Vivre en Macronie, Années 1 et 2

28 avril 2020 2 Par Dionysos
Vivre en Macronie 1
Vivre en Macronie 2

Titre : Vivre en Macronie
Cycle/Série : Année 1 : Les premiers de cordée | Année 2 : Qu’ils viennent me chercher !
Auteur : Allan Barte
Éditeur : Ant Editions [site officiel]
Date de publication : 11 novembre 2018 et 19 mai 2019

Synopsis : L’élection d’Emmanuel Macron a vu arriver dans le paysage politique français de nouvelles personnalités ainsi que le retour de quelques anciennes têtes.
La Start-up Nation, le Nouveau Monde de Macron, ne fait pas l’unanimité au sein de la population française : Président des riches, petits mots qui choquent, entourage proche des multinationales, majorité parlementaire marchant au pas…
En Marche… Et En Image !
Une BD consacrée au quinquennat d’Emmanuel Macron ! Le dessinateur Allan Barte livre ici un regard critique et plein d’humour sur cette vaste scène politique.
Les albums sont chronologiques : chaque album correspond à une année du quinquennat et à l’intérieur de chaque album, les pages suivent aussi cette logique chronologique.
Ils peuvent être lus de façon indépendante, vous pouvez très bien commencer par le tome 2 avant de lire le 1 et même ne pas lire l’album linéairement.

Coup de coeur

[Gilets Jaunes : ça va trop loin ! Emmanuel Macron à un Gilet Jaune :]
— Alors, sous prétexte qu’on casse le droit du travail, qu’on détruit l’Éducation Nationale, qu’on dépouille la SNCF et que, plus généralement, on privatise tout ce qu’on peut, des aéroports à la FDJ en passant par les barrages et Engie, pour, au final, précariser plus encore les pauvres… toi, tu abîmes le Fouquet’s ?
Bah, pour la peine, je t’enlève en plus ton droit de manifester ! Tu l’as bien cherché ! Assassin !

Aujourd’hui, coup de projecteur sur Emmanuel Macron (et non « coup de projecteur dans Emmanuel Macron », je vous vois venir… clin d’œil à Pierre-Emmanuel Barré) ! Le dessinateur Allan Barte présente aux éditions Ant une chronique du quinquennat en cours (2017-2022) avec un tome par année (de mai à avril à chaque fois), et ça envoie !

Chronique acerbe, chronique amère

À l’instar de Patrick Rambaud qui a d’abord écrit les Chroniques du règne de Nicolas Ier, puis de même pour François le Petit, Allan Barte contribue par ses publications à mieux comprendre la politique en cours, bien souvent en la remettant sur des bases très concrètes. Il réagit à chaque fois à un fait d’actualité précis, cela donne lieu à près de 300 dessins par an (quel rythme !) et les plus représentatifs sont sélectionnés pour cette chronique publiée en livre où l’ensemble d’une année est ainsi parsemée de dessins qui cherchent à montrer les incohérences du personnel politique actuellement au pouvoir. Tout ce qui peut relever de la simple politicaillerie devient idéologie quand cela revient avec une telle redondance, et ce genre de chronique sur le long terme permet de s’en rendre compte.

De tout en thèmes politiques

Avec le début du quinquennat d’Emmanuel Macron – et cela semble de pire en pire à chaque année supplémentaire, les « affaires », les « petites phrases » des ministres, les coups tordus se multiplient. Forcément, cela fait de la matière pour un dessinateur de presse comme Allan Barte. Dans le tome 1, on est encore sur des aspects idéologiques puisqu’il est souvent question de « lois Travail » (en fait contre le travail et que pour les employeurs) et de réglementations européennes ; par contre, dans le tome 2, Alexandre Benalla devient vite un fil rouge, la répression des Gilets Jaunes également, le tout enrobé par les déclarations politiciennes et les décisions hautaines made in Jupiter. Cela diversifie grandement les sujets et, à n’en pas douter, le troisième tome aura encore énormément à dire puisque Benalla a poursuivi son aventure, les Gilets Jaunes ont continué à se faire gazer, mais désormais il y a aussi eu les luttes sociales pour l’hôpital public, contre les contre-réformes des retraites et la gestion catastrophique du coronavirus.

Un regard de gauche, donc anticapitaliste

Au fur et à mesure du quinquennat, la complexité de la blague quotidienne augmente avec le nombre d’éléments dans le dessin du jour. Toutefois, il y a quelque chose qui est constant dans le travail d’Allan Barte, c’est en premier lieu sa volonté de remettre les événements en perspective (avec ce balancement, « on nous informe que », mais « il ne faut pas oublier que »). Oui, une petite phrase d’Édouard Philippe ou de Sibeth Ndiaye en chasse une autre, mais sur des mois et des mois, cela donne une fresque apocalyptique de la vision du pays du point de vue des dirigeants actuels. L’auteur va de plus en plus directement à la racine du problème : la bêtise de leur idéologie. Forcément, cela mène à parler des « couacs de communication », mais en sont-ils vraiment ? C’est tout simple le capitalisme en marche, qu’on soit en période de crise ou non n’y change rien.

On apprécie différemment les petites pastilles quotidiennes d’Allan Barte une fois au format papier, on les déguste dans l’ordre (ou pas d’ailleurs, c’est selon vos envies), on peut aussi s’y référer pour un point en particulier et on peut mesurer différemment l’immensité du problème posé par nos dirigeants. Bref, un plaisir à lire et relire, voir et revoir ! En bonus, vous avez la possibilité de contribuer au financement participatif de cette série, notamment du troisième tome, via la plateforme Ulule. Dernier bonus, la dédicace qu’Allan Barte nous a faite lors du précédent salon du livre du Mans, la 25e Heure du Livre 2019 :

Autres critiques :

Dédicace 25e H VIvre en Macronie 1

Retour en haut