Titre : Book of Death
Scénariste : Robert Venditti
Dessinateur : Robert Gill et Doug Braithwaite, suppléés par Trevor Hairsine, Kano, Clayton Henry et CAFU
Éditeur : Bliss Comics [site officiel]
Date de publication : 28 avril 2017 (2015 en VO chez Valiant Comics)

Synopsis : Le Livre des Géomanciens l’a compilé. Mais seule Tama, dernière héritière de cette lignée de mystiques guidés par la Terre, est capable de déchiffrer cet avenir funeste, du cataclysme tout proche jusqu’aux confins du 41e siècle. Elle et son protecteur, le Guerrier Éternel, devront faire face aux pires épreuves et même affronter leurs alliés d’autrefois pour empêcher un Âge Sombre de recouvrir le monde.

Un nouveau et terrible géomancien prit le pouvoir.
Il amena avec lui un âge sombre. Un vent mauvais qui balayait tout. Comme si la Terre elle-même cherchait du réconfort dans la vengeance.
Gilad Anni-Padda, le Guerrier éternel, rassembla ceux encore debout pour une contre-attaque.
Ce n’était qu’un acte désespéré de plus parmi tant d’autres passés et à venir.

« L’univers Valiant va mourir et nous serons là pour voir sa déchéance. » Tel pourrait être le slogan de ce volume lisible seul intitulé Book of Death et que nous devons à Robert Venditti au scénario, Robert Gill et Doug Braithwaite au dessin, avec la participation pour quelques pages de Trevor Hairsine, Kano, Clayton Henry et CAFU, chacun avec son coloriste attitré.


Le Guerrier éternel, le fameux et puissant Gilad Anni-Padda, est de retour et doit à nouveau protéger une Géomancienne. En l’occurrence, il s’agit de Tama, petite fille pas fragile pour un sou et qui a pour unique souci que ses pouvoirs semblent être bloqués par un confrère qui nous est inconnu. Nous découvrons ce duo principal en pleine action, au point que le lecteur peut se demander s’il a loupé quelque chose avant le début de ce volume. Les tenants et aboutissants de la mise en place du récit nous arrivent un peu à l’arrache, c’est dommage car sinon dans l’idée comme dans la rédaction, ce Book of Death fait penser au départ à un The Valiant plus copieux. Ainsi, s’y côtoient Tama la Géomancienne et l’équipe d’Unity composée de X-O Manowar, de Ninjak et de Livewire, et gérée par Neville Alcott et la colonel Jamie Capshaw.

En effet, l’histoire s’aborde par le combat personnel du Guerrier éternel (encore une fois, pourriez-vous dire), mais celle qu’il doit protéger ce coup-ci lit régulièrement un Livre des Morts, d’où le titre, et ce sont ces passages qui sont les plus importants, puisqu’ils recèlent l’histoire de la mort des grands personnages Valiant. D’une certaine façon, Book of Death dévoile les dernières histoires de chacun des héros que nous côtoyons habituellement ; dans l’élan, d’autres éditeurs auraient sous-titré ce volume « L’Ultime aventure de l’univers Valiant », heureusement ici l’emballage est plus sobre.

Du coup, même si le récit de Book of Death ne vous emballe pas, nous pouvons reconnaître qu’il y a de bonnes idées, tant graphiques que scénaristiques ; des tentatives sont faites pour surprendre le lecteur dans le destin plus ou moins funeste ou épique de Ninjak vieux, de Bloodshot très vieux, de l’héritage de X-O Manowar et de quelques autres (laissons la surprise au moment de la lecture justement), mais le lecteur peut toujours n’y voir que des récits courts qui n’auront que peu d’impact sur la ligne temporelle de l’univers Valiant… On ne peut qu’espérer l’inverse, évidemment. Graphiquement, de belles planches sont au programme, mais entaillées par le fait que les dessinateurs se succèdent dans des styles parfois bien différents et cela peut casser le rythme de lecture ; heureusement, le choix est souvent fait de telle façon pour que cela corresponde à une ambiance particulière dans le récit de la mort d’un des héros Valiant.

En conclusion, Book of Death est à lire en sachant déjà un minimum où on met les pieds quand on lit de l’univers Valiant. L’histoire de Book of Death est à voir comme une friandise, il faut pouvoir l’apprécier à sa juste valeur.

Voir aussi : The Valiant

Autres critiques :