Le Grand Prix de l’Imaginaire 2014

8 mai 2014 0 Par Boudicca

Etonnants voyageurs 2014

Comme tous les ans depuis 1990, la ville de Saint-Malo accueillera les 7, 8 et 9 juin le festival littéraire des Étonnants Voyageurs consacré cette année au « Réveil des puissances mythologiques ». Outre les conférences, dédicaces et rencontres habituelles, le festival est également l’occasion de décerner le Grand Prix de l’Imaginaire, récompense littéraire française créée en 1974 par Jean-Pierre Fontana. Autrefois décerné lors des Utopiales de Nantes, il est depuis 2010 attribué à Saint Malo lors des Étonnants Voyageurs. Composé de douze catégories, le prix récompense les meilleurs ouvrages et auteurs de l’année dans le domaine des littératures de l’imaginaire. Vous pourrez aisément retrouver la liste complète des nominés sur le site officiel du festival, mais en attendant nous vous proposons un petit aperçu de la sélection de 2014. Nous avons pour cela retenu cinq catégories (roman francophone ; roman étranger ; nouvelle francophone ; Bd/Comics ; Prix spécial) pour lesquels nous vous dévoilons notre (ou nos) chouchou(s).

Et on commence par la récompense la plus prestigieuse, celle du meilleur roman francophone, attribuée l’année dernière à Thomas Day pour son « Du sel sous les paupières ». Onze nominés pour cette catégorie, et parmi eux Jean-Philippe Jaworski, Pierre Pevel, Laurent Kloetzer ou encore Xavier Mauméjean. Difficile face à tant de talent de faire un choix, aussi retiendrons-nous trois ouvrages au lieu d’un pour cette catégorie. Dionysos mise pour sa part sur le « Amercian gothic » de Xavier Mauméjean consacré aux contes de Ma mère l’Oie et à leur influence sur la culture américaine à l’heure du maccartisme. En ce qui me concerne je serai tentée de parier sur le « Porcelaine » d’Estelle Faye, roman déjà récompensé cette année par le prix Elbakin.net et dans lequel l’auteur nous narre un bien joli conte inspiré de la culture chinoise. Difficile cela dit de passer à côté du « Même pas mort » de Jean-Philippe Jaworski, premier volume de la trilogie « Rois du monde » consacré à la civilisation celtique.

Les nominés :
Chroniques des ombres de Pierre Bordage (Au Diable Vauvert)
Porcelaine – Légende du tigre et de la tisseuse d’Estelle Faye (Les Moutons électriques)
Le Sang des 7 rois (tomes 1 & 2) de Régis Goddyn (L’Atalante)
Âmes de verre d’Anthelme Hauchecorne (Midgard)
Même pas mort de Jean-Philippe Jaworski (Les Moutons électriques)
Anamnèse de Lady Star de L.L. Kloetzer (Denoël, Lunes d’Encre)
American gothic de Xavier Mauméjean (Alma)
Le Melkine (trilogie) d’Olivier Paquet (L’Atalante)
Martyrs d’Oliver Peru (J’ai lu)
Le Chevalier de Pierre Pevel (Bragelonne)
Point zéro d’Antoine Tracqui (Critic)

American-Gothic

 

Beau palmarès également en ce qui concerne la catégorie roman étranger, avec des auteurs tels que Stephen King, Andreas Eschbach ou encore le regretté Lucius Shepard. Aucune hésitation cela dit en ce qui me concerne, c’est bel et bien le « Qui a peur de la mort ? » de Nnedi Okorafor qui se distingue. Un roman dont l’action se situe dans une Afrique post-apocalyptique où se déchirent Nuru et Okeke, deux tribus ennemis qui rivalisent en massacres, pillages et viols. Onyesonwu, l’héroïne, est justement un de ces enfants issus d’un viol. Rejetée par la société, la jeune fille nous relate l’histoire de sa vie, de sa fuite en compagnie de sa mère à son initiation à la magie en passant par son grand périple vers l’Ouest afin de retrouver son père. Un roman dur mais captivant, qui a le mérite d’aborder des thèmes malheureusement souvent oubliés en fantasy tels que le viol ou encore l’excision.

Les nominés :
Le Dernier loup-garou de Glen Duncan (Denoël, Lunes d’Encre)
Maître de la matière d’Andreas Eschbach (L’Atalante)
Silo de Hugh Howey (Actes sud, Exofictions)
22/11/63 de Stephen King (Albin Michel)
L’Homme qui savait la langue des serpents d’Andrus Kivirähk (Le Tripode)
Des larmes sous la pluie de Rosa Montero (Métailié)
Qui a peur de la mort ? de Nnedi Okorafor (Panini, Éclipse)
Les Insulaires de Christopher Priest (Denoël, Lunes d’Encre)
Le Calice du dragon de Lucius Shepard (Bélial’)
Alif l’invisible de G. Willow Wilson (Buchet-Chastel)

Qui a peur de la mort

 

Pour ce qui est de la meilleure nouvelle francophone, c’est selon moi le recueil « Sept secondes pour devenir un aigle » de Thomas Day qui tire son épingle du jeu. L’auteur y aborde le thème de l’écologie et des problèmes que posent (et poseront encore davantage demain) le peuplement de la Terre. Si la plupart de ses textes restent toujours aussi durs et crus que d’habitude, ils se font cela dit ici plus profonds, plus subtiles. Le Japon après la catastrophe de Fukushima, une petite île du Pacifique sous la seconde guerre mondiale, l’Amérique après l’apocalypse… les lieux et thématiques évoqués sont nombreux et apportent au lecteur à la fois dépaysement, divertissement et réflexion. Une récompense qui semblerait d’autant plus méritée que son précédent recueil consacré aux violences faites aux femmes (« Womains in chains ») n’avait pas obtenu le prix, attribué à Bernard Quiriny.

