2 : Quelqu’un de vivant

Les 5 Terres 2 Quelqu'un de vivant

Titre : Quelqu’un de vivant
Cycle/Série : Les 5 Terres, tome 2 (2e tome du cycle d’Angleon)
Auteurs : Lewelyn et Jérôme Lereculey
Éditeur : Delcourt [site officiel]
Date de publication : 8 janvier 2020

Synopsis : Rien ne va plus au royaume des félins. Le roi est mort, emportant sa fille aînée avec lui et tandis qu’on prépare le couronnement de son neveu, chacun cherche à comprendre ce qui a bien pu se passer…
Mileria est morte, poignardée par son propre père, et ses secrets sont morts avec elle. Astrelia est la seule à comprendre ce qui s’est passé et n’a de cesse de découvrir qui a trahi sa soeur aînée. Mais elle n’est plus en position de force, car ce sont ses cousins qui font désormais la loi à Angleon : Hirus, l’aîné, successeur désigné du Roi, Moron, son frère en quête d’affirmation, et le discret Mederion. Trois frères moins unis qu’ils n’en ont l’air…

Ah ah ah ! Mais bien sûr ! Deux héritiers de deux trônes distincts qui se content fleurette en plein cœur de la cour la plus intolérante des cinq terres… ça va forcément très bien se terminer !

Dans la foulée du premier tome, la série des 5 Terres se poursuit avec Quelqu’un de vivant, toujours par Lewelyn et Jérôme Lereculey chez Delcourt (janvier 2020).

Tout part à vau-l’eau

À cause du drame de la fin du premier tome, toute la cour est éberlué, pas tant par le destin du roi, mais par les circonstances étranges qui ont décidé le vieux roi Cyrus à emporter sa fille avec lui. Seuls de très rares pontes, habitués des arcanes du pouvoir sont au courant. Astrelia, la fille héritière qui lui reste, a bien d’autres félins à fouetter et c’est désormais Hirus, neveu du roi, qui s’apprête à monter sur le trône. Il est moyennement soutenu par ses deux frères, Morion et Mederion, très jeunes mais très bavards quand il s’agit de critiquer la vision militariste de leur grand frère. Et l’essentiel de ce deuxième tome se joue sur la relation si particulière entre ces trois frères. Chacun a ses manières de faire, tous trois sont novices en politique, mais ils ont un trait saillant qui leur correspond : l’aîné est un militaire accompli, pas forcément stratège mais rentre-dedans ; le cadet est plus introverti, mais persuadé de pouvoir être plus diplomate ; le benjamin est plus diplomate et conseille surtout le cadet. Or, mettre au jour leur relation revient aussi à rappeler les conditions d’accession au trône, non seulement du grand frère, mais surtout de leur oncle Cyrus quand il est apparu comme le héros d’une bataille qu’il n’a pas gagné. Cela fait remonter à la surface la folie de leur mère enfermée depuis de si longues années pour avoir tenté de se venger de la mort de son mari en cherchant à assassiner l’ancien roi. Règlement de comptes en cours…

Amoncellement d’intrigues

Ça commence bien : il y a un résumé détaillé ! Et vu le nombre foisonnant de personnages, c’est bienvenu. Personnellement, je trouve cela très riche d’avoir autant d’entrées dans une histoire ; certains auront peut-être peur de s’y perdre, mais honnêtement vu que les personnages sont facilement identifiables et que l’histoire avance vite, il n’y a pas de raison d’être perdu. Du côté des intrigues secondaires, que se passe-t-il ? Les quatre otages (cerf, singe, reptile et ourson) se disputent un peu, mais finissent par convenir de ce qui les rapproche. Le mercenaire entrevu dans le premier tome revient à Angleon au milieu de la passation royale. Bref, tout cela s’enchaîne vite et bien. Peut-être ce qu’il y a de plus intrigant, parce que cela concerne des personnages secondaires et qu’on ne voit pas pour l’instant combien c’est important, est ce qui se déroule du côté de la caserne des gardes royaux. En effet, le jeune Thys s’est bien intégré et fait tranquillement ses classes, mais le lecteur est plusieurs fois averti que quelque chose cloche dans son histoire de jeune seigneur recommandé par une famille qui n’est plus là. Or, les ennuis s’accumulent pour lui quand il doit faire face à un duel non voulu et son issue tragique, les conséquences vis-à-vis de sa hiérarchie, elle non plus pas toute rose, sont intéressantes. Par contre, lu de manière concomitante avec le premier tome, il est du coup difficile de trouver d’énormes différences entre les deux. On retrouve encore plusieurs planches entières lisibles seules pour présenter un personnage ou mettre en évidence une action significative.

Le deuxième tome des 5 Terres ne perd donc pas le rythme, on sent toujours la maîtrise millimétrée du scénario accompagné d’un dessin au cordeau.

Voir aussi :
Tome 1 ; Tome 3 ; Tome 4 ; Tome 5 ; Tome 6 ; Tome 7

Autres critiques :

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, essais historiques, littératures de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine. Membre fondateur du Bibliocosme.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :