Interview de Thibaud Latil-Nicolas (octobre 2019)

21 octobre 2019 2 Par Dionysos
Bibliocosme Logo Interview
Nous avons pu rencontrer Thibaud Latil-Nicolas au cours de la 25e Heure du Livre du Mans 2019, ce fut l’occasion de lui proposer une petite interview sur son premier roman, Chevauche-Brumes.

© DR Mnémos

Le Bibliocosme : Depuis quand et par quel processus vous-êtes vous mis à l’écriture ?

Thibaud Latil-Nicolas : J’ai commencé par curiosité, en décrivant des scènes au hasard, en fonction de ce qui me passait par la tête. J’ai ainsi commencé un cycle de space opera mais qui s’est avéré trop imparfait et, pour tout dire, parfois mal écrit. J’ai fini par le mettre de côté car je n’arrivais pas à y mettre « du souffle ».

Et puis un jour, je me suis attaqué à la fantasy et la scène que j’ai écrite alors m’a vraiment transporté. J’ai décidé de la continuer, de l’approfondir et c’est comme ça que cette scène est devenue le premier chapitre de Chevauche-Brumes. Je l’ai faite lire à un ami qui m’a conseillé de continuer parce que selon lui, « ça avait de la gueule ». Je ne me suis alors pas fait prier et lentement, les dix pages sont devenues cent puis deux-cents et c’est comme ça que j’ai décidé de tenter ma chance et de soumettre mon manuscrit à un éditeur.

LB : Avec Chevauche-Brumes, vous nous emmenez au sein du Bleu-Royaume. Quel type de monde est-ce ?

TLN : C’est un royaume fictif largement inspiré de la Renaissance, une époque qui me passionne grandement. Bien entendu, je prends de larges libertés car il ne s’agit pas d’un roman historique. J’emprunte parfois des technologies à des époques plus récentes mais lorsque j’écris, je visualise un monde qui ne dépareillerait que peu avec l’époque des Guerres d’Italie de François 1er et les guerres de religion (jusqu’à la guerre de Trente ans).

Pourtant, certains éléments de contexte feront davantage penser à l’Antiquité. Par exemple, le Bleu-Royaume est une société polythéiste et j’utilise à dessein certains termes chargés comme « légion », « légat », « primipile » qui font forcément écho aux légions romaines et d’autres comme « fief », « lige », etc. qui sont plus marqués Moyen Âge.

Le Bleu-Royaume est donc un monde qui évoque l’Europe du XVIème siècle mais avec suffisamment de différences pour que le lecteur ne se sente pas contraint par un contexte historique précis.

LB : Nous suivons une compagnie de soldats embringués dans une mission à très haut risque : repousser les créatures qui sortent d’un mur de brumes. Quel est le but de cette intrigue en malmenant ainsi cette poignée de combattants ?

TLN : Je voulais m’inspirer des récits de la guerre des tranchées qui m’ont profondément marqué. Ce que j’aime dans les grands livres de Genevoix, Chevalier, Giono et Dorgelès c’est que la Grande Guerre passe presque au second plan. Ce qui nous intéresse, ce n’est pas de savoir qui va l’emporter, qui va gagner telle où telle bataille. Ce qui importe c’est la vie de l’escouade, le groupe soudé qui affronte l’horreur et les atrocités au quotidien et qui survit grâce au pouvoir du groupe. J’aime les récits qui mettent en scène une multitude de protagonistes, je crois profondément à l’idée que les grands accomplissements sont des œuvres collectives. Le super-héros et l’homme providentiel relèvent pour moi du mythe et ne m’intéressent que très peu (de manière générale car certains films de super-héros soulèvent d’ailleurs des questions intéressantes à ce sujet).

La brume représente cela : l’horreur méconnue, imprévue, inimaginable mais qui va être combattue bravement par des hommes et des femmes qui, malgré leurs défauts, n’ont aucune envie d’abandonner ceux qui se tiennent à leurs côtés.

LB : Il y a un franc parti-pris dans votre roman, où on n’hésite pas à parler dru et cru. Quel style personnel et particulier vouliez-vous donner à Chevauche-Brumes ?

