Fondation 4 Fondation foudroyée

Titre : Fondation foudroyée
Cycle : Cycle de Fondation, tome 4
Auteur : Isaac Asimov
Éditeur : Folio SF
Date de publication : mars 2009 pour la plus récente (1982 en VO)

Synopsis : Figure emblématique et tutélaire de la science-fiction, Isaac Asimov (1920-1992) s’est imposé comme l’un des plus grands écrivains du genre. Scientifique de formation, il s’est rendu mondialement célèbre grâce aux séries Fondation et Les Robots, qui révolutionnèrent la science-fiction de la première moitié du siècle par leur cohérence et leur crédibilité scientifique. Ecrivain progressiste. fervent défenseur du respect de la différence. Isaac Asimov fut un auteur extrêmement prolifique. abordant tour à tour la vulgarisation scientifique et historique, le polar. ou les livres pour la jeunesse.

Note 4.0

« Je pense que je pourrais perdre un peu de poids. » Elle se claqua bruyamment la fesse droite. « Il faudrait que je perde deux-trois kilos par ici.
– Je ne vois pas pourquoi, dit Pelorat. Cela vous donne quelque chose de confortable pour vous asseoir. »

Trente ans après avoir excellé dans les trois premiers tomes : Isaac Asimov se lance un drôle de défi d’autant plus ambitieux qu’il est attendu par les fans, mais également par ses éditeurs qui l’ont toujours sollicité pour continuer son Histoire de la Fondation.

Avec Fondation Foudroyée, Isaac Asimov se permet donc plusieurs luxes qu’il ne s’était pas encore octroyés. Tout d’abord, il nous offre cette fois-ci un vrai roman, si je puis dire, car contrairement aux autres tomes, celui-ci n’est pas composée de deux nouvelles ou plus, mais est bien constituée de chapitres successifs qui suivent une trame scénaristique menant jusqu’à un dénouement crucial. de plus, l’auteur en profite pour tenter de faire le lien (ou en tout cas commencer à disséminer des éléments de concordance) entre le Cycle de Fondation et le Cycle des Robots, ses deux plus grandes réussites et ses deux oeuvres les plus connues.

Malgré ces deux tendances vraiment sensibles ici, Isaac Asimov réussit à éblouir encore et à poursuivre efficacement son histoire rocambolesque. Malgré les nombreuses critiques que j’ai pu entendre, on retrouve dans cet Asimov tout le talent, l’attention et le suspense qui étaient les siens dans les premiers tomes, le tout bien sûr agrémenté de précisions techniques, scientifiques auxquels il nous avait habitués. Les deux personnages principaux rapidement présentés que sont Trevize et Gendibal, appartenant l’un à la Première Fondation, l’autre à la Seconde, voient leur destin se lier en une suite d’événements improbables, et donc justement douteux. Asimov réussit par là-même à nouer ce récit à celui des origines de l’espèce humaine et donc à la quête de la planète Terre (développée dans le cinquième et dernier tome, Terre et Fondation).

C’est donc à un « vrai » roman auquel nous avons affaire ici, avec du suspense, des révélations et des personnages forts et très développés. Ce qu’on peut regretter en perdant le système des nouvelles successives instauré lors des trois premiers tomes, système très simple à appréhender, est compensé, efficacement selon moi, par une histoire complète et très enrichie avec un style davantage fouillé. Malgré les réticences de beaucoup sur les deux derniers tomes de la série, rien ne m’incite à m’arrêter là : Terre et Fondation me tend les bras…

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 2 ; Tome 3 ; Tome 5 ; Prélude 1 ; Prélude 2

Autres critiques : Maedhros909 (Lire, voir, jouer, écouter, découvrir)