De Creaturis Dementiae

21 novembre 2018 10 Par Dionysos
De Creaturis Dementiae

Titre : De Creaturis Dementiae
Auteur : Benjamin Basso
Éditeur : Kotoji
Date de publication : 2 juin 2017

Synopsis : Au Moyen Âge, les bestiaires étaient des recueils consacrés aux animaux réels ou imaginaires. Ben BASSO a imaginé le sien : peuplé de créatures fantasmagoriques, il est rempli de bêtes étranges, de croisements étonnants. Bizarres, amusants, ou parfois inquiétants, les animaux de Ben sont la représentation d’un univers onirique, que nous vous proposons de découvrir.

Que du sensible. Du senti.

Voilà bien un projet Ulule de financement participatif qui a mis du temps à arriver (et la critique encore plus longtemps derrière), car l’espérance du porteur de projet a été totalement dépassée par la réussite engendrée. Dans tous les cas, le produit désormais fini est plutôt remarquable et à conseiller pour découvrir le talent de Benjamin « Ben » Basso.

Regarder…

Certes, De Creaturis Dementiae est « juste » un album de dessins. Même bien fini, bien travaillé, bien édité, cela peut se révéler un peu limité. Mais en faut-il toujours plus pour stimuler notre imagination ? Plongez donc dans ces quelques dessins astucieusement ordonnés et on verra si votre imaginaire ne s’éveille pas… L’onirisme est au rendez-vous de ce carnet animalier, au départ simple compilation devenu au fil du projet un copieux amoncellement de productions (avec ajout conséquent de goodies du même acabit, marque-pages, cartes et ex-libris.
[Unboxing] De Creaturis Dementiae

… et s’émerveiller

Le trait de Benjamin Basso est reconnaissable. Il donne presque l’impression de travailler par griffures. Chaque petit trait finit par composer un schéma compréhensible. Ici, il présente avant tout ses créations animalières, sans sommaire particulier, mais peut-être avec une césure tout de même : la première moitié semble tourner autour d’animaux reconnaissables, parfois tournés en dérision, alors que la deuxième moitié nous emmène davantage dans des détournements fantastiques voire fantasy de ces mêmes animaux. Le lecteur glisse doucement vers des mélanges de plus en plus étonnants, sans que les dessins ne perdent de leur cohérence.

Comme promis, ce De Creaturis Dementiae forme un bestiaire nous faisant découvrir des créatures démentielles ; en même temps qu’il nous fait découvrir son imaginaire, Benjamin Basso nous fait aussi voir un talent indéniable.

Ravencat

Autres critiques :

Retour en haut