Kushiel tome 2

Titre : L’Élue
Cycle : Kushiel, tome 2
Auteur : Jacqueline Carey
Éditeur : Bragelonne
Date de publication : 2009 (2002 pour la version originale)

Synopsis : Vendue alors qu’elle n’était qu’une enfant, Phèdre nó Delaunay est devenue la propriété d’un noble qui a su reconnaître la marque rouge ornant son oeil — le signe de Kushiel qui lui vaut d’éprouver à jamais le plaisir dans la souffrance. Un don unique et cruel faisant d’elle la plus convoitée des courtisanes et une espionne exceptionnelle. Puis, pour sauver sa patrie d’une sombre conspiration, Phèdre dut tout sacrifier, et les poètes chantent aujourd’hui ses exploits. Mais les dieux n’en ont pas fini avec elle. Si le peuple d’Angelin aime sa jeune reine, d’autres ne pensent qu’à lui ravir la couronne. Et les comploteurs qui sont parvenus à échapper à la colère des puissants ont plus que jamais soif de pouvoir et de vengeance.

Note 4.5

Pourquoi faut-il qu’il y ait toujours cette cruauté perverse en nous qui nous pousse à faire du mal à ceux que nous aimons le plus ?

Si le premier tome de la trilogie « Kushiel » m’avait déjà fort enthousiasmée de part son originalité et le talent incontestable de son auteur, « L’élue » parvient à faire plus fort encore. On retrouve ici le personnage de Phèdre que l’on commence déjà à bien connaître et dont on prend un réel plaisir à suivre les aventures tant elle se révèle attachante. L’intrigue mise en place dans le tome précédent suit son cours et notre héroïne aura encore une fois affaire aux dangereuses manigances de la redoutable et charismatique Mélisande, loin d’avoir dit son dernier mot après l’échec de son précédent coup d’éclat. Comme dans le premier volume l’auteur prend le temps de bien poser les bases de son récit ce qui implique peu d’action dans la première partie. Pourtant cela ne ralentit en rien la lecture et c’est avec beaucoup d’intérêt que l’on en apprend davantage sur les mœurs et les différentes subtilités de ce monde fascinant.

Car même si Jacqueline Carey choisi de réutiliser ici le même schéma scénaristique que précédemment (le départ pour une mission, la découverte d’une nouvelle région et d’une nouvelle menace pour le trône de Terre d’Ange), cela fonctionne tout aussi bien. Le changement de décor nous permet d’explorer pour la première fois (et pas la dernière) la province des Caerdiccae Unitae (notamment la Sérénissima, une réplique de notre Venise) mais aussi des territoires comme Hellias ou encore Ephesium (la côte grecque, vous l’aurez compris). On voit également arriver sur le devant de la scène de nouveaux personnages hauts en couleurs qu’il sera difficile d’oublier et dont on devine que leur rôle dans cette aventure est loin d’être terminé. C’est aussi bien sûr avec plaisir que l’on retrouve ceux que l’on avait pu apprécier dans le tome précédent : Joscelin, dont la relation avec Phèdre se complexifie, Hyacinthe, Ysandre…

Un second volume qui tient toutes ses promesses et dont on ne peut qu’attendre la suite avec impatience. Jacqueline Carey s’impose incontestablement comme une auteur talentueuse et nul doute que son héroïne restera dans les annales de la fantasy !

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 3 ; Imriel (Tome 1 ; Tome 2 ; Tome 3)