Trilogie d’une nuit d’hiver, tome 1 : L’ours et le rossignol

13 septembre 2019 8 Par Boudicca

Titre : L’ours et le rossignol
Cycle/Série : Trilogie d’une nuit d’hiver, tome 1
Auteur : Katherine Arden
Éditeur : Denoël
Date de publication : 2017

Synopsis : Au plus froid de l’hiver, Vassia adore par-dessus tout écouter, avec ses frères et sa sœur, les contes de Dounia, la vieille servante. Et plus particulièrement celui de Gel, ou Morozko, le démon aux yeux bleus, le roi de l’hiver. Mais, pour Vassia, ces histoires sont bien plus que cela. En effet, elle est la seule de la fratrie à voir les esprits protecteurs de la maison, à entendre l’appel insistant des sombres forces nichées au plus profond de la forêt. Ce qui n’est pas du goût de la nouvelle femme de son père, dévote acharnée, bien décidée à éradiquer de son foyer les superstitions ancestrales.

 

Maria, tu m’as laissé cette fille déraisonnable que j’aime profondément. Elle est plus brave et plus sauvage que n’importe lequel de mes fils. Mais quel intérêt, pour une femme ? 

Un premier roman réussi

Pour le premier tome de sa trilogie, Katherine Arden a choisi de s’inspirer de la culture russe dont elle nous fait découvrir une partie de l’histoire et du folklore. Un choix audacieux, surtout pour un premier roman, mais qui s’avère payant puisque « L’ours et le rossignol » nous livre une très belle histoire qui ne séduit pas seulement par le dépaysement qu’il procure mais aussi par de nombreux autres aspects. Le roman met en scène la fille d’un petit seigneur russe vivant dans un territoire reculé où le confort est assez sommaire. Cet environnement, que d’aucun jugerait trop hostile, fait le bonheur de la petite Vassia qui, en dépit des restrictions habituellement imposées à son genre, passe son temps à vagabonder dans la forêt sous le regard bienveillant de son père et de ses frères aînés, amusés par l’espièglerie et la témérité de la benjamine. L’arrivée d’une nouvelle femme dans le foyer et du prêtre charismatique qui voyage dans son sillage va toutefois venir perturber le quotidien de la maisonnée et remettre en question la liberté dont jouissait jusqu’à présent la jeune fille. Car celle-ci et sa belle-mère partagent visiblement le même secret, celui de pouvoir voir les créatures légendaires habituellement invisibles aux yeux des mortels dont ils peuplent (avec plus ou moins de discrétion) les maisons, les lacs ou les forêts. Seulement si la petite Vassia semble faire peu de cas de son don et ne voit aucun mal à communiquer avec les créatures qui croisent sa route, sa belle-mère, fervente chrétienne, y voit le signe du diable et est bien décidée à les faire disparaître en imposant une piété irréprochable à tous les membres de la communauté. Autrefois considéré avec bienveillance, le comportement de la jeune fille se met alors à susciter l’agacement, puis la défiance de ses congénères, alors même qu’elle devient parallèlement l’enjeu d’un conflit opposant de puissantes et anciennes divinités.

