Madame Livingstone

Titre : Madame Livingstone
Scénariste : Christophe Cassiau Haurie
Dessinateur : Barly Baruti
Éditeur : Glénat
Date de publication : 2014 (juillet)
Récompenses : Éléphants d’Or de Chambéry 2015 du meilleur scénario, du prix du public France 3 Alpes et du meilleur album

Synopsis : En Afrique centrale durant la Première Guerre mondiale, l’aviateur Gaston Mercier, lieutenant de l’armée royale belge, est chargé de couler un cuirassé allemand sur le lac Tanganyika. Pour en découvrir la position exacte, on lui assigne un guide un peu particulier… Ce dernier, un métis énigmatique en kilt qui semble beaucoup plus instruit que les autres autochtones, prétend être le fils du célèbre explorateur David Livingstone. Petit à petit, alors que la guerre entre puissances coloniales belge et allemande fait rage au cœur du continent noir, le jeune pilote belge va essayer d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de cet homme qu’on appelle « Madame Livingstone ».

Note 3.5

 

C’est le Congo qui se trouvait cette année à l’honneur lors de la 25e Heure du livre, salon littéraire ayant lieu tous les ans depuis 1978 au Mans. L’occasion de découvrir de grands auteurs africains ainsi que des ouvrages de qualité sur le sujet, au nombre desquels figure « Madame Livingstone », bande dessinée réalisée par Barly Baruti, artiste congolais. On y assiste à la naissance d’une amitié improbable entre deux hommes que tout semble opposer : l’un est un jeune homme blanc et un peu exubérant venu tout droit de Belgique et avide de défendre la souveraineté de son pays au Congo ; l’autre est Congolais par sa mère et Anglais par son père et, de part ses origines métisses (qu’il revendique d’ailleurs avec force) est habituée à susciter la défiance chez les autres. Deux vies et deux caractères très différents et qui vont pourtant trouver le moyen de se comprendre et même de s’apprécier à mesure que celui que l’on surnomme par dérision « Madame Livingstone » va ouvrir les yeux de son compagnon blanc sur la situation du Congo belge. Les dialogues sont notamment très réussis et montrent bien l’évolution de la philosophie du protagoniste qui se détache peu à peu du mode de pensée de ses compatriotes.

Madame Livingstone planche 1

La rencontre entre ce Belge et ce Congolais se fait toutefois dans des circonstances particulières puisqu’on est alors en pleine Première Guerre mondiale, au moment où une partie des combats se trouvent délocalisés dans les colonies sur lesquelles les belligérants exercent leur suprématie. Nous sommes ici au tout début de la guerre, alors que la Belgique est presque entièrement occupée et que le gouvernement a été forcé de trouver refuge en France où il est décidé que des troupes belges partiront au Congo afin de maintenir la souveraineté du pays sur sa colonie. L’auteur nous fournit un aperçu concis mais néanmoins parlant de la situation du Congo de l’époque : le pillage des ressources naturelles du pays, le traitement des populations locales traitées avec tour à tour mépris ou condescendance et pourtant sommées de participer à l’effort de guerre contre les Allemands… Les graphismes sont pour leur part très réussis, l’aquarelle apportant une petite touche d’originalité à l’ouvrage et l’auteur nous proposant de beaux aperçus des paysages du Congo et de ses habitants.

Barly Baruti

Une bande dessinée au sujet certes peu originale en cette période où foisonnent les ouvrages consacrés à la Première Guerre mondiale mais qui reste malgré tout de bonne facture. Une découverte divertissante, peut-être davantage pour la qualité des graphismes que celle du scénario, intéressant mais un peu trop convenu.