Le prieuré de l’oranger

15 avril 2020 6 Par Boudicca

Titre : Le prieuré de l’organger
Auteur : Samantha Shannon
Éditeur : De Saxus
Date de publication : 2019 (octobre)

Synopsis : La maison Berethnet règne sur l’Inys depuis près de mille ans. La reine Sabran IX qui rechigne à se marier doit absolument donner naissance à une héritière pour protéger son reinaume de la destruction, mais des assassins se rapprochent d’elle… Ead Duryan est une marginale à la cour. Servante de la reine en apparence, elle appartient à une société secrète de mages. Sa mission est de protéger Sabran à tout prix, même si l’usage d’une magie interdite s’impose pour cela. De l’autre côté de l’Abysse, Tané s’est entraînée toute sa vie pour devenir une dragonnière et chevaucher les plus impressionnantes créatures que le monde ait connues. Elle va cependant devoir faire un choix qui pourrait bouleverser son existence. Pendant que l’Est et l’Ouest continuent de se diviser un peu plus chaque jour, les sombres forces du chaos s’éveillent d’un long sommeil… Bientôt, l’humanité devra s’unir si elle veut survivre à la plus grande des menaces.

 

-J’imagine qu’vous avez pas dû voir beaucoup d’morts.
– Je m’inscris en faux ! s’offusqua Kit. J’ai vu ma chère vieille tante reposant dans sa bière.

Un best-seller venu d’Angleterre

Édité par une petite maison d’édition, « Le prieuré de l’oranger » est un impressionnant pavé de près de 1000 pages, écrit par une autrice encore jamais traduite en France : autant dire que les meilleures conditions pour en faire un succès étaient loin d’être réunies. Et pourtant, le roman a fait l’objet d’un sacré bouche-à-oreille qui lui aura permis de se tailler une excellente réputation chez les libraires aussi bien que les blogueurs (merci d’ailleurs à L’ours inculte pour la découverte !). Un succès mérité, tant l’ouvrage séduit à la fois sur le fonds et la forme. Notons d’abord que les éditions De Saxus ont fait l’effort du publier l’épais roman en un seul volume, quand d’autres maisons d’édition (qui a dit Pygmalion ?) se seraient fait un malin plaisir de le découper en deux, voir en trois. L’objet livre lui-même est de très bonne qualité, avec notamment une magnifique couverture et deux belles cartes détaillées présentent au début de l’ouvrage. Le charme du roman ne repose évidemment pas que sur ces aspects esthétiques qui permettent avant tout de souligner la qualité du contenu. Posons un peu le décor. Nous sommes dans un univers de fantasy d’inspiration tour à tour médiévale ou moderne, dans lequel les relations entre l’Ouest et l’Est sont quasi inexistantes. Séparées par l’Abysse, une vaste étendue d’eau difficile à traverser, les deux régions possèdent chacune leur raison de haïr ou de craindre leur lointain voisin : les Occidentaux parce qu’ils considèrent les Orientaux comme des hérétiques adorateurs de dragons ; les Orientaux parce qu’ils craignent le retour d’une maladie venue de l’Ouest, la peste draconique, et qu’ils interdisent par conséquent à tout étranger de débarquer sur leur territoire. Mais… Mais une sombre menace grandit dans les entrailles de la terre où le Sans-Nom, gigantesque dragon de feu précédemment vaincu par l’humanité, sort peu à peu de son sommeil. Ses lieutenants eux, se sont déjà éveillés et sèment la terreur partout où ils passent en annonçant le retour de leur maître. D’une manière ou d’une autre, il va falloir que les deux continents fassent front ensemble pour ne pas être détruits.

Des emprunts à la fantasy « classique »