Conte glacé dans une Russie imaginaire

Le roman met en scène une Russie médiévale fantasmée qui ne manque pas de susciter la curiosité du lecteur. Si l’essentiel de l’intrigue se déroule sur les terres reculées du père de l’héroïne, l’auteur nous livre également quelques aperçus de la cour de Moscou et de ses intrigues. On y découvre une société très hiérarchisée, reposant sur le modèle féodale et dans laquelle la religion chrétienne occupe une place de plus en plus importante. On assiste alors à l’émergence de personnalités charismatiques qui adoptent la posture de missionnaires luttant pour faire disparaître les anciennes pratiques et imposer le dieu chrétien en lieu et place des divinités autrefois vénérées. C’est un véritable choc des cultures que nous dépeint Katherine Arden, et le roman fait à ce sujet beaucoup penser à l’ouvrage d’Andrus Kivirahk, « L’homme qui savait la langue des serpents », qui dépeignait lui aussi la montée du christianisme dans une Estonie empreinte de magie. Dans les deux cas, le choix de l’Europe de l’Est comme décor permet aux auteurs de mettre en scène un bestiaire qui change de l’ordinaire. Le roman met ainsi en lumière des créatures moins impressionnantes que les traditionnels dragons, licornes et compagnie, puisqu’ils appartiennent davantage au « Petit peuple », ces divinités à priori insignifiantes censées peupler les maisons, les écuries ou les forêts et auxquelles les gens du commun adressent leurs offrandes. Domovoï, roussalka, vazila (esprit des chevaux), banick (esprit des bains), roi de l’hiver et son frère, liéchi… : voilà un petit panel des créatures rencontrées au fil des pages, et ce pour le grand plaisir du lecteur à qui est ainsi fourni l’occasion de se familiariser avec le folklore russe et ses particularités. Cet aspect fait d’ailleurs beaucoup penser à une autre œuvre parue récemment en France, la série « La cour d’Onyx » dans laquelle l’autrice Marie Brennan met elle aussi en scène un bestiaire du même type, inspiré cette fois du folklore anglais.

Une héroïne d’une candeur rafraîchissante

Si le dépaysement procuré par le cadre russe contribue indéniablement au charme du roman, il ne s’agit pas de sa seule qualité, loin de là. Quoique relativement simple, l’intrigue est ainsi très bien pensée et surtout bien construite, se dotant peu à peu des allures de conte (la magnifique couverture signée Aurélien Police illustre d’ailleurs parfaitement cet aspect). Ainsi, en dépit d’un rythme relativement lent et de nombreux passages mettant en scène le quotidien tout à fait ordinaire de la famille de Vassia, le roman ne souffre d’aucune longueur ni d’aucun moment de flottement qui feraient retomber l’intérêt du lecteur. On découvre au contraire avec beaucoup de curiosité la vie de cette petite communauté, avec ses joies et ses drames, ses habitudes et ses bouleversements. Le surnaturel occupe dans un premier temps une place très limitée dans l’intrigue, avant de prendre davantage d’importance au fur et à mesure du récit, jusqu’à atteindre son paroxysme lors d’un final impressionnant. L’un des plus grands atouts du roman réside cela dit dans la qualité de ses personnages, à commencer par l’héroïne elle-même. Difficile en effet de ne pas se prendre d’affection pour cette petite fille curieuse et aventureuse confrontée aux carcans imposés par la religion et la société patriarcale dans laquelle elle a grandi. Les autres personnages ne sont pas en reste et, si tous sont loin d’être attachants, chacun d’entre eux bénéficient néanmoins d’une personnalité soignée et nuancée. C’est le cas notamment du prêtre nouvellement arrivé dans la communauté, un personnage qui n’a rien de l’archétype du fanatique décérébré et cruel trop souvent mis en scène et qui ne manque pas de susciter la curiosité du lecteur, à défaut de sa sympathie. Les autres membres de l’entourage de Vassia sont un peu moins présents mais tous sont suffisamment bien caractérisés pour qu’on s’y attache sans mal.

Katherine Arden frappe fort avec ce premier roman qui nous fait voyager à travers le folklore russe aux côtés d’une petite héroïne touchante de sincérité et d’innocence. Un joli conte à découvrir ! A noter que, si le roman se suffit parfaitement à lui-même, celui-ci s’inscrit dans une série de plusieurs tomes dont le second, « La fille dans la tour », est paru en août dernier (la chronique arrive d’ici peu).

Voir aussi : Tome 2

Autres critiques : Célindanaé (Au pays des cave trolls) ; Lorhkan (Lorhkan et les mauvais genres) ; Lutin82 (Albédo – Univers imaginaires)

Retour en haut