Zapping ciné mars 2017 (quatre)

30 mars 2017 0 Par Carre

Un ciné pour finir mars ? Voici quelques pistes. Bonne séance !

 

Fiore

Fiore

Le portrait d’une jeune délinquante mineure, condamnée pour vols à répétition, caractère bien trempée en rébellion. Mais cette insolence, cette violence cache un évident besoin d’amour et d’affection. « Fiore » est un drame social remarquablement mené par l’italien Claudio Giovannesi. Sa mise en scène soignée, sa direction d’acteurs sont autant d’atouts qui s’ajoutent à sa justesse de ton. Avec la découverte d’une magnifique actrice Daphné Scoccia, à la fois sauvage et touchante, et qui illumine le film avec grâce et émotion. Présenté à la quinzaine des réalisateurs à Cannes, « Fiore » est un très beau film.

Note 4.0

 

Sage femme

Sage femme

Deux femmes se retrouvent après trente ans de silence. Une fois passé le cap de l’animosité, de la colère, de l’incompréhension, Claire se rapproche de Béatrice. Martin Provost nous raconte une histoire toute simple qui pourra peut-être paraître faible d’un point de vue scénaristique. Mais en offrant les deux principaux rôles à nos deux grandes Catherine, c’est l’empathie et l’émotion qui l’emportent la plus part du temps. Et pendant que l’une s’efface peu à peu l’autre s’émancipe d’une vie étriquée tournée vers son travail et son fils Simon. Un film généreux, agréable, remarquablement dirigé. A voir.

Note 3.5

 

Une vie ailleurs

Une_vie_ailleurs

Avec un sujet difficile, « Une vie ailleurs » avait un solide argument de départ. Malheureusement, les incohérences du scénario nous empêchent d’être totalement convaincu par cette histoire douloureuse. De plus, pour filmer l’urgence de la situation, Olivier Peyon choisit la caméra à l’épaule et c’est souvent plus désagréable qu’efficace. Reste une photographie de qualité, des scènes à hauteur d’enfant touchantes et Ramzy Bédia qui montre une belle palette de jeu bien loin du grand échalas immature et rigolo que l’on connaît. C’est d’ailleurs par ses acteurs que réside le principal plaisir du film. Dommage.

Note 2.0

 

Retour en haut