Destination fin du monde (nouvelle)

8 juin 2020 2 Par Dionysos
Destination fin du monde

Titre : Destination fin du monde (When We Went to See the End of the World)
Auteur : Robert Silverberg
Éditeur : Le Passager clandestin (Dyschroniques) [site officiel]
Date de publication : 9 juin 2020 (1972 en VO)

Synopsis : En 1972, Robert Silverberg imagine une société où la fin du monde est le dernier divertissement à la mode.
« La fin du monde ? Un sacré spectacle, les enfants ! »
Dans un avenir proche, des jeunes couples friands de divertissements en tous genres sont réunis à l’occasion d’une soirée. Au centre des discussions, une distraction inédite tout juste expérimentée par la plupart d’entre eux : les agences de voyages temporels proposent désormais une nouvelle destination. En trois heures de temps, il est possible d’aller assister, à bord d’un vaisseau, à la fin du monde. Mais, les récits des voyageur·ses ne concordent pas. Tandis que les invité·es décrivent et comparent, à l’aune de leur caractère spectaculaire, les paysages mortifères contemplés, de l’extérieur arrivent des nouvelles alarmantes (catastrophes naturelles, épidémies…) mais qu’ils semblent totalement ignorer.
À l’heure où la notion d’effondrement fait florès tant dans l’industrie culturelle que dans les grands médias, Robert Silverberg nous enjoint à nous arracher de notre position indolente de spectacteur·ices d’un effondrement qui ne relève plus de la fiction. Un cri d’alerte !

On aime avoir quelque chose à raconter au cours d’une soirée.

La collection Dyschroniques des éditions du Passager clandestin poursuit son petit bonhomme de chemin et propose en juin 2020 une nouvelle de Robert Silverberg : Destination fin du monde (When We Went to See the End of the World).

World’s End Tour

Nick et Jane sont invités pour un dîner entre amis chez Mike et Ruby. Les sujets de discussions sont variés, mais le plus captivant est incontestablement la nouvelle attraction que Nick et Jane ont pu tester il y a peu et qu’ils se font une joie de raconter aux autres convives avides de sensations : ils ont eu l’occasion d’aller visiter la fin du monde ! À bord de leur engin et pour une « modique » somme, tous deux ont vécu un moment, certes fugace, mais assurément apocalyptique. Toutefois, cela se complique quand on commence à comparer sa fin du monde avec celle du voisin et qu’on tend, de temps en temps, l’oreille aux actualités.

Quand commence vraiment la fin d’un monde ?

Il est pratique en Histoire de périodiser les époques passées et ainsi de mettre des années précises sur des changements pourtant dilués sur des temps plus longs. De même en science-fiction, il est assez convenu de s’intéresser au moment où tout bascule pour saisir les enjeux d’une apocalypse qui se déroulerait d’un seul coup. Pourtant, dans cette nouvelle, relativement tôt dans l’historiographie de la SF (1971), Robert Silverberg retourne ce concept : les protagonistes tentent de bien de saisir ces enjeux apocalyptiques, mais sans jamais comprendre que chaque nouvel événement est un annonciateur supplémentaire de cette « fin du monde », monde humain en tout cas. Pour comprendre ce décalage qui est l’intérêt de cette nouvelle, cette édition propose en supplément une courte préface de l’auteur qui a bien voulu écrire quelques mots en ces temps de confinement, mais également une longue postface par l’éditeur qui détaille de façon très intéressante l’histoire du roman apocalyptique en lien avec le XXe siècle historique (le péril nucléaire notamment). Le tout est agrémenté de quelques citations bien senties sur l’ambiance de la nouvelle comme de la situation mondiale en 2020.

Destination fin du monde est une nouvelle vite expédiée, mais elle donne des idées pour en écrire bien d’autres, afin de creuser le sujet de l’incurie globale devant les phénomènes dignes d’être considérés comme des apocalypses pour notre petite espèce.

Autres critiques :

The Maki Project

Cette critique est la 20e de ma participation au Projet Maki 2020.

Retour en haut