Le roman n’a, au premier abord, pas grand-chose d’original, à commencer par son pitch qui repose sur un aspect mille fois utilisé en fantasy : le retour d’une entité maléfique et la nécessité pour l’humanité de s’unir contre la menace. Or, s’il s’agit bien du fil rouge qui traverse tout le récit, celui-ci ne se résume pas à une opposition manichéenne entre le camp du bien et celui du mal. Le roman est en effet truffé d’une multitude de sous intrigues qui permettent d’aborder quantité de thèmes et d’enrichir considérablement l’univers, dans la mesure où elles permettent de mettre en lumière les différences entre les royaumes ou entre les deux continents. La question religieuse est, par exemple, omniprésente à l’Ouest où la Vertu (dogme rendant hommage au vainqueur du Sans Nom et caractérisée par une grande rigidité) s’oppose aux adorateurs des wryms, les dragons de feu serviteur du Sans Nom. A l’Est, la question religieuse est évacuée au profit de celle du repli et des spécificités de la culture seiikinoise, à commencer par leur relation avec les dragons (qui n’ont rien à voir avec les wryms puisque leur principal élément est l’eau et non le feu). Le bestiaire assez d’ailleurs assez classique lui même, les créatures rencontrées étant soit des dragons (dont certains ont pour particularité de pouvoir voler… sans ailes!), soit des bêtes issues d’un croisement avec des dragons (vouivre, cocatrix…). Autre stéréotype de la fantasy ici réutilisé par l’autrice : la prophétie. Samantha Shannon parvient heureusement à ne pas tomber dans les écueils habituels et s’amuse à multiplier les supports et les énigmes (textes à déchiffrer, problèmes à résoudre…) pour entretenir le suspens et ne pas faire reposer son récit sur cette seule prophétie. Le cadre dans lequel se déroule l’intrigue pourrait, lui aussi, paraître trop traditionnel car il emprunte beaucoup à la période médiévale (on combat principalement à l’arc et à l’épée, la noblesse vit dans des châteaux…). Le royaume d’Inys, qui est le principal territoire mis en scène à l’Ouest, est pour sa part fortement inspiré de l’Angleterre (la reine, Sabran est clairement une sorte d’Elizabeth Iere), et notamment de deux légendes issues du folklore britannique : celle du roi Arthur et celle de Saint Georges et le dragon. Seulement, si l’autrice reprend là encore des éléments assez classiques, elle n’hésite pas aussi à s’écarter des sentiers battus puisque la civilisation de l’Est emprunte, elle, davantage à la culture et aux mythes japonais, plus rarement mis en scène en fantasy. La Seikinoise partage notamment avec le Japon son caractère insulaire ainsi que quantité d’aspects concernant le mode de vie ou les traditions (importance des rituels, poids de l’honneur…).

De la fantasy féministe

Il est toutefois un aspect sur lequel le roman tranche nettement avec la plupart des ouvrages de fantasy : la volonté de l’autrice d’écrire un récit féministe. Pas question ici de grands discours sur le sujet pour convaincre le lectorat, mais une mise en application directe (une initiative qui tend à se multiplier puisqu’on retrouve le même procédé dans « Le chant des cavalières » de Jeanne Mariem Corrèze, récemment paru chez Les Moutons Électriques). Dans « Le prieuré de l’oranger », ce sont donc les femmes qui occupent les premiers rôles (vous allez me dire « on commence à en avoir l’habitude », pourtant, s’il est en effet de plus en plus fréquent de voir des héroïnes, il est plus rare de voir celles-ci entourées d’autres femmes, et non pas d’hommes). Le royaume d’Inys est ainsi un « reinaume », la tradition voulant que la reine n’enfante que d’une fille qui occupera le trône à sa suite (à noter que, dans le reste du royaume, la succession est assurée par l’aîné des enfants, qu’il soit fille ou garçon). Une grande partie des chapitres consacrés à l’Ouest se déroulent à la cour où l’on suit Ead, une jeune femme appartenant à un ordre secret, envoyée pour espionner et protéger la reine (la croyance veut alors que la seule chose qui empêche le retour du Sans Nom soit l’existence d’une descendante de la famille Berethnet, or la reine n’a pas encore d’héritière et est donc, pour le moment, la dernière de sa lignée). On suit donc les intrigues de la cour, et notamment tout ce qui touche au quotidien de la reine et de ses plus proches compagnes. Cette attention particulière portée à la reine et son entourage féminin fait beaucoup penser à un autre roman de fantasy, « Récits du Demi-Loup » de Chloé Chevalier, qui avait recours au même procédé (le quatrième et dernier tome de la série devrait d’ailleurs paraître dans le courant de l’année). Du côté de l’Est, nous ne sommes pas dans une société matriarcale mais le principal personnage que l’on suit est une femme, Tané. Après avoir subie une formation intensive, la jeune fille s’apprête à savoir si elle va pouvoir intégrer la prestigieuse garde de haute mer, dont quelques membres seulement auront l’occasion de devenir dragonnier, son plus grand rêve. Cette fois encore l’entourage de la jeune femme est principalement composé de femmes, l’armée seikinoise ne faisant manifestement pas de discrimination en fonction du sexe (ce qui n’est pas le cas de la condition sociale qu’on lui reprochera bien plus que son genre). Pour ce qui est du sud, le Prieuré de l’Oranger, l’ordre auquel appartient Ead, est une sororité et n’accueille par conséquent que des femmes qui sont formées à la magie et au combat. On y vénère la Mère et on y propose une version de la légende relatant la défaite du Sans Nom très différente de la version officielle (dans la version retenue par la Vertu, la princesse Cléonid aurait été sauvée par un preux chevalier, alors que c’est en réalité la jeune femme qui aurait pourfendue le dragon). A noter qu’en dépit de cette volonté de gommer les différences hommes/femmes et de les mettre sur un pied d’égalité, le roman aborde tout de même certaines problématiques propres au genre féminin, à commencer par la maternité.

