Les machines fantômes

3 février 2020 1 Par Boudicca

Titre : Les machines fantômes
Auteur : Olivier Paquet
Éditeur : L’Atalante
Date de publication : 2019

Synopsis : Dans un monde où la société est devenue artificielle, les intelligences artificielles pourraient-elles faire société ? Quatre personnages – un trader, une chanteuse pop, un ancien tireur d’élite, une joueuse de jeu vidéo multijoueurs : chacun croit jouer pleinement sa carte sur l’échiquier de la société sans percevoir qu’il est piégé dans des fictions confortables dont il n’est pas le seul acteur. Plus un. Hans / Joachim dont ils croisent tous la route. Ce mystérieux jeune homme, tantôt séduisant, tantôt menaçant, est décidé à confier le destin de nos sociétés à des machines. Ce qui va contraindre nos personnages à coopérer, à se rencontrer pour empêcher l’irréversible.

 

Maurice écoutait, buvait son café, se raclait la gorge avant de cracher noir sur le sol, mais ne parlait pas. Depuis la grève, son mal de dos continuel s’était calmé, seules les jointures de ses doigts demeuraient douloureuses. Même loin des fourneaux, son nez se sentait toujours attaqué par les vapeurs du métal rougi, une vague odeur de sang qui asséchait la bouche. Lui, il savait ce qu’il devait à l’usine : un bon salaire et une destruction pesante. Maurice se battait pour ses camarades, pas pour ComAcier, mais il n’osait pas le dire. Qui assumerait que dans ces entrepôts, on tuait des êtres humains ? Un abattoir lent, mais un abattoir quand même.

Des IA pour nous rapprocher ?

Nos machines vont-elles un jour nous détrôner ? Voilà une question qui trotte dans la tête de l’humanité depuis un moment déjà, et le sujet a été abondement abordé en science-fiction ces dernières années. Olivier Paquet apporte lui aussi sa pierre à l’édifice avec son dernier roman, « Les machines fantômes », qui traite la question de manière originale. L’auteur met en scène plusieurs personnages qui se voient consacrer, dans un premier temps, un chapitre chacun, avant d’être finalement réunis par les événements. Leurs profils sont très variés : le premier est un trader qui manipule avec plaisir des sommes d’argents colossales, la seconde une chanteuse populaire qui rêve d’anonymat, le suivant un sniper exclu de l’armée suite à un traumatisme dont il n’a aucun souvenir, et la dernière une informaticienne fan de jeux vidéo qui tente d’assister sa meilleure amie dans sa recherche de l’âme sœur. En dépit de leurs différences, tous ont en commun de vivre à Paris et d’avoir été un jour la cible d’un jeune homme manipulateur qui nourrit le rêve d’une société dans laquelle les IA seraient aux commandes. Pas pour nous dominer ou nous asservir, non, mais pour notre propre bien, et de manière tellement subtile qu’on le remarquerait à peine. Chacun de ces personnages va ainsi se retrouver malgré lui entraîné dans une aventure périlleuse dont aucun de parvient à véritablement cerner tous les enjeux tant celui qui tire les ficelles brouille les pistes. Et puis il y a cet agent secret qui tourne lui aussi autour de nos protagonistes et dont le rôle n’est pas bien clair : allié ? ou ennemi plus dangereux encore ? Le roman reprend les principaux codes du thriller (des mystères qui s’accumulent, du suspens, des filatures, de l’action…) et cela fonctionne à merveille. L’intrigue est menée tambour battant et, si on peut regretter une petite baisse de rythme dans la seconde partie du récit, l’ensemble reste malgré tout de bonne facture.

L’humanité et ses différentes facettes

Le plus gros point fort du roman réside dans ses personnages. Qu’ils soient sur le devant de la scène ou simplement de passage, tous ont en commun de susciter sans mal l’empathie du lecteur tant l’auteur parvient efficacement à rendre compte de leurs tourments intérieurs. Si les quatre protagonistes sont évidemment les plus détaillés, et donc les plus marquants, toute la galerie de personnages mobilisée par Olivier Paquet est convaincante. J’ai pour ma part beaucoup apprécié les chapitres intermédiaires baptisés « Modélisation » qui proposent de courts interludes mettant en application une intervention directe et silencieuse des IA dans nos vies. Pour ce faire, l’auteur s’amuse à imaginer plusieurs versions de la vie d’un personnage lambda en changeant quelques paramètres grâce à l’intervention d’une IA (et si tel message était consulté à tel moment ? Et si tel numéro disparaissait soudain d’un portable ? Et si le GPS proposait un itinéraire différent ?…) Relativement courts, ces chapitres n’en fourmillent pas moins d’idées et ont l’intérêt de mettre en lumière des thématiques et des profils de personnages que l’on rencontre trop peu en SF (ou ailleurs) : la réinsertion professionnelle après un passage en prison, la délocalisation et ses ravages dans la population française, l’engagement syndical, la solitude des personnes âgées, l’esclavage moderne… Chaque personnage a son propre ton, sa propre vision du monde, et c’est cette diversité des points de vue qui donne une grande partie de son charme au roman qui alterne ainsi entre moments solennels ou dramatiques, et scènes plus amusantes dans lesquelles l’auteur donne libre cours à sa causticité (le passage sur la solitude des auteurs en salon est particulièrement amusante).

Interactions humaines et virtuelles

Outre les personnages, on peut également saluer l’habilité dont l’auteur a fait preuve en construisant son intrigue qui parvient très souvent à surprendre le lecteur (révélations inattendues, personnages qui se croisent sans le savoir…). Les thématiques traitées sont, elles aussi, intéressantes, et particulièrement révélatrices des problématiques de notre temps : surveillance de masse, protection des données personnelles, évolution de la notion de vie privée, solitude engendrée par la prolifération des relations virtuelles… On sent bien la critique sous-jacente, mais l’auteur a l’intelligence de ne pas diaboliser toutes les pratiques qui tournent autour du numérique. Ainsi, l’une de ses héroïnes trouve son épanouissement dans un jeu vidéo en réseau qui lui permet de se sentir intégrée dans une communauté. De même, l’auteur ne se prive pas de réutiliser dans son récit les codes des réseaux sociaux en reproduisant par exemple une conversation entre joueurs ou une succession de commentaires répondant au tweet d’une personnalité (l’occasion de rendre efficacement compte des différents types de profils que l’on peut rencontrer sur le net et de la « décomplexion » que provoque le fait de parler à travers un écran). Pour toutes ces raisons le roman se lit vite, voire très vite, même si la seconde partie est à mon sens un peu moins palpitante que la première (exemples de « modélisation » mis à part). Petit bémol également en ce qui concerne les « méchants » de l’histoire que j’ai trouvé assez caricaturaux et trop peu développés. Joachim bénéficie certes d’un chapitre assez long sur son enfance (et je l’ai trouvé passionnant) mais celui-ci arrive malheureusement un peu tard dans l’histoire et s’achève de manière trop abrupte.

Olivier Paquet questionne dans son dernier roman la place des IA dans notre société et s’interroge sur le degré de latitude que l’humanité serait prête à leur donner sur nos vies. Construit comme un thriller, le récit se lit avec plaisir et séduit à la fois par la qualité de ses personnages, tous plus vulnérables et plus paumés les uns que les autres, ainsi que par la multitude et l’originalité des thématiques qu’il met en avant. A découvrir.

Autres critiques :  ?

Retour en haut