Le Petit-neveu de Pickman

11 mai 2018 7 Par Dionysos
Le Petit-neveu de Pickman

Titre : Le Petit-neveu de Pickman
Auteur : Nicolas Fructus
Éditeur : Le Bélial’ (Wotan) [site officiel]
Date de publication : 5 novembre 2016

Synopsis : Le livre rassemble les dédicaces réalisées pour les contreparties de la campagne de financement participatif pour Gotland sur Ulule, racontant une histoire muette en 40 tableaux.

Bibliocosme Note 3.0

Étrange ouvrage que ce Petit-neveu de Pickman par Nicolas Fructus, ce petit roman graphique sort de l’ordinaire par différents aspects.


Un jeune dessinateur planche dans son atelier, entouré de masques inquiétants et d’œuvres picturales labyrinthiques. Clairement, il est tourmenté et sa nuit est amenée à être très mouvementée. Forcément, est-ce une réalité cauchemardesque, est-ce un rêve qui tourne au drame ? telle est la question. Vu que Nicolas Fructus illustre et écrit beaucoup de choses autour du mythe de Cthulhu (Gotland, illustration de La Quête onirique de Vellitt Boe), il n’est pas étonnant de voir ici une très forte influence lovecraftienne et quelques références.

Ce petit ouvrage a une genèse un peu particulière. En effet, c’est un roman graphique composé de quarante illustrations qui furent au départ des dédicaces pour le beau livre « Gotland ». Nicolas Fructus en a donc fait une histoire sans paroles en quarante planches, que Le Bélial’ publie dans sa collection graphique Wotan (et qui aujourd’hui est offert pour une commande sur leur site internet, c’est ainsi que nous nous le sommes procurer). Cette genèse particulière fait que l’histoire peut sembler très étrange au premier départ, et comme le sujet l’est tout autant, c’est assez logique. Il faut bien prendre le temps de détailler chaque illustration car sinon l’ensemble peut paraître flou assez vite, d’autant que le dessin de Nicolas Fructus joue sur les contours brumeux et les détails confus en arrière-plan.

Le Petit-neveu de Pickman renferme en quelques illustrations muettes, mais qui en disent suffisamment, tout ce qui pose problème dans nos rêves cauchemardesques : cela peut parfois vouloir dire n’importe quoi, ce qui est marquant est surtout la terreur qu’on en retire et les détails gênants qui le composent.

Autres critiques :

Retour en haut