Titre : To the Abandonned Sacred Beasts
Cycle/Série : To the Abandonned Sacred Beasts, tome 1
Scénario et dessin : Maybe
Éditeur : Pika
Date de publication : 4 octobre 2017

Synopsis : Alors que la guerre civile entre le Nord et le Sud faisait rage depuis des années, la force militaire du Nord utilisa la magie pour créer une Unité de soldats surpuissants : ces guerriers, mi-hommes mi-bêtes furent appelés « Divins ». Ils ramenèrent la paix et furent traités en héros par le peuple. Aujourd’hui, craints de tous, les Divins sont traqués car tôt ou tard ils perdent la raison et deviennent une menace. Nancy Charlotte Bancroft est la fille d’un de ces Divins. Déterminée à venger la mort de son père, elle suit l’énigmatique Chasseur de Bêtes, Hank. Avec lui, elle est entraînée dans une traque impitoyable des Divins devenus des monstres.

Bibliocosme Note 3.5

Sur le champ de bataille c’était l’enfer. J’ai pris cette forme pour survivre. J’ai tué pour survivre! Nos compagnons, nos ennemis. On s’est tous battus pour la paix, pour nos familles. Puis, quand la guerre a pris fin, qu’on est enfin sortis de l’enfer… On s’est dit qu’on allait pouvoir vivre ensemble. Mais quand je suis rentré… « assassin, monstre », c’est par ces mots que j’ai été accueilli.

Les années passant, le délai de publication entre les sorties nippones et européennes en règle général se réduit, et il est plaisant de voir les publications s’enchaîner. To the Abandonned Sacred Beasts, imaginé par le duo de mangaka Maybe, en est d’ores et déjà à son quatrième volume chez nous. La Fantasy a toujours eu le vent en poupe dans la bd japonaise, si bien que les nouvelles séries dans ce registre sont légion chaque année. Sorti en France fin 2017, le premier tome de To the Abandonned Sacred Beasts fait partie de ces lectures sympathiques de ce début de cru 2018.


Longtemps ravagé par une guerre civile entre le Nord et le Sud d’un territoire indéterminé, le premier camp décida pour en terminer avec le conflit d’utiliser la magie pour créer une unité de soldats pouvant se métamorphoser, les « divins ». Ces créatures, mi-homme, mi-monstre, ont permis au Nord de l’emporter en fin de compte. Mais si la guerre est terminée, les divins perdent peu à peu la raison et quelqu’un se donne la peine d’éliminer un à un ces anciens héros. La jeune Nancy Charlotte Bancroft, armée de son fusil pour la chasse à l’éléphant, fille de l’un de ces divins éliminés, est à la recherche d’un homme mystérieux vêtu d’un manteau blanc, qui serait coupable de l’exécution de son père.

Ce premier tome de To the Abandonned Sacred Beasts ne perd pas son temps dans une longue exposition, en plongeant directement le lecteur au cœur d’une action qui est sans répit jusqu’à la dernière page. Avec un rythme aussi effréné enchaînant en réalité trois moments différents, reste à savoir si la série tiendra la distance si les volumes se multiplient. Pour le moment, du moins, on est avant tout très loin de s’ennuyer en lisant ce premier volume. L’action séduit aussi parce qu’elle puise dans tout un bestiaire mythologique et fantastique empreint d’occident à l’image du minotaure qui est l’un des principaux antagonistes de ces premières pages. Le cadre en lui-même propose une imagerie occidentale : si l’époque n’est pas définie précisément, cela fleure bon le Western et la conquête de l’Ouest américain à renfort de locomotive à vapeur comme on en croise une au gré des pages. Les deux personnages principaux, Hank le chasseur et la jeune Nancy sont eux aussi plutôt réussis entre la droiture de l’un que rien ne semble pourvoir écarter de sa mission, et la détermination de l’autre à venger son père. On apprend cependant encore assez peu sur les personnages pour le moment. Nul doute qu’ils deviendront plus consistants. En somme, le cadre et l’atmosphère violente mais sans exagération sont plaisants, et le duo de héros plutôt réussi. Une agréable petite touche d’humour justement dosée vient rajouter un petit plus à la lecture. Reste à savoir combien de tomes peuvent s’enchaîner à ce rythme.

Cette ambiance soignée et sombre qui oscille selon les lieux entre western et médiéval selon les lieux est parfaitement retranscrite dans les planches de To the Abandonned Sacred Beasts et contribue grandement à l’attrait de cette nouvelle série. L’aspect des personnages et des divins sont plutôt de bonne facture eux aussi, même si la dernière créature est peut-être moins réussie. L’ensemble est marqué par des encrages assez prononcés et des combats assez sanglant, renforçant l’ambition dark fantasy du duo Maybe. Le découpage se montre très classique et sans grandes fioritures, mais l’ensemble est très dynamique avec des cadrages qui viennent judicieusement souligner l’action. Pour changer des habitudes enfin, point trop de déballage de l’anatomie féminine ne sont à déplorer !

Un premier volume très prenant par son rythme et son univers qu’il faudra confirmer par un background plus poussé, tant du point de vue des personnages que du scénario.

Autres critiques : ?