Affiche Utopiales 2013

Après la 25ème Heure du Livre du Mans le mois dernier, les Utopiales 2013 nous ont également ouvert leurs portes lors du premier weekend de novembre (même si le festival débute le mercredi en fait). Débutons ces deux trop courtes journées par un samedi passé à cavaler derrière les dédicaces.

Après la descente du train et la réception à l’hôtel, le centre des congrès de Nantes, La Cité s’offre à nous, baies vitrées et panneaux publicitaires à l’effigie du festival. Des expositions, des scènes sursonorisées, des relents de conférences de tous côtés nous accueillent.

2013.11.02 Utopiales (1)
2013.11.02 Utopiales (2)

Ce qui attire l’attention, et surtout la nôtre, est surtout la « Librairie », puisqu’au sein-même du centre des congrès, les Utopiales reconstituent chaque année une librairie à cœur ouvert où s’entassent des stands de livres à profusion et où défilent les auteurs en dédicace. C’est le collectif « Librairies Complices », dont fait partie notamment la librairie L’Atalante, qui organise cette facette du festival. Cet espace offre de nombreuses possibilités : non seulement, c’est l’occasion de croiser tout bon participant au festival, mais c’est aussi l’endroit de trouver des pépites, des livres non réédités, des ouvrages introuvables en librairie habituellement (à bas les livraisons à domicile quand le commerce des petites librairies est en danger !). Et ici, on est servis, car toutes les littératures de l’imaginaire sont présents, des plus gros éditeurs aux plus inconnus. Même si à la fin du weekend les stocks tirent vraiment la gueule, difficile de ne pas résister à s’acheter de quoi lire dans les deux années à venir (NdA : nous sommes restés modestes sur cette édition, heureusement pour notre petit porte-monnaie).

2013.11.02 Utopiales (7)
2013.11.02 Utopiales (9)
2013.11.02 Utopiales (8)

L’organisation des dédicaces dans cet espace est plutôt très bien gérée compte tenu de l’affluence pour certains mastodontes, dont quelques invités étrangers. D’ailleurs, à l’heure du bilan du festival, le nombre de visiteurs a dépassé les 60 000 personnes et les ventes ont été « subies » une hausse de 13% (environ 8 000 livres vendus ! un bravo d’ailleurs aux vendeurs de la librairie bien peu relayés pendant ce weekend).

2013.11.02 Utopiales (19)
2013.11.03 Utopiales (31)

Pour revenir aux dédicaces, voyons un peu qui nous avons pu rencontrer. Après un détour par Xavier Mauméjean, nous y reviendrons, nous avons enchaîné quelques personnalités de tous les styles. Karim Berrouka, pas très causant sur ses Ballons dirigeables rêvent-ils de poupées dirigeables ?, d’abord, puis Ian McDonald pour Roi du matin, reine du jour. Cela devient vraiment intéressant avec Alain Damasio toujours aussi jovial, et qui déblatère agréablement (en mangeant en plus !) sur La Zone du Dehors, sur son souci du roman ciselé et du respect de sa vie familiale. Quitte à poursuivre dans la bonne humeur et dans la gastronomie, notre escale auprès de Raphaël Albert nous amène à parler à la fois de chouchen et de son héros de polar féérique : la bouteille n’a pas dû finir le weekend et le troisième tome tant attendu des aventures de Sylvo Sylvain arrivera tout début 2014 (qui appelle d’ailleurs un quatrième en cours de finalisation). Jeanne-A Debats, quant à elle, toujours aussi mystérieuse, nous annonce qu’elle écrit en ce moment une suite à Métaphysique du vampire, dommage de ne pas avoir pu discuter davantage, d’autant que nous l’avions déjà ratée lors d’une conférence mi-octobre. Ensuite, le trop rare Stéphane Beauverger et l’inconditionnel Thomas Day enchaînent à leur tour les dédicaces dans une très bonne ambiance. Ce mini-marathon se finit, pour nous, sur une autre des stars anglo-saxonnes du jour, en la personne de Max Brooks et de son fameux World War Z. Avec son sourire de lover et son petit côté hyperactif, il m’en a flouté ma photo, mais tant pis, car sa file était suffisamment impressionnante pour ne pas s’appesantir.

BERROUKA Karim (2013.11.02)
MCDONALD Ian (2013.11.02)
DAMASIO Alain (2013.11.02)
ALBERT Raphaël (2013.11.02)
DEBATS Jeanne-A (2013.11.02)
BEAUVERGER Stéphane (2013.11.02) (1)
DAY Thomas (2013.11.02)
BROOKS Max (2013.11.02)

La fin de journée nous amène à une de nos plus riches rencontres du weekend en la personne de Xavier Mauméjean, toujours aussi simple et gentil comme tout. Après avoir rapidement discuté le matin-même des problèmes de boisson de Wayne Barrow (son pseudonyme commun avec Johan Héliot pour Bloodsilver), nous sommes revenus à la charge pour son tout récent American Gothic. C’est tout son entrain pour les phénomènes historiques qui est alors ressorti dans la conversation : entre l’enseignement de l’histoire-géographie au collège-lycée, les rapports avec notre imaginaire et les littératures de l’imaginaire en général, il nous relata même son admiration pour La Patrouille du temps de Poul Anderson (Le Bélial, puis Le Livre de Poche, en quatre volumes). Son rapport à l’imaginaire et à l’histoire lui a particulièrement servi au moment de sa collaboration avec Didier Graffet pour De vapeur et d’acier (aux éditions Le Pré-aux-Clercs, et dédicacé également). L’entente avec son coauteur a tellement bien marché (la collaboration était à double sens : une histoire à partir du dessin, ou l’inverse) qu’un autre volume de ce genre pourrait être en route pour l’année prochaine. Cet ouvrage pour les éditions Le Pré-aux-Clercs nous amena à discuter de son organisation entre son travail d’auteur et son travail d’éditeur avec la collection « young adult », Pandore (dont Magies secrètes et La Fille-Sortilège font partie). C’est apparemment son goût pour l’organisation et ses insomnies récurrentes qui lui permettent de tenir une telle cadence de travail.

MAUMEJEAN Xavier (2013.11.02)

Bref, un bon petit paquet de livres à lire en plus, des dédicaces à profusion, des discussions enrichissantes et des poches « Librairies Complices » à ne plus savoir qu’en faire : une première journée surtout passée dans la librairie du festival, qui recèle tant de surprises et d’activités. Le festival international de science-fiction des Utopiales s’est véritablement transformé ces dernières années en salon des littératures de l’imaginaire tant la part de science-fiction n’est plus la part outrancièrement majoritaire.

2013.11.02 Utopiales (20)