Cover Girls - Les héroïnes de DC Comics

Titre : Cover Girls : Les héroïnes de DC Comics
Auteur : Louise Simonson
Éditeur : Urban Comics (Urban Books) (fiche officielle)
Date de publication : 22 mai 2015 (2009 en VO chez DC Comics)

Synopsis : DC Covergirls se consacre à la femme, qu’elle ait la puissance d’une déesse (Wonder Woman), la volonté d’une héroïne (Supergirl) ou le charme d’une séductrice (Catwoman). Toutes ces facettes, sublimées par les nombreux artistes et scénaristes de la ligne DC Comics à travers les décennies, racontent l’amour que la maison d’édition porte aux personnages féminins. Aux commandes de cet ouvrage, Louise SIMONSON, scénariste et éditrice légendaire (Uncanny X-Men, Superman etc.) qui vécut en direct la grande histoire des comics.

Note 3.5

Mesdames, mesdames… souvenez-vous. Jouez la partie, et ne laissez pas la partie se jouer de vous.
[Black Canary, Birds of Prey #68, août 2004]

Avec Covergirls, Urban Comics publie à nouveau un sorte d’anthologie-essai sur l’histoire des comics, et notamment ici les héroïnes de DC Comics ; cependant, il s’agit cette fois d’une traduction d’un ouvrage existant déjà aux États-Unis réalisé par Louise Simonson en 2009.


On retrouve ici l’âme même des premiers comics, où l’image de couverture souvent soutenue par des « covergirls » appelées à faire vendre à un public masculin des aventures très normées. Louise Simonson retrace ainsi 75 ans d’histoire des personnages féminins chez DC Comics : Wonder Woman, Loïs Lane (la seule sans pouvoir, encore que…, mais tellement proche du plus puissant d’entre eux), les nombreuses femmes à pouvoir de Gotham et de l’environ de Batman, etc. allant même jusqu’à faire des liens intéressants, quoiqu’un peu fouillis, avec le catalogue Vertigo appartenant à DC Comics, avec le parallélisme de chez Marvel et avec des séries indépendantes de chez Image.

En bémol principal, regrettons un peu que l’image de la femme ne soit pas questionnée jusqu’au bout, jusque dans ses ressorts les plus problématiques : immanquablement, une femme, forte ou non, héroïne ou non, a immanquablement une poitrine vertigineuse. Étudiez bien chacune nombreuses couvertures étudiées dans cet ouvrage (il est très bien fait pour cet apport) et notez la taille de son bonnet en fonction de son rôle et de ses caractéristiques, on en apprend toujours beaucoup…

Autres critiques : The Riddler (DC Planet)