Récit contemporain

Le dernier loup

054682_jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre : Le dernier loup
Scénario : Jean-Jacques Annaud, John Collee, Alain Godard et Lu Wei d’après le livre de Jiang Rong
Réalisateur : Jean-Jacques Annaud
Acteurs principaux : Feng Shaofeng, Shawn Dou, Ankhnyam Ragchaa, Yin Zhusheng, Basen Zhabu
Date de sortie française : 25 février 2015

Synopsis : 1969. Chen Zhen, un jeune étudiant originaire de Pékin, est envoyé en Mongolie-Intérieure afin d’éduquer une tribu de bergers nomades. Mais c’est véritablement Chen qui a beaucoup à apprendre – sur la vie dans cette contrée infinie, hostile et vertigineuse, sur la notion de communauté, de liberté et de responsabilité, et sur la créature la plus crainte et vénérée des steppes – le loup. Séduit par le lien complexe et quasi mystique entre ces créatures sacrées et les bergers, il capture un louveteau afin de l’apprivoiser. Mais la relation naissante entre l’homme et l’animal – ainsi que le mode de vie traditionnel de la tribu, et l’avenir de la terre elle-même – est menacée lorsqu’un représentant régional de l’autorité centrale décide par tous les moyens d’éliminer les loups de cette région.

Note 3.5

« J’aimerais capturer un louveteau, pour pouvoir essayer »

Le dernier film de Jean-Jacques Annaud est une somptueuse ode à la liberté, à la nature. Une aventure épique dans une Mongolie magnifiée par sa caméra.

Il ne renie en rien ce qui à fait de lui un cinéaste vraiment à part. Loin des modes, cette fable est un vrai plaisir de cinéma pur. Ces loups sont des personnages à part entière et Annaud les met magnifiquement en valeur.
Il n’a pas son pareil pour donner une grande intensité dans les scènes d’action à l’image de celle époustouflante ou les villageois tentent de protéger leur troupeau pendant l’attaque des loups en pleine nuit. Un sacré cinéaste en tout cas.
Le seul bémol pour moi, pourquoi nous imposer une VF à la limite du supportable tant certaines voix semblent naïves ?

« Le dernier loup » ravira les amoureux des grands espaces, les petits comme les grands.

 

Livrovore passionné de lecture, de cinéma, de théâtre et en règle générale par tout ce qui a trait à la culture, sans prétention.

Aucun commentaire

  • zeb

    Je l’ai trouvé tout nul moi :s J’y suis allée car j’adore les grands espaces et que je rêve d’aller en Mongolie mais le héros est tellement débile et l’histoire tellement clichée que ça m’a sevrée.
    Certes, les paysages sont magnifiques, les plans très beaux (la scène où les loups attaquent les chevaux est magique). Mais le héros est stupide (sérieux, il prétend se sentir coupable d’être à l’origine de la mort des louveteaux et il ramène chez lui le dernier louveteau de la louve pour le tenir enfermé et le mettre encore plus en danger ! Il aurait mieux fait de le laisser à sa mère, on marche sur la tête. Dans des histoires comme Croc blanc, au moins, le loup est abandonné il me semble. Là ce n’est pas le cas donc son adoption n’est pas justifiée. Le héros est un modèle d’égoïsme (avec son loup d’abord, mais aussi avec la fille qu’il semble aimer. Il en a rien à carrer de ses sentiments. C’est juste : bon ton mari il est mort, tu pourrais bien me regarder maintenant ? ) Bref, bref bref ^^j’ai pas aimé du tout l’histoire. Seul bonus : la splendeur des paysages ! et la scène de l’attaque des loups, époustouflante, effectivement.

    • Carre

      On peut reprocher au film d’Annaud, un manque d’empathie pour son personnage, mais sincèrement je crois que le soucis vient de cette traduction française vraiment niaise par moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: