Les Chevaliers de la Raclette, tome 2 : La Montagne brisée

9 avril 2020 0 Par Dionysos
Chevaliers Raclette 2 Montagne

Titre : La Montagne brisée
Cycle/Série : Les Chevaliers de la Raclette, tome 2
Auteur : Nadia Coste
Éditeur : ActuSF (La Marmotte) [site officiel]
Date de publication : 1er février 2020

Synopsis : Les Chevaliers de la raclette voyagent au Moyen Âge pour faire face à une montagne qui s’effondre ! Ils veulent prévenir les habitants de la chute imminente du Granier, mais difficile de convaincre des adultes quand on n’est qu’une bande de gamins. Heureusement, Nina, Serena et Mehdi ont plus d’un tour dans leur sac…
Les Chevaliers de la raclette est une série qui nous propulse à travers la Savoie et le temps, coécrite par Nadia Coste, autrice jeunesse (L’Ascenseur pour le futur, Jivana) et par Jean-Laurent Del Socorro, auteur de romans historiques (Boudicca, Je suis fille de rage).

Elle se met à lire un autre passage à haute voix, avec un ton de rappeuse :
— « C’est mon père, Seigneur, je vous le dis encore,
Mais un père que j’aime, un père que j’adore,
Qui me chérit lui-même, et dont, jusqu’à ce jour,
Je n’ai jamais reçu que des marques d’amour. »
— Ça sent la maltraitance à plein nez, estime Mélissa. Le mec, il aime sa fille, et il la condamne à mort. Moi, je dis, ils auraient dû appeler les services sociaux, direct !

Nouvelle aventure des Chevaliers de la Raclette, La Montagne brisée, écrit par Nadia Coste chez les éditions ActuSF, emmène d’autres compagnons dans une époque légèrement plus lointaine, mais toujours dans la Savoie médiévale.

Poursuite du voyage temporel

Avec ce deuxième tome, les présentations sont refaites, mais plus succinctement : l’idéal est de commencer par Le Château en flammes, mais rien de rédhibitoire pour autant. Nina est toujours la narratrice et accompagnée de Mourad, Thomas, Giuliana, Serena et Mehdi. Ces deux derniers personnages et Nina savent qu’ils seront les prochains à utiliser le portail temporel de la cave de ses parents, car sur leur dé « magique », il reste une autre inscription en forme de V. Après avoir légèrement changé le cours du temps en influant sur l’incendie du château des ducs de Savoie, ils ont l’occasion d’intervenir dans la gestion d’une catastrophe naturelle qui a causé la mort de nombreux villageois : il n’est donc plus question de sauver une quelconque relique, mais plutôt des milliers de gens ! Toutefois, une ombre les guette toujours dans leur voyage dans le temps jusqu’au Moyen Âge.

Maîtrise de la littérature jeunesse

On sent que Nadia Coste est rôdée dans l’écriture de romans à destination des jeunes lecteurs (romans chez Gründ, Syros, Castelmore et Seuil Jeunesse notamment) : le récit est très porté sur l’action concrète, les dialogues fusent et portent à la réflexion plutôt qu’à la digression. Il y a toujours beaucoup de liens avec le quotidien concret de collégiens, public cible de ce roman : le club de théâtre, les échanges au collège, la consultation du CDI, etc. Chaque lieu est propice à trouver un élément d’enquête nécessaire à la suite. L’autrice a construit l’univers de ces Chevaliers de la Raclette avec Jean-Laurent Del Socorro en se répartissant les éléments pour les deux premiers tomes. Elle utilise ici un peu plus de noirceur dans le propos : les enjeux sont concrétisent et l’action pourrait être plus dangereuse encore, d’autant que les thèmes abordés peuvent être tendus, les différences de peau et les inégalités entre femmes et hommes dans la société médiévale comme dans la nôtre (pas sûr du tout que ce soit la société médiévale qui soit la plus arriérée).

La Montagne brisée est donc un roman jeunesse efficace, qui poursuit bien l’intrigue initiée dans Le Château en flammes mais, si l’aventure montagnarde se clôt bien, les mystères sur le voyage temporel demanderont d’autres tomes, à n’en pas douter. Un beau cadeau pour des collégiens ou des CDI en mal de romans mi-historiques mi-SF.

Voir aussi :
Tome 1

Autres critiques :
Célindanaé (Au pays des Cave Trolls)

The Maki Project

Cette critique est ma 8e participation au Projet Maki 2020.

Retour en haut