Des personnages ambivalents et attachants

Reste à aborder la question des personnages que l’auteur dépeint avec beaucoup de nuances et qui connaissent, pour certains, une remarquable évolution entre le début et la fin du récit. C’est le cas surtout de deux d’entre eux, à commencer par la reine d’Inys, Sabran, qui, dans un premier temps, ne suscite que de l’agacement. Arrogante, hautaine, rigide, butée, susceptible sur tout ce qui touche au culte de la Vertu… : voilà typiquement le genre de personnage qu’il est difficile de ne pas prendre en grippe. Et puis, au fur et à mesure de son rapprochement avec Ead, on commence à entrevoir la femme sous la reine et à identifier, sous le vernis rigide, un être extrêmement vulnérable et déjà bien cabossé par la vie, en dépit de son jeune âge. Le second personnage parmi les plus ambivalents du roman est sans aucun doute Niclays Roos, alchimiste à la recherche du secret de l’élixir de vie et banni du royaume d’Inys par la reine Sabran. Envoyé croupir sur une île minuscule à l’Est, rongé par l’amertume, la colère et le chagrin, le docteur est un personnage détestable, coupable de plusieurs actes moralement indéfendables, et pourtant, là encore, l’autrice parvient à lui donner suffisamment d’épaisseur pour que le lecteur dépasse sa première impression. Les autres personnages, quoique moins torturés, sont tout aussi réussis, à commencer par les deux héroïnes. On suit avec intérêt les progrès d’Ead à la cour où elle doit en permanence jouer un double jeu et cacher sa véritable identité et ses capacités. Le parcours de Tané est lui aussi captivant dans la mesure où il repose sur une succession d’épreuves au terme desquelles on ignore si la jeune femme parviendra ou non à accomplir son rêve et se lier avec un dragon. La première partie respecte un équilibre parfait entre l’Ouest et l’Est, si bien qu’on voit les deux femmes évoluer en parallèle. La seconde partie du roman accorde en revanche beaucoup plus d’importance à l’Ouest, laissant ainsi Tané en retrait et c’est l’un des bémols que j’apporterais au roman. Le dernier tiers est, d’ailleurs, dans l’ensemble, un peu moins captivant car les relations entre les personnages sont désormais posées et n’évoluent plus vraiment. Les différents fils de l’intrigue, eux, se regroupent, si bien que le roman se fait moins surprenant à mesure que la grande bataille finale approche. Si la première moitié est indéniablement plus captivante, la seconde réserve malgré tout de beaux moments qui plairont aux amateurs de fantasy, qu’il s’agisse de la découverte de la flotte des pirates, des scènes de batailles navales, ou de la confrontation avec la sorcière de la forêt.

Premier roman de Samantha Shannon traduit en français, « Le prieuré de l’oranger » est un ouvrage imposant et dense qui mérite d’être connu. Si l’autrice réutilise un certain nombre d’archétypes de la fantasy, elle sait également s’en détacher, notamment en ce qui concerne le traitement des personnages féminins qui sont nombreuses à occuper le devant de la scène. Une très belle épopée.

Autres critiques : C’est pour ma culture ; L’ours inculte ; Ombrebones

Retour en haut