Les nominés :
La Carte ou la Boussole de Philippe-Aubert Côté (in Solaris n°188)
Cuisine kitzyn de Philippe Curval (in Galaxies n°24)
7 secondes pour devenir un aigle (recueil) de Thomas Day (Bélial’)
L’Enfant qui s’avance vers nous de Gulzar Joby (in Galaxies n°25)
Derrière les grilles du Luxembourg (recueil) de Pablo Mehler (Moires)
Cosplay de Michel Pagel (in Bifrost n°71)
L’Oiseau de fer de la rue Norman d’Esther Rochon (in Solaris n°186)
Trois relations de la fin de l’écrivain de Jean-Louis Trudel (in Utopiales 2013, ActuSF)

7-secondes-pour-devenir-un-aigle-thomas-day[1]

 

Malgré là encore une très belle sélection du côté des BD et comics, pas d’hésitation non plus : nous misons tout sur le « Punk Rock Jesus » de Sean Murphy. Un comic époustouflant reposant sur l’idée qu’à partir de l’ADN prélevé sur le suaire de Turin, un grand groupe américain serait parvenu à créer un véritable clone de Jésus Christ, nouvelle vedette de la plus grande émission de télé-réalité jamais produite. C’était toutefois sans compter sur le caractère rebelle du jeune Chris, athée convaincu et passionné de musique, qui tentera par tous les moyens de se libérer de cet encombrant héritage qui est le sien. Des personnages attachants, un concept original, des sujets difficiles abordés avec intelligence, une critique acerbe de la religion et des médias : autant d’éléments qui font de ce « Punk Rock Jesus » un véritable chef d’œuvre.

Les nominés :
Aâma (tomes 1 à 3) de Frederik Peeters (Gallimard)
Alisik (tome 1) de Humertus Rufledt et Helge Vogt (Le Lombard)
Chaos Team (tomes 1.1 et 1.2) de Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat (Akileos)
Les Dormants de Jonathan Munoz (Cleopas)
L’Entrevue de Manuele Fior (Futuropolis)
Funérailles (Freaks’ Squeele) (tome 1) de Florent Maudoux (Ankama)
Isabellae (tomes 1 & 2) de Gabor et Raule (Le Lombard)
Le Jeune Lovecraft de José Oliver et Bartolo Torres (Diábolo)
Punk Rock Jesus de Sean Murphy (Urban)
Souvenirs de l’empire de l’atome d’Alexandre Clerisse et Thierry Smolderen (Dargaud)
Urban (tome 1 & 2) de Luc Brunschwig et Roberto Ricci (Futuropolis)
La Voie du sabre (tome 1) de Federico Ferniani et Mathieu Mariolle (Glénat)

PunkRockJesus

 

Un mot pour finir concernant le prix spécial du jury récompensant un ouvrage ou une initiative prise par une maison d’édition (re-publication, traduction, intégrale…). Parmi les nominés, les membres du Bibliocosme sont tous d’accord pour saluer l’excellent « Steampunk : De vapeur et d’acier » signé Xavier Mauméjean à l’écriture et Didier Graffet aux dessins. Un beau livre publié en octobre dernier par les éditions du Pré-aux-clercs dans lequel l’auteur et l’artiste revisitent complètement notre Histoire en partant du principe que les hommes seraient parvenus à maîtriser les secrets de la machine dès l’Antiquité. Les graphismes de Didier Graffet sont impressionnants de précision et complètent à merveille les textes de Xavier Mauméjean qui ne semble décidément pas à court d’idées originales. Le « Un an dans les airs » illustré par Nicolas Fructus vaut cela dit lui aussi largement le détour !

Les nominés :
Four Color Fear, comics d’horreur des années 50 (Diábolo)
L’Intégrale d’Imaro de Charles R. Saunders (Mnémos)
L’Intégrale Spirou par Rob-Vel (Dupuis)
L’Intégrale Stefan Wul chez Bragelonne et les Univers de Stefan Wul chez Ankama
Odyssées, l’Intégrale des nouvelles de Arthur C. Clarke (Bragelonne)
Steampunk – De vapeur et d’acier de Didier Graffet et Xavier Mauméjean (Le Pré aux clercs)
Un an dans les airs, de Raphaël Albert, Jeanne-A Debats, Raphaël Granier de Cassagnac, Johan Heliot & Nicolas Fructus (Mnémos)

De vapeur et d'acier

Rendez-vous début juin pour l’annonce des résultats, précédée de peu par celle des vainqueurs du Prix Imaginales récompensant tous les ans à Epinal les meilleurs ouvrages de fantasy.

Retour en haut