Titre : Density
Cycle/Série : Density, tome 1
Scénariste : Lewis Trondheim
Dessinateurs : Stan et Vince
Couleurs : Walter
Éditeur : Delcourt Comics
Date de publication : 13 septembre 2017

Synopsis : Chloé est en vacances aux États-Unis avec son geek de frère, sa soeur et une amie. Lors d’une balade en plein désert, elle est confrontée à un gentil alien « observateur » de la Terre. Alors que ce pouvoir était destiné à son frère, elle se retrouve capable de modifier sa densité corporelle. Elle va devoir absolument apprendre à maitriser ses nouvelles capacités pour stopper une invasion d’extra-terrestre belliqueux !

Bibliocosme Note 3.5

– Mais tu ne te contractes pas au moment où tu passes dans le plafond !
– Ah ? Pourquoi ?
– Euh… Dans le meilleur des cas, tu restes coincée dans le plafond.
– Et dans le pire des cas ?
– Étouffement, scission des chairs, unification moléculaire… Je ne sais pas…
– Et si j’essaie pas ?
– Bah… Les aliens nous tuent…
– Ok… Je tente le coup.

    Éditeur de comics à succès, avec Walking Dead en tête, Delcourt a créé en 2013 son label Comics Fabric pour publier des comics « made in France« , à l’image de Badass. La rentrée 2017 voit ce catalogue s’étoffer avec Density, premier tome d’une série SF menée par Lewis Tronheim et Stan & Vince. Au programme, des ovnis, une menace d’invasion extraterrestre et une super héroïne.

    Passionné d’ovnis, Gilles tient un blog consulté un peu partout dans le monde. Profitant d’un colloque sur le sujet aux États-Unis dans l’inévitable Nevada, des vacances au pays de l’oncle Sam sont finalement organisées avec ses deux frangines et une de leurs amies. En plein désert, Chloé a pour mission de détourner l’attention du frangin pendant que les deux autres enfilent un costume d’extraterrestre pour faire une bonne blague au geek ventru. Sauf que c’est un vrai extraterrestre qui se montre et tire un coup mal ajusté de son blaster bizarre sur Chloé, lui conférant le pouvoir de réduire ou d’augmenter sa densité à volonté. Devenue super-humaine, elle va devoir protéger la Terre de l’invasion à venir des terribles Douss. Sans quoi le gentil extraterrestre ne pourra plus suivre ses séries préférées. C’est vrai, juré.

    Au départ je ne savais pas trop s’il fallait s’attendre à un récit de SF avec des ambitions sérieuses en termes de narration. Après lecture de l’introduction, vous aurez sans doute compris que non ! Density, c’est donc un comics à la française mais qui se déroule aux États-Unis, on y reprend les éléments traditionnels du comics du super héros à ses débuts avec des pouvoirs mystérieux qu’il faut encore apprendre à maîtriser, un ennemi puissant mais qui reste à débusquer (même s’il s’agit en réalité de l’attendre). L’ensemble de ce premier volume se lit agréablement avec une exposition efficace et qui garde ses révélations pour plus tard. Quelques flashbacks sont disséminés ça et là, permettant une compréhension progressive de cette première scène, de quoi tenir le lecteur en haleine. La conclusion est tout autant réussie et laisse entrevoir une véritable entrée dans l’action dans le second tome. Entre ces deux extrémités cependant, il y a un petit ventre mou avec les premières scènes se déroulant à Las Vegas. Sans la plume de Trondheim, l’ennui aurait guetté peut-être, mais l’humour du scénariste apporte un rythme supplémentaire. Parfois drôle, Density fait au moins sourire pour peu qu’on apprécie cette ambiance un peu décalée et qui peut rappeler les films de SF dans années 80′. Les personnages sont aussi pour beaucoup dans la réussite de Density entre le nerd Gilles, sa soeur Chloé et, entre eux deux, le conspirationniste Marco. Ils sont clairement l’âme de cet album.

Résultat de recherche d'images pour "density 1 delcourt"

Cette ambiance SF des années 80 se retrouve avec beaucoup de charme dans les scènes dans le désert du Nevada, baignées d’une lumière crépusculaire du plus bel effet, qui la encore fait écho à Rencontre du troisième type (un des films préférés de Gilles), ou encore ET. Ces scènes nocturnes sont vraiment très réussies et y assister à l’envol de Chloé donne aux planches un petit effet psychédélique. Soulignons la belle prestation de Walter à la couleur, sur ces pages surtout. J’apprécie un brin moins en revanche les scènes en milieu urbain. Les environnements n’en sont pas moins bien construits et fouillés, mais Stan et Vince donnent l’impression d’être plus à l’aise loin des villes. Quelques planches en pleine page ou presque donnent l’occasion de profiter de quelques beaux panoramas dans un découpage sans fioriture.

Résultat de recherche d'images pour "density 1 delcourt"

Un premier tome sympathique, destiné à tous les publics, qui repose pour l’instant sur ses dialogues, son ambiance et ses personnages plus que sur son récit en lui-même, qu’il faudra confirmer par la suite.

Autres critiques : ?