La Voie Verne

19 avril 2019 2 Par Dionysos
La voie Verne

Titre : La Voie Verne
Auteur : Jacques Martel
Éditeur : Mnémos [site officiel]
Date de publication : janvier 2019

Synopsis : Un futur qui pourrait être aujourd’hui : l’usage du papier a disparu et l’ensemble des connaissances a été numérisé, jusqu’à ce qu’un virus informatique terriblement puissant et fulgurant en anéantisse une grande partie.
Dans ce monde au savoir gangrené, John, un homme d’âge mûr, devient majordome pour de mystérieuses raisons dans une famille richissime, recluse dans un immense manoir perché au cœur des Alpes. C’est là que vit Gabriel, un étrange enfant qui passe son temps dans un univers virtuel mettant en scène un XIXe siècle singulièrement décalé où il retrouve tous les héros, machines et décors de Jules Verne, un écrivain depuis longtemps oublié…
Confronté au mutisme du jeune garçon, aux secrets et aux dangers du monde virtuel dédié à Jules Verne, John s’embarque sans le savoir dans une aventure dont les enjeux se révéleront bientôt vertigineux.

Les fabricants ont tenté de donner la sensation du livre papier, mais ce n’est pas au point. Pas de véritable texture, pas d’odeur, pas d’usure. Revenir au début après chaque fournée de pages… Ce n’est pas un livre, c’est du stockage d’informations déguisé en livre. Ce peut être n’importe quel ouvrage à tout moment, donc aucun en réalité. Une bibliothèque sous une reliure unique n’est pas une bibliothèque, c’est une somme de données. Voilà mon avis. J’ai une aversion pour les e-versions, si je puis dire.

Les éditions Mnémos misent souvent des romans de fantasy ou de science-fiction qui font la part belle à l’imaginaire collectif français et misent sur la construction d’univers étoffés et référencés ; La Voie Verne, de Jacques Martel, ne fait pas exception.

À la recherche du Verne perdu

John Erns, arpenteur expérimenté, débarque dans le Cervent (région qui semble adossée aux Alpes françaises) où il cherche du travail. Il réussit à se faire embaucher comme majordome dans la plus grande demeure du coin, propriétaire de la châtelaine Dumont-Lieber, héritière d’un conglomérat d’architecture. Il commence à prendre part à la vie de la communauté, non seulement du domaine mais également du village alentour. Toutefois, il semble qu’il ne soit pas là par hasard, puisqu’il s’intéresse de près à la collection de livres de son hôte. En effet, nous sommes ici dans un monde où le papier a fini par tomber en désuétude, par être extrêmement contrôlé et sa simple possession est particulièrement règlementé. Or, les Dumont-Lieber possède une vaste collection de romans de Jules Verne dont le narrateur est passionné, tout comme la petit-fils de la châtelaine, Gabriel, qui s’immerge régulièrement dans le monde de Jules Verne grâce à un « cyclope », un gadget numérique qui permet de construire un monde virtuel.

Méta, méta, méta !

Clairement, cette Voie Verne est une construction de récits enchâssés où la mise en abîme est régulière. Ainsi, c’est un livre qui parle sans cesse de l’intérêt d’écrire et de lire des livres, c’est une construction d’univers qui raconte la construction et l’usage répété d’univers fantastiques centrés autour de Jules Verne, enfin c’est une littérature de l’imaginaire qui retrouve la base même de ce genre : se forger un imaginaire fourni nuit gravement à l’inaction et à l’ignorance. Dans ce fourmillement, l’auteur croise un nombre certain de références culturelles. Comme nous sommes dans un futur pas si lointain désormais, l’auteur peut s’amuser, puisque son récit se fonde dessus, à multiplier les clins d’œil à différents univers de fiction, et notamment à celui qui semble au centre de tous les autres, celui de Jules Verne. Le choix des récits enchâssés les uns dans les autres mène immanquablement à plusieurs surprises tout au long du roman, d’autant que l’auteur reprend volontairement quelques aspects du genre feuilletonnesque, repoussant exprès certaines révélations pour faire patienter (ou rager) le lecteur.

L’essence de la SF

En s’appuyant sur des procédés avant tout scientifiques, la narration de la Voie Verne plonge au cœur même de ce qui fait la science-fiction. Ainsi, l’enjeu est de découvrir en quoi nos technologies peuvent nous amener à voir plus beau, plus haut, plus loin. Au fur et à mesure du roman, le positivisme de la science s’affiche, comme dans tout bon roman de Jules Verne évidemment. Cependant, cela peut aussi avoir des mauvais côtés et là, malheureusement, l’auteur fait l’impasse sur les conséquences sociales. Il gomme l’inégalité induite par l’accès aux dites technologies, cela se voit surtout dans les sous-entendus sur les scènes avec les agents de Lamprin et celles avec la milliardaire Urgïne Eristoff-Fenshi, montrée uniquement comme une bienfaitrice de l’humanité. Bref, ce qui tient la narration est tout à fait utopique et attrayant, mais les à-côtés oubliés peuvent être un peu rageants.

La Voie Verne est donc un roman tout à fait passionnant : même si la fin peut laisser un goût amer, le voyage est captivant.

La vérité, monsieur, est que la volonté de l’homme est plus puissante que la science.Elle le soutient contre l’adversité, lui donne la force de survivre lorsque tout est perdu. La volonté est la vie. Elle protège contre vents et marées, parfois contre la mort elle-même. Le mythe ne peut être tué si la volonté des hommes désire qu’il vive. Alors, la chair et l’esprit ne dépérissent pas. Le mythe vit, l’homme vit. Il vit tant que l’humanité a besoin de lui, qu’au fond de son âme elle le sent nécessaire, tant qu’il représente quelque chose d’universel, plus grand que les siècles, plus large que les frontières derrière lesquelles s’enferment les gens.

Autres critiques :
Boudicca (Le Bibliocosme)
Chroniques du chroniqueur
YoZone

Retour en haut