TLN : Mes personnages sont des guerrières et des légionnaires. Ils n’ont pas l’habitude de traîner dans les salons et leur parler est cru, forcément. J’ai trouvé amusant de créer des expressions comme « Bague-museau » plutôt que « Ta gueule », ce qui donne une patine particulière aux échanges en les inscrivant dans un contexte spécifique, qui n’est pas le nôtre. On peut dès lors imaginer que dans le Bleu-Royaume, où il n’est pas rare que les hommes portent des anneaux, le fait de barrer sa bouche de son index pour imposer le silence revient à porter cet anneau à son nez, d’où l’expression.

Je voulais que chaque personnage ait un champ lexical propre et parfois, des tics de langage. Pour autant, on constatera que certains guerriers n’en sont pas moins lettrés. Murtion et Malandie par exemple, s’expriment très clairement et sont le reflet de figures historiques qui avaient une connaissance aussi étendue de l’épée que de la plume (Churchill, Lyautey, Grossman, Patton, etc.).

LB : Le bestiaire est assez fourni, de plus l’armement est précisément décrit, ainsi que les techniques de combat. Quelles influences et quelle documentation vous ont guidé dans l’écriture de Chevauche-Brumes ?

TLN : Le bestiaire est fourni mais pas trop détaillé. Je me contente de termes génériques pour les créatures d’encre : crocs, fourrures, grondements. Nous avons tous des peurs qui nous sont propres : certains seront terrifiés par des loups, d’autres par des araignées, etc. Imposer au lecteur une forme bien définie de monstruosité c’est le priver de la possibilité de projeter son propre imaginaire et de ressentir une peur ou un malaise personnel. Les créatures sont d’ailleurs pour cela désignées comme des créatures d’encre, des monstres imaginaires que j’ai couchés sur le papier et que chacun doit s’approprier.

L’armement est détaillé mais j’ai là encore pris des libertés : je me suis inspiré des Lansquenets et des gardes Suisses ainsi que des Grandes Compagnies françaises. Je me suis penché sur certains combats (Cérisoles, Marignan puis plus tard Bretenfield et Rocroi) afin de créer une armée à cheval entre deux âges : nous ne sommes pas encore dans l’ère moderne. Il n’y a pas de fusils, pas de baïonnettes et j’évite également des termes trop génériques comme « canon ». En revanche, nous sommes bien dans une époque où la poudre prend de plus en plus d’importance sur le champ de bataille mais reste trop soumise aux caprices de l’environnement et de la technique pour être totalement fiable.

LB : L’une des femmes de Longemar affirme : « J’ai compris que s’élever au-dessus des siens ne se fait pas par l’exercice du pouvoir et l’usage de la violence, mais en apprenant à aimer les vicissitudes de son destin. » Quelle est la portée politique de votre récit ?

TLN : Cet épisode est un moment important et un clin d’œil appuyé à l’amor fati de Nietzsche, l’idée selon laquelle le surhomme est celui (ou celle) qui apprend à aimer ce qui lui arrive et qui s’élève au-dessus du commun en ne se laissant pas abattre par l’imprévu. Ce n’est pas la puissance musculaire et la brutalité qui font les grands caractères mais la force morale. Il y a aussi un soupçon de philosophie stoïcienne chez Malandie qui refoule ses sentiments afin de ne pas se laisser subjuguer par la représentation qu’elle se fait de sa situation et qui le fait au prix d’une certaine spontanéité, d’une légèreté qu’elle laisse à jamais derrière elle. Tous les personnages féminins du récit sont forts sauf Malandie qui est dure. Et elle l’est parce qu’elle est la seule à avoir subi un événement traumatique qui l’a brisée, en l’occurrence un viol.

Il y a un souci avec cette question dans la fantasy et la dernière saison de Game of Thrones est venu encore le souligner : on voit souvent des personnages féminins qui deviennent fortes parce qu’elles ont été brutalisées, comme si l’homme, par l’exercice de sa violence transmettait une part de sa « force » à sa victime. C’est un procédé dérangeant que je voulais tout d’abord éviter.

Mais les mouvements #metoo et #balancetonporc sont nés pendant que je travaillais sur ce roman. De plus, en m’intéressant à l’histoire, je me suis forcément intéressé aussi à tout ce qui entoure la guerre et notamment, l’humiliation de l’adversaire et la possession des corps (ex : guerre d’ex-Yougoslavie). J’ai donc décidé de parler des exactions commises contre les femmes mais à ma façon.

