Elliot du néant

20 mai 2020 1 Par Dionysos
Elliot du néant

Titre : Elliot du néant
Auteur : David/Sabrina Calvo
Éditeur : La Volte
Date de publication : 15 mars 2012

Synopsis : Islande, 1986. Un hiver sans soleil. Une île au bord de l’implosion volcanique. Un monde sans Internet, sans téléphones portables, à l’aube d’une nouvelle ère digitale.
Dans une petite école d’Hafnafjordur, entre une falaise arpentée par les fées et un champ de lave hanté par le passé, se noue un drame cosmique aux fantastiques implications.
Où est passé Elliot, le très vieux concierge muet et autiste, à la veille d’une dernière kermesse ? Comment a-t-il réussi à quitter une chambre sans fenêtres, fermée de l’intérieur ?
Bracken, le professeur de dessin parti à sa recherche, va mettre au jour un impossible secret, écho des plus vieux mythes islandais, où absurde, poésie et terreur se confondent dans le mystère d’un dangereux cache-cache.

Mourir, ça s’apprend tout petit, comme une naissance à l’envers. Puis on grandit et on ne cesse de mourir.

Après avoir découvert Toxoplasma en 2017, il peut être intéressant de se replonger dans la bibliographie déjà fournie de Sabrina Calvo : Elliot du néant, par exemple, est paru en 2012 et fut son premier roman chez les éditions La Volte, dont on connaît la ligne éditoriale volontairement expérimentale.

Islande, petit peuple et course-poursuite

Bracken est un professeur de dessin français exerçant en Islande. En 1986, il séjourne à Hafnafjördur où il vient de démissionner de son poste dans l’école du coin. Pourtant, un collègue l’appelle paniqué pour venir l’aider à retrouver le concierge de l’école qu’il apprécie, mais qui est aussi très vieux et très muet (sauf pendant les cours de dessin de Bracken puisqu’il lui permet de s’exprimer autrement). Dans tous les cas, il semblerait que de sa chambre au sous-sol de l’école, le dit concierge, Elliot, a disparu sans laisser de traces et sans passer par les issues habituelles. Or, dehors l’école va normalement accueillir une kermesse locale, ce n’est pas le moment de faire mauvaise impression, d’autant plus que nous sommes en plein dans une contrée où le petit peuple, celui des fées et des elfes, est particulièrement présent (Hafnarjördur est d’ailleurs un site touristique réputé pour ses voyages de « l’Autre Côté » avec ses rochers dissimulant trolls et lutins). Bracken et son collègue ne sont bientôt plus les seuls à chercher l’infortuné Elliot : le principal, deux autres collègues ainsi que deux tortues recueillies par Elliot se mettent en quête, en quête de quelque chose que nous ne voyons apparemment pas.

La quête du Néant

Déjà dans Délius, Sabrina Calvo mettait en scène une histoire d’enquête loufoque sur fond de monde féérique, mais ici, dans Elliot du néant, elle va franchement plus loin dans le concept, puisque les personnages sont censés trouver le Néant. Rien de moins ! Dans ce but, Elliot est un puissant « McGuffin », car le lecteur ne se le représente pas forcément bien au départ, mais il est la puissance qui fait agir chacun des personnages. Bracken, alors qu’il n’est plus censé être à l’école, s’est pris d’affection pour cette personne et s’inquiète vraiment pour lui ; chacun des autres personnages également a quelque chose à trouver en suivant la piste d’Elliot. De plus, dans cette quête, régulièrement les deux tortues d’Elliot interviennent sans que les personnages ne les entendent, s’échangeant des pensées toujours utiles ou amusantes ; de temps à autre également, intervient un certain « Kor » qui prononce des sentences qui raisonnent comme des haïkus. Étrange donc comme ambiance, loufoque pour le moins, mais qui ne doit pas faire oublier que nous cherchons le Néant : non pas le vide, ni ce qui est « derrière les choses », mais bien ce qui est entre les lignes, dans l’impossible, l’intangible. Plus récemment, et toujours chez La Volte, à peu près les mêmes concepts sont utilisés dans Black Bottom, de Philippe Curval, mais cette fois dans l’espoir de trouver le Néant (ou l’ « aréel ») dans l’art contemporain. Dans Elliot du néant, cela nous emmène très vite dans des réflexions et des considérations assez métaphysiques sur ce qu’est un créateur, ce qu’est un personnage et ce à quoi nous renvoie n’importe quelle histoire, de science-fiction ou non. L’imagination de l’autrice emmène Bracken, et le lecteur, particulièrement loin dans les méandres du Néant.

Transtextualité

Comme toujours finalement avec Sabrina Calvo, le récit n’est qu’une petite composante dans un champ bien plus vaste. D’ailleurs, le récit en lui-même peut se résumer en gros à quatre scènes principales (la première dans la chambre d’Elliot dure à elle seule au moins 75 pages). Cela fait peu de scènes, mais l’essentiel est sûrement ailleurs. À l’image de la plupart des textes poétiques, il y a la recherche claire, franche et assumée d’une transcendance : jusqu’où va nous emmener spirituellement cette quête ? Sabrina Calvo met également à profit, pêle-mêle, sa connaissance des anciens jeux vidéo, son goût pour la féérie et son amour pour la poésie de Stéphane Mallarmé qui est particulièrement mise en scène dans une intertextualité assez nette. Chaque art est une voie possible pour atteindre une forme de quintessence de la vie et du pouvoir de création. Elle passe de l’un à l’autre, usant même de quelques symboles graphiques pour faire traverser le lecteur d’un monde à l’autre ou d’une réalité à une autre.

Elliot du néant est donc un roman diablement troublant : d’un côté, on peut s’y perdre en trois phrases ou juste complètement être déconnecté de cette histoire au départ simplette et qui vire au loufoque (pour être sobre), d’un autre, il offre en peu de pages des possibilités assez folles sur l’écriture. Difficile d’oublier ce genre de sensations de lecture.

Autres critiques :
Le Chroniqueur (Chroniques du chroniqueur)
Nébal (Welcome to Nebalia)

Retour en haut