Titre : Opération Napoléon (Napóleonsskjölin)
Auteur : Arnaldur Indridason
Éditeur : Métailié (Métalié Noir) / Points (Policier)
Date de publication : 2015 / 6 octobre 2016 (1999 en VO)

Synopsis : L’avion s’écrase dans le blizzard. Très vite, la glace du Vatnajökull l’engloutit. À l’intérieur, agents américains et officiers allemands ont compris. Ils vont mourir gelés, emportant avec eux l’un des plus lourds secrets du xxe siècle. Quand l’avion reparaît cinquante ans plus tard, il menace de faire de nouvelles victimes. Car le silence des morts s’achète parfois au prix de celui des vivants…

– Est-ce qu’une avocate du gouvernement aurait vraiment pu tuer cet homme, c’est plausible ?
– Si je voulais tuer quelqu’un, je choisirais un commercial, sans hésiter.

Opération Napoléon, un nom qui semble faire trembler certaines huiles au Pentagone… L’occasion de se plonger dans un des premiers romans d’Arnaldur Indridason, puisqu’il date déjà de 1999, d’autant que le lire lors d’un voyage en Islande et en visitant les lieux concernés, c’est tout de suite très intéressant.

Ainsi, dès qu’une épave d’avion reparaît dans le glacier islandais du Vatnajökull, tous les moyens militaires des services secrets américains sont mis en œuvre pour subtiliser en toute discrétion le contenu de cette épave résurgente. Que peut bien recéler un tel souvenir de la Deuxième Guerre mondiale ? car oui, les premiers paragraphes nous font vite comprendre que cet avion venait de Berlin en pleine année 1945, alors que les combats n’étaient pas terminés, et transportait tant des Allemands que des Américains… Tout le problème ici est donc de savoir pourquoi et ce que nous pouvons encore en apprendre de nos jours.

Dans ce thriller islandais, sont alors convoqués tout un attirail de personnages issus des services secrets américains, ainsi que des secouristes islandais et surtout un duo de protagonistes qui questionnent l’« amitié » américano-islandaise. À l’aide de ce dernier duo, l’immersion dans l’action se fait de manière efficace. L’un doute de sa hiérarchie et se trouve malgré lui embringué dans l’affaire, l’autre sait que son frère secouriste est en grand danger sur le glacier et qu’il a sûrement vu ce qu’il n’aurait pas dû.

Première incursion dans l’univers d’Arnaldur Indridason via un roman hors-série sans héros récurrent : la place particulière de l’Islande dans les relations entre l’Europe et les États-Unis est bien utilisée, entre dépendance et prise de recul. L’utilisation du fameux glacier Vatnajökull est intéressante, mais ne donne pas lieu à des descriptions immersives particulières non plus. En revanche, le suspense et le danger pesant sur les protagonistes sont portés jusqu’à la toute fin ; les derniers mots nous livrant le sous-entendu que nous attendons tout au long du roman.

Opération Napoléon est donc un thriller sympathique sans énorme plus, mais avec une intrigue qui surpasse largement le cadre qu’on pouvait attendre plus fouiller.

Autres critiques :