Frankenstein 1918

24 octobre 2018 6 Par Dionysos
frankenstein_1918

Titre : Frankenstein 1918
Auteur : Johan Héliot
Éditeur : L’Atalante (La Dentelle du Cygne) [site officiel]
Date de publication : 20 septembre 2018

Synopsis : Grande Guerre, 1914. Après un premier engagement désastreux, les Anglais décident l’opération Frankenstein : plutôt que de construire des chars, on créera de la chair à canon. À partir des archives du fameux docteur et grâce à la production d’électricité à présent industrialisée, des unités de soldats pouvant être sacrifiés sans remords seront fabriquées – les champs de bataille du nord de la France fourniront la « matière première ». Winston Churchill est nommé responsable de l’unité de recherche sur la régénération. Les « frankies » vont faire leurs preuves sur le terrain, mais la société se partage entre pro et anti. L’opération finalement interrompue, l’un d’eux, Victor, échappe au massacre.

Après la terrible hécatombe de la Guerre terminale et ses cent millions de victimes estimées, militaires et civiles, quel plus bel horizon concevoir pour le futur que la mort enfin vaincue ? Quel plus beau présent offrir aux enfants du malheur, grandis sur les décombres du passé ?

Avec Frankenstein 1918, Johan Héliot est de retour chez les éditions L’Atalante et fait d’une pierre deux coups : il célèbre le bicentenaire du roman fondateur de Mary Shelley et le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale en narrant les conséquences d’une « Grande Guerre » qui n’aurait pas pris fin en 1918.

Une uchronie très travaillée

Frankenstein 1918, comme son titre l’indique, compte nous emmener à la fois dans une uchronie et dans un jeu littéraire bourré de références, notamment au roman de Mary Shelley. Johan Héliot a très vite l’habilité de nous placer toute la trame de son intrigue dans un prologue touffu mais bienvenu. Le décor est planté : nous allons suivre une uchronie à l’aide de récits imbriqués où nous croiserons forcément des personnages connus dans des situations inconnues. Ainsi, l’auteur invoque Hemingway, un dénommé Victor du nom du célèbre docteur ès expérimentations nécromanciennes, Churchill, Frédéric Joliot-Curie et Jean Teillac, rien que ça ! Techniquement donc, si on veut être très précis sur les étiquettes, nous sommes ici dans l’histoire secrète d’une uchronie rétrofuturiste fondée sur la technologie de la radioactivité dans les années 1910-1920 : la Première Guerre mondiale s’est éternisée au point d’être appelée Guerre terminale, la Prusse a fini par remporter la partie, occuper la France et on croit savoir que l’Angleterre est en grande partie inhabitable à cause de la radioactivité ambiante. L’auteur se fait donc plaisir à multiplier ainsi les clins d’œil et les pieds de nez à l’Histoire (ils sont légion dans ce roman relativement court, mieux vaut se garder quelques surprises). Dans cet entremêlement de récits, nous suivons surtout l’aventure et les traces du dénommé Victor, « frankie », c’est-à-dire soldat non-né du Royaume-Uni créé à l’instigation de Winston Churchill et grâce aux carnets du fameux docteur Frankenstein.

Un récit très construit

Le récit entrecroise le journal de Frédéric Joliot-Curie datant de 1956, quand il s’est mis en chasse du « mystère Frankenstein » comme il l’appelle, et celui de Winston Leonard Spencer-Churchill (oui, Spencer-Churchill : rappelons au passage qu’il est bien un lointain cousin de lady Diana Spencer) écrit de 1914 à 1916 sur les débuts de la Guerre terminale. Outre le fait que cette imbrication est bien construite, il faut souligner la précision des sources utilisées ou inventées pour l’occasion par l’auteur afin de rendre cette enquête uchronique tout à fait crédible. On navigue dans des journaux personnels bien retranscrits et parmi des lieux tout aussi chargés d’histoire (chargés au sens physique d’ailleurs, puisqu’on parle pas mal de radium dans cette intrigue, même si on aurait pu espérer davantage d’explications scientifiques en rapport). La progressivité des révélations n’est pas le cœur du roman, car on devine un certain nombre de choses assez vite ; par contre, l’auteur semble avoir voulu s’orienter vers une dimension plutôt pédagogique (rappelons-le, 2018 clôt le centenaire la « Grande Guerre » de 1914-1918), car non content de réutiliser, dans les règles de l’art, un personnage de la littérature populaire qu’est le docteur Frankenstein et son avatar, l’auteur appuie régulièrement là où les cours d’Histoire sur la Première Guerre mondiale nous emmènent souvent : absurdité de la course aux armements, industrialisation de la guerre, imbrication des mondes politique et économique, ainsi que quelques aspects de la vie quotidienne de l’époque (Poilus dans les tranchées au front et appauvrissement des couches populaires à l’arrière).

Une intrigue pas au même niveau

Le véritable bémol de ce roman pourtant tient à la faiblesse de son intrigue. Une fois dépassés les enjeux inhérents à l’uchronie elle-même, on peine se concentrer sur ce qui peut faire le sel de ce récit. Certes, suivre Victor et découvrir son histoire est intéressant, mais pas très passionnant une fois qu’on comprend que cet aspect « histoire secrète » n’aura pas un impact tonitruant. Les personnages centraux de l’intrigue ne sont pas très prenants, au risque de les oublier assez vite : Frédéric Joliot-Curie et Winston Churchill partaient sur de très bonnes bases, mais finalement leur caractérisation s’arrête assez vite une fois les bases posées et n’évoluent plus tellement ; de même, Victor a droit à quelques passages bouleversants, mais dans l’ensemble, on aurait aimé lire de plus longues réflexions sur ce qu’il a traversé et sur ce qu’il projetait. Ces différents côtés où le bât blesse tiennent sûrement aussi à la petitesse du roman : est-ce là une commande de l’éditeur ou une volonté de l’auteur ? Dans tous les cas, on aurait aimé en savoir davantage, en lire plus, bref en manger davantage de cette uchronie ! C’est d’autant plus rageant que bien souvent, les narrateurs eux-mêmes font « monter la sauce » en précisant que tel retournement arrivera dans leur récit ou que tel pic d’intensité sera abordé dans le chapitre suivant. Force est de reconnaître qu’au vu du côté ciselé de l’uchronie, l’intrigue fait pâle figure.
Mitigé est le mot juste pour le sentiment conservé à l’issue de Frankenstein 1918 : l’uchronie détaillée et la construction du récit ont la capacité à rester longtemps en tête, ce qui est beaucoup moins le cas pour les personnages ou l’intrigue.

Autres critiques :
Boudicca (Le Bibliocosme)
Frédérique Roussel (Libération)
Vincent Degrez (Daily Mars)
Yossarian (Sous les galets, la page)

Retour en haut