Malandie remet vertement Saléon et Murtion à leur place quand ils commencent, même inconsciemment, à sous-entendre qu’elle est une faible femme. Elle leur rappelle alors que pour disposer des mêmes droits qu’eux, elle doit consentir à un effort supérieur. Ça, c’est un constat qui m’a sauté aux yeux après avoir lu King-Kong Theory de V. Despentes où elle aborde, entre autres choses, la question de la part d’espace public dont les femmes peuvent disposer et ce que cela implique. Par exemple, si je prends le métro demain, je vais craindre qu’il soit bondé et qu’il y fasse trop chaud. Une fille, pour faire exactement le même trajet que moi, va craindre en plus de se voir agressée où abordée abruptement. C’est ce que Malandie incarne à ce moment-là : elle a souffert davantage que Murtion et Saléon et pourtant, ces deux hommes qui, au demeurant sont des hommes bons, ne se rendent pas compte qu’ils l’insultent en lui demandant si le climat du nord ne sera pas trop dur pour elle.

D’ailleurs, Murtion vient s’excuser peu de temps après mais le fait maladroitement en expliquant à Malandie que certes elle a souffert mais lui n’a rien fait et qu’il ne faut pas mettre tous les hommes dans le même panier. Sur le fond, il a raison mais Malandie balaye ce raisonnement en lui rappelant que s’il lui demande de faire un effort sur elle-même pour faire preuve de discernement malgré ce qu’elle a vécu, il peut alors accepter de voir sa fierté virile égratignée un instant. Là encore, cette idée m’est venue avec l’apparition du hashtag #notallmen qui m’est apparu comme une maladresse, une volonté peut-être de ne pas voir ce qui dérangeait avec les témoignages et les cris de révolte de #metoo et #balancetonporc. Pour une fois que des femmes parlaient ouvertement d’un phénomène très problématique et demandaient à être crues, la dernière chose à faire était de chercher immédiatement à se justifier en confondant comportements personnels et problèmes sociétaux.

LB : Même si Chevauche-Brumes se déguste parfaitement comme volume seul, la fin laisse présager que vous avez potentiellement plein d’histoires à raconter dans le même monde. Quels sont désormais vos projets d’écriture ?

TLN : J’ai écrit Chevauche-Brumes comme un tome unique parce que je ne savais pas si je serais édité et même si je devais l’être, j’ignorais si le succès allait être au rendez-vous et m’offrir ainsi l’opportunité de continuer l’aventure.

Heureusement, c’est le cas et je travaille actuellement sur la suite de Chevauche-Brumes ! Un tome 2 est donc en cours.

LB : Enfin, êtes-vous vous-même un lecteur assidu ? Quelles sont vos références en matière de littérature ?

TLN : J’adore lire et mes matières préférées sont, bien entendu, l’imaginaire mais aussi l’histoire et la philosophie. J’aime les romans de littérature générale mais je ne me jette habituellement pas dessus.

En termes de références de littérature blanche, je vous citerais des grands livres comme La promesse de l’aube, Les croix de bois, Quatre-vingt-treize, Les Misérables, Michel Strogoff, Les Rois maudits… L’Illiade et l’Odyssée sont également de grandes sources d’inspiration.

Pour les livres d’histoire, j’ai un goût plus prononcé pour les historiens anglo-saxons comme John Keegan, Antony Beevor et Victor Davis-Hanson. Pour ce qui est de l’antiquité, je dévore les livres de Yann Le Bohec.

En ce moment, j’ai décidé de joindre le romanesque et l’historique en m’attaquant à Fortune de France de Robert Merle.

Enfin, concernant l’imaginaire, je ne peux que recommander Jean-Philippe Jaworski dont la plume me sidère à chaque fois. Georges Orwell reste également un maître. Je découvre la fantasy francophone chaque jour un peu plus et franchement, je trouve qu’elle n’a pas à rougir et qu’elle doit continuer de s’affirmer. Lisez Pierre Pevel, Stefan Platteau et Fabien Cerutti si vous ne me croyez pas !

Merci donc à Thibaud Latil-Nicolas de nous avoir répondus et lisez donc nos deux critiques de Chevauche-Brumes !

Retour en haut