ninjak-1-larmurerie

Titre : L’Armurerie (Weaponeer)
Série : Ninjak, tome 1
Scénariste : Matt Kindt
Dessinateurs : Clay Mann, Butch Guice et Juan José Ryp
Coloriste : Ulises Arreola
Éditeur : Bliss Comics
Date de publication : 8 septembre 2016 (2015 en VO chez Valiant Comics)

Synopsis : ON NE DEVIENT PAS ESPION EN UN JOUR… À l’époque : découvrez Colin King, jeune recrue du MI-6 dans sa première mission, alors qu’il apprend l’art de l’espionnage et noue une dangereuse relation avec sa premère superviseuse… Maintenant : Colin King est Ninjak, le plus grand espion de l’univers Valiant, un maître assassin expert en arts martiaux et gadgets high-tech. Il est en mission pour traquer les Sept Ombres, une cabale secrète de maîtres shinobi qui semble avoir de mystérieux liens avec son passé et son apprentissage…

Note 3.5

Le goût de mon sang, imprégné de centaines d’âmes perdues, m’a réveillée.
C’était le goût du désespoir.

L’univers Valiant, c’est déjà Bloodshot, Archer & Armstrong, Divinity, The Valiant, Quantum & Woody et autres Raï, mais c’est aussi Ninjak, le plus grand espion, maître assassin et expert en arts martiaux !


Matt Kindt, qui a déjà largement participé au renouveau de l’univers Valiant en 2015 avec The Valiant et Divinity, officie au scénario de ces cinq épisodes de Ninjak, ainsi que des cinq « dossiers secrets » qui les accompagnent (au passage, 10€ jusqu’au 31 décembre 2016 pour autant de contenu, soyons clairs, c’est donné). Dans l’histoire qu’il nous propose ici, Ninjak est envoyé dans une mission en deux étapes : libérer un agent surentraîné très particulier et s’en servir pour infiltrer une nouvelle organisation spécialisée dans le trafic d’armes, l’Armurerie (ça ne s’invente pas).

Peu de personnages sont au programme de cette courte histoire d’espionnage, mais il y a notamment un équivalent féminin et maléfique de Ninjak, Roku. Magnifique rousse, ninja hors pair avec une chevelure psychokinétique et surtout bras droit d’un maître shinobi, une Ombre à la tête d’un trafic international d’armes, Roku brille surtout dans ces pages quand elle passe du côté de la narration. En effet, les passages où elle agit seule et ceux où elle raconte ses origines sont, à mon humble avis, les plus passionnants de ce volume.

Ne connaissant pas le personnage de Ninjak dans ses itérations précédentes, je ne saurais dire si son contexte personnel (très fouillé ici) a été bouleversé ou renouvelé, même chose pour l’organisation l’ayant formé. Dans tous les cas, nous avons ici, par le scénario de Matt Kindt, un certain nombre de passerelles prêtes à être empruntées dans les numéros suivants, l’enquête de l’Armurerie restant malgré tout l’intrigue principale.

Un début sympathique donc pour Ninjak, qui ne révolutionne pas non plus l’archétype du super-héros espion, mais qui pourrait amener à des développements intéressants. Il faudra patienter début 2017 pour lire la suite en VF, toujours chez Bliss Comics.

Voir aussi : Tome 2

Autres critiques : Kidroy (ComicStories)