Captain America : The Winter Soldier

Un héros patriotique caricatural, une grosse dose d’action en surcouche, un monde super-héroïque à découvrir : faut-il vraiment voir Captain America : The Winter Soldier à partir du 26 mars 2014 en France ?

Synopsis : Après les événements cataclysmiques de New York de The Avengers, Steve Rogers alias Captain America vit tranquillement à Washington, D.C. et essaye de s’adapter au monde moderne. Mais quand un collègue du S.H.I.E.L.D. est attaqué, Steve se retrouve impliqué dans un réseau d’intrigues qui met le monde en danger. S’associant à Black Widow, Captain America lutte pour dénoncer une conspiration grandissante, tout en repoussant des tueurs professionnels envoyés pour le faire taire. Quand l’étendue du plan maléfique est révélée, Captain America et Black Widow sollicite l’aide d’un nouvel allié, le Faucon. Cependant, ils se retrouvent bientôt face à un inattendu et redoutable ennemi – le Soldat de l’Hiver.


Captain America change de costume, plus moderne, et après des mois passés à s’intégrer à notre monde au sein du S.H.I.E.L.D., est devenu la figure de proue des opérations les plus secrètes. À ses côtés, nous retrouvons des têtes plus ou moins connues : Black Widow (Scarlett Johansson) Maria Hill (Cobie Smulders) et Nick Fury (Samuel Lee Jackson), mais aussi le Faucon (Anthony Mackie) et Alexander Pierce (Robert Redford) ; c’est le S.H.I.E.L.D. au grand complet qui déboule dans ce long-métrage ! Et c’est normal puisque complot et espionnage sont au programme avec, là aussi, des têtes plus ou moins connues pour incarner les vilains du film : Toby Jones revient en Arnim Zola, Frank Grillo arrive en Crossbones et Georges Saint-Pierre campe Batroc. Mais le vilain principal sera bien sûr le fameux « Soldat Hiver » (allusion au « Général Hiver » qui dévasta la Grande Armée de Napoléon en 1812). N’en disons pas plus pour ceux qui ne connaîtraient pas encore son identité. Ces deux « camps » vont à coup sûr se mélanger astucieusement avec des traîtres et des personnages changeants, puisque la thématique du complot sera central. De la même façon, les références vont faire florès tout le long du film, de manière évidente ; les liens avec le premier opus et Avengers seront primordiaux avec , mais nous verront aussi les conséquences d’Iron Man 3 avec la présence, à coup sûr, de l’A.I.M. et les allusions à Avengers : Age of Ultron du côté des dissensions entre super-héros. Enfin, en plus de tous ces enjeux, il y a celui de la Veuve noire, Natacha Romanov, qui est largement utilisée comme unique vitrine féminine de Marvel Studios (pour le moment, en attendant Gamora dans Les Gardiens de la Galaxie et Miss Marvel dans Avengers : Age of Ultron, selon les rumeurs…). La transformera-t-on en agent triple au service d’une puissance étrangère ? Trahira-t-elle la confiance que Captain America place en elle ? Il serait temps de placer en elle des défis plus élevés.

Une possible très bonne surprise, donc, avec le côté « thriller d’espionnage d’envergure », même si l’aspect super-héroïque prend encore beaucoup de place. Cette dernière caractéristique attirera du monde certes, mais fera peut-être encore pâtir l’intéret du film en lui-même comme il l’avait fait du premier opus, pourtant bon film d’époque façon Indiana Jones.