The Regiment 1

Titre : The Regiment – L’histoire vraie du SAS, Livre 1
Cycle/Série : The Regiment – L’histoire vraie du SAS, Livre 1
Scénariste : Vincent Brugeas
Dessinateur : Thomas Legrain
Éditeur : Le Lombard [site officiel]
Date de publication : 6 octobre 2017

Synopsis : L’histoire vraie du SAS, les forces spéciales de l’armée britannique.
Pour faire face à l’écrasante supériorité de l’Afrikakorps de Rommel, des officiers ont l’idée de créer un petit régiment d’hommes surentraînés, voué à combattre exclusivement derrière les lignes ennemies. Après une période d’entraînement et de missions de reconnaissance, le SAS lance ses premiers raids sur les aérodromes allemands.

Bibliocosme Note 2.5

Nous avions créé le SAS parce que nous étions jeunes, inconscients et très certainement complètement fêlés.

À l’occasion d’une Masse Critique de Babelio, les éditions Le Lombard proposaient une de leurs nouvelles sorties : le Livre 1 de The Regiment, l’histoire vraie du SAS !


L’histoire vraie du SAS, rien que ça ! Le pitch est prometteur et forcément cela donne envie de savoir comment une « armée de l’ombre » de ce calibre peut bien voir le jour. Du coup, cap sur la Deuxième Guerre mondiale. L’armée britannique, ce n’est pas que la Royal Air Force pendant le Blitz de 1940, c’est aussi le Secret Service et des milliers d’opérations en Afrique du Nord et en Proche-Orient. Parmi ces soldats un peu particuliers, trois sortent du lot : Mayne l’Irlandais, Stirling l’Écossais et Lewes l’Australien qui tient lieu de narrateur. Ce dernier nous raconte comment, un à un, ils en sont venus à rassembler leurs forces pour défendre la liberté en démontant les ennemis de l’Axe. Heureusement, malgré un pitch de cette sorte, nous évitons le récit hagiographique de ces « pionniers » qui se révèlent surtout de jeunes militaires indépendants voulant faire plus de missions risquées que celles qui leur sont proposées. Vincent Brugeas au scénario nous offre ainsi une petite histoire qui se laisse lire, sans trop en faire.

Des contrées britanniques aux déserts proche-orientaux, Thomas Legrain avait de quoi faire au dessin côté décors. Peut-on dire pour autant que l’esthétique colle au sujet d’une façon particulière ? Pas vraiment, mais le travail est bien fait, surtout avec colorisation tantôt jaunie dans les décors désertiques, tantôt obscurcie quand on alterne les souvenirs des uns et des autres. Pour le reste des données fournies par cette bande dessinée, il faut surtout saluer le petit dossier historique à la fin du volume, tellement précis et rempli d’informations utiles qu’on peut parfois se demander ce qu’ajoute le scénario de cette BD.

Difficile à la fin de ce premier tome de dire ce que pourrait être la suite de The Regiment. L’histoire mise en avant n’est pas désagréable, mais cela ne va pas pour autant être inoubliable.

Autres critiques :